Loading...

mercredi 13 avril 2016

ABATTOIR DE MONTAUBAN DSE DIT EXEMPLAIRE... CEPENDANT 100 BOVINS, 60 VEAUX 1000 COCHONS PAR JOUR

SOURCE ET SUITE

 DIFFICILE D' AVOIR UNE OPINION.. OUI BIEN SUR.. LIMITER LE STRESS ET L' ATTENTE DES ANIMAUX QUI VONT ETRE ABATTUS C' EST MOINS PIRE.... MAIS LES CHIFFRES ME FONT RUGIR  BIEN SUR...
AHHH  SACRES VIANDARDS... VOUS ETES IGNOBLES...  CES ANIMAUX MASSACRES C' EST VOTRE RESPONSABILITE............. SANS VOTRE DESIR DE VIANDE CELA N' EXISTERAIT PAS...

La visite inopinée la semaine dernière des services de l'État à l'abattoir de Montauban n'a pas fait trembler ses responsables. Il faut dire que le premier abattoir public de la région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon est contrôlé très régulièrement. En plus des deux inspections annuelles diligentées par la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations, l'abattoir montalbanais a eu l'an dernier son inspection quinquennale ordonnée par le ministère de l'agriculture dans le cadre du réseau national des abattoirs. «Nos équipes sont expérimentées et assurent un contrôle de qualité tant sur la protection animale dès l'arrivée des bêtes dans notre établissement que sur le suivi sanitaire après abattage, explique José Ferreira, directeur de la Société d'exploitation de l'abattoir de Montauban (SEAM). Nous n'avons pas attendu ces actes inadmissibles dans le Gard ou plus récemment dans les Pyrénées Atlantique pour nous en prémunir. Dès 2013, nous avons mis en place un responsable de la protection animale qui veille à ce que les animaux soient le moins stressés jusqu'à leur mort.» À Montauban, le délai d'attente maximum pour un animal est de 12 heures. Chaque jour ce sont 100 bovins, 60 veaux, 1 000 cochons et 200 moutons qui sont abattus à Montauban ce qui le place nettement au-dessus de l'activité classique d'un abattoir public.