Loading...

samedi 2 juillet 2016

ACTION PETITION CHEVAUX CONTRE LE TRAFIC

L’origine révoltante de la viande chevaline


En mars dernier, GAIA révélait les observations accablantes d’une récente investigation très laborieuse menée en Argentine et en Uruguay, qui nous prouve une nouvelle fois que le chemin qui mène du cheval aux assiettes des consommateurs belges n’est qu’enchaînement de maltraitances, négligences et fraudes.
Le travail de longue haleine de nos enquêteurs dans ces deux pays, qui ciblait autant des centres de rassemblement de chevaux que des routes fréquentées par des transporteurs et des abattoirs, ont permis de mettre au jour les coulisses nébuleuses de ce commerce assez singulier.
Animaux affamés, épuisés et négligés, problèmes graves de traçabilité, injection de substances toxiques... je vous invite à prendre six minutes de votre temps pour constater et comprendre par vous même, le calvaire que subissent quotidiennement les chevaux sud-américains destinés à la consommation en Belgique.
Pourquoi GAIA tire la sonnette d’alarme depuis de nombreuses années ? Notre pays est tout simplement une plaque tournante de ce commerce juteux contrôlé par quatre entreprises belges. Pour vous faire une idée de l’ampleur de ce trafic, rien qu’en 2015, plus de 10 000 tonnes de viande chevaline ont été importées d’Argentine et d’Uruguay vers les pays de l’Union européenne, dont près du tiers seulement vers la Belgique !
Malgré ces faits, de nombreuses chaînes de supermarchés belges continuent de vendre de la viande chevaline en provenance de ces pays, à l’exception de Lidl, Colruyt et Makro. Je vous invite à prendre connaissance de la liste de ces supermarchés et de leur envoyer un message de protestation afin qu’ils cessent de vendre de la viande cheval, à fortiori en provenance d'Amérique (latine).