Loading...

mercredi 23 mai 2018

ACTION PETITION... VIDEO SURVEILLANCE DANS LES ABATTOIRS

 Pétition : Alerte abattoirs : Scandaleux : La vidéo-surveillance votée en janvier 2017 supprimée du PROJET de LOI actuel  ! Mobilisons-nous  et AGISSONS  !

 

 

 

Alerte abattoirs : Scandaleux : La vidéo-surveillance votée en janvier 2017 supprimée du PROJET de LOI actuel ! Mobilisons-nous et AGISSONS !

Auteur : LES GAMELLES DU COEUR France - Association d'assistance aux animaux 

 CREDIT PHOTO 

CE GOUVERNEMENT NE VEUT PAS NOUS ENTENDRE, MAIS NOUS NE LÂCHERONS PAS!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
IL EST CONNU QUE PARMI LES EMPLOYÉS DES ÉLEVAGES ET DES ABATTOIRS SE TROUVENT DE VRAIS DÉCHETS DE LA SOCIÉTÉ QUI VICIEUSEMENT S' EN PRENNENT AUX ANIMAUX POUR INFLIGER PLUS DE SOUFFRANCES ET SÉVICES QU' IMAGINABLE.
LE SEUL MOYEN  QUI PERMETTRAIT UNE CERTAINE PRISE D' AMPLEUR DE CES TORTURES SERAIT LA VIDÉO SURVEILLANCE DANS LES ABATTOIRS DANS UN PREMIER TEMPS!!!!!!!!!!!!!!!

. IL EST DONC INDISPENSABLE DE TENTER A TOUT PRIX D' OBTENIR AU MOINS  LA MISE EN PLACE DE CES CAMÉRAS.. 
 MERCI DE SIGNER ET DE PARTAGER EN MASSE!!
 

À l'attention : de Messieurs E. MACRON, Président de la République, E. PHILIPPE,Premier Ministre, S.TRAVERT, Ministre de l'Agriculture, N. HULOT

Monsieur le Président de la République, Messieurs les Ministres,

Le 12 janvier 2017 l'Assemblée Nationale avait adopté en première lecture l'amendement proposé par Monsieur Olivier FALORNI, député, consistant en l'installation de caméras de vidéo-surveillance dans tous les abattoirs français et à tous les postes où se trouvent des animaux vivants, de leur arrivée dans ces lieux jusqu'à leur mise à mort : article  4 de la LOI SUR LE RESPECT DE L'ANIMAL en ABATTOIR, élément essentiel de preuve de mauvais traitements ou d 'actes de cruauté et par là-même élément éminemment dissuasif.

La Proposition de Loi du député de Charente Maritime Olivier FALORNI, comportant cet élément essentiel que constitue la vidéo-surveillance dans les abattoirs, faisait suite aux différents scandales de violence envers les animaux, appuyés par des vidéos clandestines filmées par différentes associations dont L214.
Des vidéos qui ont indigné toute l'opinion publique tant les actes commis par des employés d'abattoirs étaient indignes , inqualifiables et insoutenables.

MAIS, dans le Projet de Loi du Ministre de l'Agriculture d'aujourd'hui, Stéphane TRAVERT, si le délit de maltraitance animale est maintenu et sera étendu aux abattoirs et au transport des animaux, PAR CONTRE, L'INSTALLATION DE CAMERAS DE VIDEO-SURVEILLANCE dans tous les abattoirs et à tous les postes et lieux où se trouvent des animaux vivants A ETE SUPPRIMEE, ce que nous ne saurions accepter !

En effet , la présence de caméras de vidéo-surveillance est le seul moyen fiable pour faire en sorte que dans tous les abattoirs tous les sévices graves et actes de maltraitance ou de cruauté envers les animaux soient constatés en flagrant délit et puissent être durement sanctionnés, car pour cela, il faut des éléments de preuve irréfutables et, pour que les auteurs de tels actes puissent être poursuivis, il faut à l'évidence pouvoir s'appuyer sur des vidéos.

Par ailleurs, Monsieur Emmanuel MACRON, alors que vous étiez candidat à l'élection présidentielle, vous vous étiez engagé par écrit auprès des associations de protection animale sur le maintien de la vidéo-surveillance dans le Projet de Loi à venir, en écrivant explicitement qu'elle serait "mise en place selon les dispositions de la proposition de loi FALORNI".
Depuis lors élu Président de la République, vous avez à mainte reprises répété que VOUS FERIEZ CE A QUOI VOUS VOUS ETIEZ ENGAGE DURANT LA CAMPAGNE PRESIDENTIELLE.

Nous attendons et exigeons, en conséquence, que vous respectiez les engagements que vous avez pris à cet égard en tant que candidat à la Présidence de la République et qu'avec Monsieur Edouard Philippe, Premier Ministre, vous  fassiez réintroduire ces dispositions de vidéo-surveillance (article 4 de la Proposition de Loi FALORNI Sur le Respect de l'Animal en Abattoir, adoptée en première lecture le 12 janvier 2017 par L'Assemblée Nationale) dans le Projet de Loi que Monsieur Stéphane TRAVERT, Ministre de l'Agriculture, doit prochainement présenter devant l'Assemblée Nationale.