samedi 21 juillet 2018

AH CETTE INGERENCE RUSSE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! DETERMINANTE HELAS....

Trump et la Russie :
l’ennemi de mes ennemis est mon ami ?

SOURCE ET SUITE

 A SUIVRE LES JOURS PROCHAINS BIEN SUR!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

AVEC VIDEO DE... ' L' AGENT RUSSE... '

 

Les zigzags politiques du président américain obligent à s’interroger sur sa stratégie : soit il n’en a strictement aucune et tout est commandé par l’instant et l’instinct, soit elle est particulièrement complexe. La première hypothèse est défendue par ses détracteurs et finalement n’apporte pas grand-chose. Tentons donc de comprendre cet étrange pas de danse que Trump joue tant avec des forces politiques aussi hostiles que fortes, que des alliés assez dubitatifs. Comprendre cet intérêt qu’il porte à la Russie, intérêt qui peut venir de la focalisation de ses ennemis.
Le dernier évènement ayant provoqué un nouveau pas de côté fut évidemment le sommet d’Helsinki : la rencontre entre les présidents américain et russe a relancé la vague d’hystérie, à laquelle le système idéologique globaliste nous habitue dès qu’il s’estime en danger potentiel (voir nos textes sur l’avant sommet et le sommet lui-même). Ce qui commence à être assez souvent et laisse entendre une certaine paranoïa de fin de règne. Quoi qu’il en soit, affaibli le canard bouge encore, et ce cher système idéologique bien vivant se met à mordre tout ce qui dépasse du rang. En l’occurrence, la Russie.
En plus du rapport Mueller qui doit tomber cet automne, de l’incrimination pour ingérence de militaires russes à trois jours de la rencontre des présidents, une jeune activiste politique, Maria Butina, qui n’a pas réussi à faire carrière en province russe, a été arrêtée et présentée comme le lien tant attendu entre le soft power russe et l’ingérence dans les élections, dont l’influence sur les résultats reste très putative..
 La question de l’ingérence, mais surtout de l’influence sur les résultats des élections, est fondamentale pour les Etats-Unis, dans les deux camps. D’un côté, il est plus agréable de faire reporter le poids de son échec sur les épaules d’un "ennemi sur mesure", que de se remettre en question, que de reconnaître qu’il est le résultat naturel des dérives du système dit démocratique dans lequel nous vivons et qui ne supporte plus aucune nuance, sans même parler de remise en cause de ses excès antidémocratiques et liberticides. Trump est le signe de la rupture entre une élite vaporeuse et une voix populaire ancrée dans la réalité quotidienne :