Loading...

mardi 10 novembre 2015

L' ABATTOIR D' ALES, SERA T IL FERME EN DEFINITIVE???


 



CREDIT PHOTO

C' EST UN LONG ENTRETIEN DONT JE PARTAGE CI DESSOUS  QUELQUES EXTRAITS MAIS TOUT EST A LIRE..

Sur tous nos dossiers, nous n’avons aucune réponse du ministre de l’Agriculture, alors qu’il reçoit tous les quatre matins les représentants des filières de production animale. Ici, le maire a réagi immédiatement. Il se rétracte un peu, maintenant. On n’arrive pas bien à voir quels calculs il fait avec cet abattoir… Certains de ses proches nous ont confié qu’il souhaitait le fermer depuis un moment, au vu du gouffre financier et des affaires (de trafic de chevaux) qui l’entourent...........

 ...........................

Ces images — insoutenables — ont été vues plus d'un million de fois en quelques jours : l'association L214 est parvenue à diffuser des séquences filmées à l'intérieur d'un abattoir, dans la ville d'Alès. C'était le 14 octobre dernier. Une secousse, pour nombre de personnes qui ignoraient (ou n'avaient jamais tenu à le savoir) tout de la réalité de ces endroits. Mais serait-ce un cas isolé ? Non point, nous explique Brigitte Gothière, porte-parole de l'organisation. La solution ? Renforcer les contrôles ne servirait à rien puisque l'on ne peut, poursuit-elle, consommer de la viande, dans le commerce, sans participer à l'exploitation de masse des animaux. Tourner la page de nos habitudes alimentaires, est-ce possible ? Et si l'on sortait de la grande industrie et de l'élevage intensif pour produire mieux et moins ? En quoi l'alimentation est-elle une question qui relève de l'intérêt général et non des choix individuels ? Entretien. 

 ...............................

Revenons sur un point : vous dites que les hommes n'ont pas besoin de manger des animaux. Cette question tient du lieu commun pour les militants que vous êtes, mais elle est pourtant l'une des premières que le grand public pose dès qu'il est question de ce sujet ; de but en blanc : l'être humain peut-il vraiment se passer d'une alimentation carnée sans risquer certaines carences que l'on impute communément au régime végétarien ou végétalien ?

Quand on regarde quelques années en arrière, c’était le végétarisme qui était dangereux : aujourd’hui, il est bien accepté, y compris par les médecins et autres nutritionnistes qui se sont informés et formés petit à petit. Il faut savoir que, malgré leurs longues études, les médecins ont à peine une journée de formation sur la nutrition... En France, le véganisme progresse aujourd’hui auprès des professionnels de santé, mais il reste encore peu connu. Dans beaucoup d’autres pays, les recommandations officielles et les organisations professionnelles médicales ont un avis bien plus objectif : ils donnent des conseils adaptés, accompagnent leurs patients. Que ce soit aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Canada, en Australie, au Portugal, et dans bien d’autres pays, l’avis des professionnels rejoint celui de l’Academy of Nutrition and Dietetics, la plus grande association de nutritionnistes au monde : « Les régimes végétariens (y compris le végétalisme) menés de façon appropriée sont bons pour la santé, adéquats sur le plan nutritionnel et bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies. Les alimentations végétariennes bien conçues sont appropriées à tous les âges de la vie, y compris pendant la grossesse, l'allaitement, la petite enfance, l'enfance et l'adolescence, ainsi que pour les sportifs. » On parle de nouvelles habitudes alimentaires à prendre, avec quelques conseils adaptés : rien de sorcier.
.........
.....
REBONDS 
☰ Lire notre entretien avec Aurélien Barrau : « Le combat animalier est frère des combats d’émancipation et de libération », septembre 2015
☰ Lire notre entretien avec Normand Baillargeon : « Le statut moral des animaux est impossible à ignorer », novembre 2014