Loading...

dimanche 27 décembre 2015

TRAFIC DE CHIENS EN ROUMANIE PIRE ENCORE!

SOURCE ET SUITE

TELLEMENT INFECT CE PAYS, CETTE POPULATION EST IMMONDE
 ILS COMPTENT CES CRIMES AU KILO

La Roumanie est certainement le pays européen où les chiens errants sont le plus maltraités. Politique d’extermination, corruption… d’autant plus que l’on apprend que leurs cadavres sont monnayés contre de grosses sommes d’argent !
Des citoyens roumains, opposés au traitement réservé aux chiens des rues par la mairie de Bucarest, ont entrepris de dénoncer la mauvaise gestion et la corruption qui règnent en toile de fond de cette politique particulièrement agressive. Ils ont pour cela mis en ligne diverses informations sur un site qui vise à «exposer l’ASPA » (Autoritatea pentru Supravegherea si Protectia Animalelor), une entité qui a été crée en 2010 par le Conseil municipal de Bucarest. Financée par des subventions régionales, l’organisation a pour objectif de «lutter contre les abandons d’animaux de compagnie, gérer de façon sanitaire et vétérinaire les animaux errants, veiller au respect des lois de protection animale existant à Bucarest ».
L’ASPA est en outre le gestionnaire exclusif des fourrières et des 3 refuges pour animaux de la ville. Ses actions et ses valeurs devraient donc ressembler à celles de nos refuges SPA français. Pourtant, la vérité est toute autre.

500.000 kilos de chien vendus pour 1.2 millions de leis

Camionnette de l'ASPA (photo Association Charly Le Blanc)
Camionnette de l’ASPA (photo Association Charly Le Blanc)
D’après les citoyens mécontents, l’ASPA est «passée de la protection animale à l’extermination animale ». «En 2015 et 2016, l’ASPA prévoit de tuer entre 387.000 et 567.000 kilos de chiens sans famille, et a signé un contrat avec «STERICYCLE» pour la prise en charge des dépouilles, leur incinération et leur recyclage. Le contrat, signé le 17 juillet 2014, court pendant 21 mois, pour une valeur de plus de 1.2 millions de leis (ndlr : 300.000 euros) », révèlent-ils.
Dans les pages du contrat, les chiens ne sont jamais désignés comme des individus, mais seulement en terme de masse (kilos)… «Si l’on considère que le poids moyen d’un chien errant affamé est de 18 kilos, alors cela signifie que l’ASPA va tuer entre 21.500 et 31.500 canidés, soit une moyenne de 28.000 chiens tués sur 21 mois » pour la seule région de Bucarest, analysent ceux qui s’opposent au dispositif. Ces statistiques font froid dans le dos, quand on sait qu’en France, la SPA a enregistré, au niveau national et pour l’intégralité de ses établissements, 4297 euthanasies en 2013 (2176 euthanasies dans ses 56 refuges et 2121 euthanasies dans ses 30 fourrières).

Un juteux « recyclage de déchets »