Loading...

mercredi 4 mai 2016

TRAFIC D' IVOIRE

SOURCE ET SUITE

Vendre, revendre ou acheter de l’ivoire est désormais interdit selon une annonce de la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal. La Fondation 30 Millions d’Amis salue ce premier pas dans la lutte contre le trafic d’espèces menacées.
Au cours de la plus grande cérémonie de destruction d’ivoire organisée au Kenya (30/04/2016), la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal  a annoncé l’interdiction de tout « commerce d’ivoire sur le territoire français, sauf dérogation exceptionnelle ». Une mesure qui répond à la demande de certains états africains qui tentent de lutter contre le braconnage. « Personne n'a de commerce à faire avec l'ivoire, car ce commerce est synonyme de mort. » a intimé le président de la République du Kenya, Uhuru Kenyatta.

Lutter contre le trafic d’espèces

Cette  mesure vient  compléter  un  dispositif  déjà  engagé  par  Ségolène Royal  en  matière  de  lutte contre  le  braconnage  et  le trafic  des  espèces menacées, à la demande des associations de protection animale.

En janvier 2015, 37 ONG avaient réclamé l'interdiction de la commercialisation d’ivoire brut et son exportation depuis la France. Une demande qui a reçu un avis favorable de la ministre, qui souhaitait même « aller plus loin ». Elle prévoit notamment une coopération  renforcée   entre   les   services   du   ministère   de l’Environnement et les douanes afin de mieux lutter contre la fraude. Ségolène Royal envisage également de faire appel aux autres  Etats  membres  de  l’Union  européenne  pour interdire  à  leur  tour  les  exportations  d’ivoire  brut,  comme  le  font déjà notamment l’Allemagne, la Suède et le Royaume-Uni.

La Fondation 30 Millions d’Amis salue donc ce premier pas du gouvernement qui participe à la lutte pour la préservation des espèces menacées. Chaque année, entre 25 000 et 30 000 éléphants d’Afrique sont abattus pour le commerce de l’ivoire selon des données de l’association IFAW. La population restante des éléphants d’Afrique est estimée à 500 000 (selon des données de l’association Save the Elephants) ce qui signifie que les éléphants d’Afrique auront disparu d’ici 16 ans si le braconnage persiste.


Les volumes d’ivoire saisis sont malheureusement sans cesse en hausse dans le monde : 24,3 tonnes ont été confisquées en 2011, contre 30 en 2012 et 41,5 tonnes en 2013. Par ailleurs, 17,8 tonnes ont été saisies entre janvier et août 2014 et 32 tonnes en 2015 (données IFAW).