vendredi 1 juin 2018

COUP DE GUEULE D' ANIMAL CROSS

Vote de dimanche dernier à L'Assemblée Nationale : le coup de gueule d'Animal Cross :
C’était une journée froide, si froide que dans les cimetières les squelettes claquaient des dents. Journée d’horreur. Le procès pouvait avoir lieu, les victimes animales n’étaient pas là, leurs défenseurs humains, clairsemés, étaient submergés par les assaillants. Ils avaient même pris soin de tenir au silence le plus valeureux d’entre eux (1). Et ils avaient désigné pour être les accusateurs, un éleveur (rapporteur), sûrs qu’il protégerait les siens, et un Ministre, tout acquis à la cause des oppresseurs.
Un dimanche semblable à un Vendredi saint qui annonçait autant de crucifixions, de massacres des innocents, de rafles, de tueries, d’univers concentrationnaires.
L’audience pouvait commencer.
Permettre aux associations de se porter partie civile sur les contraventions ? « Ce n’est pas l’objectif initial 2» de cette loi .
La castration à vif des porcelets ? « On a choisi … de faire confiance aux filières …de ne pas légiférer à tout bout de champ sur toutes ces pratiques condamnables. »
Les poules en cage ? « Nous ne souhaitons pas mettre mal à l’aise la filière et les éleveurs en interdisant l’élevage des poules en cage », « Il faut donc penser à ces familles, qui doivent nous regarder avec inquiétude : il est difficile de leur demander d’arrêter leur production du jour au lendemain. »
Les cages collectives pour les lapins (cages plus larges que les cages actuelles) ? « Lorsque les lapins vivent en cases collectives, comme vous le préconisez, les plus forts mangent les plus faibles », « Je vous invite à manger un lapin qui a couru tous les jours de sa vie : c’est immangeable ».
Imposer le sexage des poussins, pour éviter de broyer les poussins mâles après la naissance ? Qu’on les broie. Et le sexage des canetons et oisons ? Qu’ils aient le même sort......


L’encadrement de l’exportation d’animaux vivants vers des pays hors de l’Union européenne? « Cela découragerait tous les exportateurs français »
La prohibition des fermes-usines ? « Vous constaterez que les conditions dans les fermes de 1000 veaux sont bien supérieures à celles dont les veaux peuvent bénéficier dans des fermes de cinquante vaches».
Imperturbables, les député(e)s, sûrs de leurs faits, clamaient , sans ciller, leur souci du bien-être animal pour mieux creuser les tombes de leurs victimes, se délectant du baiser qu’on donne au condamné à mort. « Je ne connais d’ailleurs aucun ennemi ou adversaire du bien-être animal » (le ministre), « La lutte contre la maltraitance des animaux d’élevage – dans les exploitations, pendant le transport ou l’abattage – est une préoccupation à laquelle je suis particulièrement sensible. Personne n’ignore que je suis éleveur» (le rapporteur)....


 TT EST A LIRE...


 SOURCE ET SUITE
 PTG FB ET TWITTER...