Loading...

jeudi 28 avril 2016

IRONIE???

SOURCE ET SUITE

 C' EST EVIDENT ET RECONNU QUE L' ABATTAGE HALAL EST BIEN PIRE CAR L' ANIMAL DOIT ETRE CONSCIENT AU MOMENT DE L' ABATTAGE... MAIS JE DOUTE QU' IL PUISSE Y AVOIR UN ABATTAGE SANS VIOLENCE ET CELA   EST LE PROBLEME  DE TOUTE VIANDE DONC SI L' ON VEUT VRAIMENT TROUVER UNE SOLUTION IL N' Y EN A QU' UNE....
 CESSER TOUTE CONSOMMATION DE VIANDE..


Le maire d’Alès dans le Gard, dont l’abattoir municipal a fait scandale, s’est défendu aujourd’hui en soulignant le problème de l’abattage rituel, sans étourdissement, dans la conduite des opérations, devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur les conditions d’abattage en France.
L’abattoir d’Alès avait été fermé en octobre 2015 après la diffusion d’une vidéo de l’association L214 montrant des mauvais traitements infligés aux animaux. Il a rouvert début décembre. L’abattage rituel, pour la viande halal, représente 50% de l’activité de l’abattoir: « Il y a donc une manière de fonctionner spéciale. Il appartient au législateur de décider si on peut abattre ou pas de cette manière-là », a déclaré Max Roustan, maire Les Républicains. Selon lui, la vidéo de L214 montrait uniquement des animaux abattus de manière « rituelle », sans étourdissement. Selon le directeur de l’abattoir Jack Pagès, la personne filmée en train de pratiquer un « cisaillement au lieu de faire des coupes franches » était un « sacrificateur » remplaçant.
Les sacrificateurs sont désignés de manière indépendante des abattoirs par les mosquées, sans « aucune formation », a assuré M. Pagès.
Le maire a proposé « une concertation avec le ministère de l’Agriculture et les autorités religieuses pour réformer l’abattage rituel, car c’est uniquement sur ce ressort-là qu’on a des problèmes », affirmant par ailleurs que son établissement n’a jamais été mis en cause sur le plan sanitaire. Il a également souligné l’importance économique de l’abattoir de proximité d’Alès pour les éleveurs des Cévennes, qui ne pourraient pas continuer à abattre et donc à vendre leurs bêtes si l’établissement disparaissait. L’abattage sans étourdissement fait d’ailleurs débat en Europe, ont indiqué mercredi les responsables de l’association L214 devant la Commission, rappelant que l’Agence européenne de sécurité sanitaire « l’EFSA, la fédération des vétérinaires européens et l’Ordre des vétérinaires français se sont inscrits contre » cette pratique. [...]
Le Figaro