Loading...

mardi 31 janvier 2017

CHARCUTERIE ET ASTHME

SOURCE ET SUITE

 

La consommation élevée de charcuterie pour aggraver les symptômes de l'asthme selon une étude de l'Institut français de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Consommer du jambon, du saucisson ou de la viande fumée au moins quatre fois par semaine pourrait aggraver les symptômes de l’asthme au cours du temps, selon une étude menée par des chercheurs de l’Inserm, l’Institut français de la santé et de la recherche médicale.
«Une consommation élevée de charcuterie a été associée de façon directe à une aggravation des symptômes de l’asthme, avec un risque accru de 76% pour ceux en mangent le plus», a précisé Zhen Li, la chercheuse qui a dirigé l’étude publiée le mois dernier dans la revue médicale Thorax.

Suspicions autour des nitrites

La charcuterie contient des nitrites qui facilitent sa conservation tout en lui donnant sa couleur rose. Mais l’additif est suspecté de favoriser certains cancers digestifs et de jouer un rôle dans l’inflammation des voies respiratoires.
Pour étudier l’impact de la charcuterie sur l’asthme, les chercheurs de l’Inserm ont suivi pendant 7 ans près d’un millier de personnes dont environ 400 étaient asthmatiques.
Ces personnes ont été classées en trois groupes en fonction de leur consommation de charcuterie : faible (moins d’une portion par semaine), moyenne (2,5), forte (plus de 4/semaine).

Risques accrus de 76%

Les personnes étudiées ont été interrogées entre 2011 et 2013 pour savoir si elles avaient présenté des symptômes d’asthme (difficultés à respirer, des oppressions thoraciques et des essoufflements) depuis leur recrutement dans l’étude, entre 2003 et 2007.

lundi 30 janvier 2017

LE CHAOS CONTINUE.... DROLES DE TETES VIDES...

SUPERBE HISTOIRE VRAIE... AHH CES POULETTES!!!

UNRE MAGNIFIQUE HISTOIRE CE TYPE EST EXTRA... IL AIME BCP SA POULETTE ET LUI ACCORDE D' ETRE COMME CHEZ ELLE CHEZ LUI.. LOL.. MAIS ELLE DISPARAIT... APRES DE VAINES RECHERCHES, IL LA TROUVE CACHEE ESAYANT DE COUVER DES OEUFS.. MAIS COMME ILS NE SONT PAS COCHES ET QU' ELLE VEUT TANT ETRE MAMAN IL REMPLACE LES OEUFS PAR DES OEUFS POUSSINS ... SUPER MAGNIFIQUE LE COMPLICITE DE CES 2 ETRES!!!!

dimanche 29 janvier 2017

MANGER DU CADAVRE..

 

 EN FAIT SI VOUS ETES VIANDARD C' EST VOTRE CAS BIEN SUR..

ET LE CADAVRE C' EST PLUTOT REPUGNANT NON???

ALORS POURQUOI CONTINUER??


 Article un peu vieux.. mais le livre est encore   en vente sur amazon..

 sans aucun doute instructif..

Omerta sur la viande, un témoin parle (Grasset), le livre de Pierre Hinard

 

Votre livre dénonce les travers peu ragoûtants des «usines à viandes», que retrouve-t-on de pire dans nos assiettes?

Evidemment, et heureusement, cela ne concerne qu’une partie de la production, mais dans les faits, j’ai vu des viandes vertes, puantes, parfois bourrées d’asticots et qui, au lieu de finir à la benne comme je l’avais ordonné, ont été transformées en steaks hachés, ceux-là même qui finissent dans l’assiette des enfants. Et des steaks taillés dans les invendus d’une grande surface, eux aussi bons pour la poubelle, être expédiés à une chaîne de restauration plus de quarante jours après l’abattage des bêtes -au lieu du délai de huit jours prévu par la loi. Sans compter les viandes congelées, décongelées et recongelées au mépris de la chaîne du froid, l’absence de traçabilité, le trafic d’étiquetages et autres joyeusetés.

On a du mal à concevoir que ces viandes passent au travers des contrôles sanitaires, la chaîne est-elle corrompue à tous les échelons ?

Bien sûr! Les clients, grande distribution, chaînes de restauration, fast-foods et sociétés agroalimentaires qui fabriquent les plats cuisinés, tous ferment les yeux pourvu qu’ils achètent leur viande au prix le plus bas. Ils n’hésitent pas à nourrir les vaches avec des céréales et du soja, alors qu’elles devraient être nourries à l’herbe et au foin. On vous fait passer des vaches laitières, usées jusqu’à la corde et qui ne sont pas des races à viandes, et du cheval pour du bœuf de qualité supérieure! L'industrie ne tire pas les enseignements du passé, la vache folle ne les a visiblement pas calmés.

LES VACHES DE HAUTOT SUR MER... UPDATE

SOURCE ET SUITE
AVEC VIDEO

 LA MANIFESTATION DU 18 FEVRIER EST MAINTENUE BIEN SUR..
PAGE FACEBOOK POUR SUIVRE LES EVENEMENTS EN COURS ET A VENIR..

POUR SIGNER LA PETITION C' EST ICI 




Les 380 vaches charolaises sont sous la double surveillance d'un collectif et des autorités de l'Etat. Des carences avaient été constatées. Durant ces jours de grand froid, les protecteurs du troupeau ont veillé sur elles

POST À L'INTENTION DES SERVICES OFFICIELS
Messieurs, voici ce que vous auriez vu durant tout le mois de janvier si vous vous étiez déplacés.
NOUS AFFIRMONS UNE NOUVELLE FOIS QUE LES BÊTES D'HAUTOT NE SONT PAS ÉLEVÉES DANS LES RÈGLES DU BIEN ÊTRE-ANIMAL.
Les mangeoires et abreuvoirs ne peuvent pas être remplis uniquement lorsque l'on alerte les réseaux et les médias!!
VENEZ NOMBREUX LE 18 FÉVRIER 11H À DIEPPE. DÉPART DÉBUT GRAND RUE.


Reportage de Stéphane Gérain et Bruno Belamri

Intervenants :
Sophie Vermander, collectif "sauvons les vaches d'Hautot-sur-Mer", Justine Scherer, collectif "sauvons les vaches d'Hautot-sur-Mer", Benoit Tribillac, directeur de la direction départementale de la protection des populations

De l'eau, de la paille et un abri. C'est le besoin quotidien du bétail.

Le troupeau d'Hautot-sur-Mer est bien visible de la route. Les bénévoles du collectif "sauvons le troupeau d'Hautot-sur-Mer" se relaient pour observer les conditions de vie des vaches charolaises.

Un "aiguillon" qui incite visiblement les éleveurs à apporter les soins nécessaires à leurs animaux.

Depuis plusieurs mois, le sort des ces animaux est relayé par les médias et soutenu par les réseaux sociaux. Un rassemblement aura lieu à Dieppe le 18 février prochain pour sensibiliser sur cette cause.

En juin 2016, une expertise, diligentée par la préfecture de Seine-Maritime avait mis "en évidence des carences dans la conduite du troupeau et conclut à la nécessité de mettre en place certaines mesures."

vendredi 27 janvier 2017

MARCHE PRO TRUMP

APRES LA MARCHE DES FEMINISTES (EN FAIT ANTI TRUMP)PRO AVORTEMENT... UNE MARCHE POUR LA VIE (44 EME) A WASHINGTON... AUSSI UN LONG REPORTAGE (UNE HEURE OU PLUS ) IL Y A ENCORE PLUS LONG. (3 HEURES ENVIRON) AVEC LE DISCOURS DU VICE PRESIDENT ET DE SA FEMME... NE PAS OUBLIER QUE DERRIERE IL Y A AUSSI LE CREATIONISME... LA PROTECTION DES PLUS FAIBLES DU MIKE PENCE.. OUAIS.. ,MOI J' AIMERAIS BIEN QUE DANS CES VULNERABLES.. IL AJOUTE UN PEU (BCP!!) LES ANIMAUX.. UNE GRANDE MANIFESTATION PRO TUMP EN FAIT.. JE POSTE JUSTE EN OBSERVATEUR... IL Y A 2 MANIERES D' ANALYSER CES MARCHES... UNE POSITION HUMAINE DE RESSENTI ET HELAS UNE POLITIQUE.. LE SUJET EST VASTE, JE RESERVE MON OPINION POUR/CONTRE MAIS EN TANT QUE PRO ANIMAUX...ET PRO PLANETE BLEUE..JE NE PEUX PAS DESIRER UNE AUGMENTATION DE LA POPULATION QUI DEVRA MANGER.. DONC TUER..CECI ETANT, IL FAUT AUSSI LUTTER CONTRE LE REMPLACEMENT DE POPULATION .. PAS FACILE

LA CONSOMMATION DE VIANDE DISPARAITRA BIENTOT


SOURCE ET SUITE

 LES PPL DEMANDENT ENFIN DES PROTEINES QUI NE DETRUISENT PAS LA PLANETE

SUPER BONNE NOUVELLE VU QUE LES AGRICULTEURS ONT COMPRIS ET DEVELOPPENT  DES PROTEINES  BASEES SUR LES VEGETAUX....
 LES GAGNANTS SONT... LES PETITS POIS...
 UNE COMPAGNIE FRANCAISE A UN GROS PROJET AU CANADA..
 VOIR SURLIGNE TURQUOISE 
 DE TTE MANIERE LA VIANDE ANIMALE SERA BIENTOT INSUFFISANTE POUR  FAIRE FACE A L' AUGMENTATION PHENOMENALE ET HORS CONTROLE DE LA POPULATION MONDIALE

 ET C' EST TANT MIEUX DE PREVENIR LA PENURIE PLUS TOT EN EPARGNANT LES VICTIMES DE L' ELEVAGE

 LES GROS NULS QUI NOUS GOUVERNENT N' ONT ENCORE RIEN COMPRIS POUR LA PLUPART QUI BRAILLENT BRAILLENT POUR PLUS D' ELEVAGE INTENSIF

 ILS VONT LOUPE LE TRAIN!!!

It’s no secret that we’re kind of obsessed with protein. Studies have shown that the average person in a developed country consumes 103 grams of protein a day — more than double the recommended daily intake, most of which come from animal protein. Unfortunately, our appetite for animal-based protein has a devastating impact on the planet. Luckily, as more people come to recognize how meat and dairy can negatively impact not only the health of the planet but their own as well, the demand for clean, plant-based protein is on the rise. The plant-based protein market is estimated to reach a value of $5.2 billion by 2020 and plant-based meat alternatives could make up one-third of the entire market by 2050. In keeping with this trend, one company just took a huge step in leading the change.
Last week Roquette, a French, family-owned company, announced it will build the world’s largest pea processing plant in Manitoba, Canada. Roquette has been around since the 1930s and currently specializes in producing sustainable products in the pharmaceutical, health, food, nutrition, feed, pet food spaces.


 This new plant will be dedicated to making pea protein, a high-protein, low-fat, and allergen-friendly alternative to animal protein. According to Roquette chair Edward Roquette, “it is the largest global investment dedicated to pea protein to date. And it constitutes a key pillar of our strategy in plant protein in general and in pea protein in particular.”
It’s not just Roquette that’s responding to the demand for plant-based protein — more companies than ever have embraced pea protein. Last year, Ripple Foods launched a line of plant-based milks made from pea protein while the maker’s of Muscle Milk released Evolve, a plant-based protein shake made from pea protein. 2016 also saw the launch of the Beyond Burger, a pea protein-based burger that contains 20 grams of protein per patty. Now, Roquette’s processing plant will be a fantastic step forward into the future of protein, making pea protein more easily available than ever. Construction of the world’s largest pea processing plant is set to begin later this year.
There’s no turning back from here. As the world’s population continues to grow and more developing nations start to demand more meat and dairy, we need to realize that animal protein cannot sustain a world of meat eaters. As Nil Zacharias, Co-Founder of One Green Planet, has said, “advancements in plant-protein are the kind of technological innovations the world desperately needs. In fact, it may be one of the only real shots we have to make our future on this planet possible.” If we hope to feed the growing demand for protein, we need to move ahead into the future of food with more plant-based options like pea prote

jeudi 26 janvier 2017

DUPONT AIGNAN... BIEN ETRE ANIMAL... BRAVO!!

 SOURCE ET LES MESURES MANQUANTES ICI




Les 20 mesures proposées par Nicolas Dupont-Aignan concernant le bien-être animal
  1. Imposer aux abattoirs des cahiers des charges draconiens et multiplier les inspections surprises afin d'éradiquer la maltraitance animale dans les chaînes de production.
  2. Interdire la viande provenant d'abattoirs qui pratiquent l'abattage sans étourdissement dans les services de restauration des municipalités françaises.
  3. Installer la vidéosurveillance dans les abattoirs.
  4. Négocier avec les cultes une solution respectueuse des traditions qui permette un abattage avec étourdissement.
  5. Encourager l'élevage de qualité et créer un label « Bien-être animal ».
  6. Soutenir et mieux répartir les refuges qui sont débordés à cause du nombre d'animaux qu'ils reçoivent et du peu de moyens dont ils disposent. La Ville dont Nicolas Dupont-Aignan est le maire a été exemplaire en créant un refuge et a été lauréate du Ruban d'Honneur de la Fondation 30 Millions d'Amis.
  7. Garantir le financement des associations de protection des animaux.
  8. Mettre fin aux subventions des activités contraires à la dignité animale.
  9. Renforcer considérablement les campagnes de prévention et de sanction d'abandon des animaux, surtout l'été : systématiser l'interdiction à vie de posséder un animal domestique pour ceux qui abandonnent leur animal.
  10. Permettre aux vacanciers ne pouvant pas emmener leurs animaux de les laisser à d'autres particuliers sans crainte, en organisant la profession de « pet-sitter » qui se développe actuellement sans garde-fous (formations en collaboration avec les associations de protection des animaux) : créer des labels et des certificats de capacité.
  11. Interdire la cession d'animaux sur les sites d'annonces et les réseaux sociaux sans identification des acheteurs et donneurs.
  12. Créer dans l'ensemble des parcs publics régionaux des espaces réservés aux chiens et aux chats afin de permettre à ces animaux d'évoluer en liberté.
  13. Interdire la consommation de viande de cheval (proposition de loi sur le statut juridique du cheval, déposée à l'Assemblée Nationale par Nicolas Dupont-Aignan).
  14. Encourager la création de fermes pédagogiques.
  15. ... SUITE
  16.  

ILS DISENT AIMER LES ANIMAUX... ET ILS BOUFFENT AUSSI DU LAPIN

SOURCE ET SUITE

Alors que les eurodéputés sont appelés à voter en Commission Agriculture mercredi 25 janvier 2017 sur un rapport visant à améliorer la protection des lapins d’élevage, la Fédération des Vétérinaires Européens (FVE) a publié jeudi dernier ses recommandations en matière de bien-être des lapins et appelle à la mise en place de standards minimums en élevage cunicole.

Un soutien de poids

Parmi les principaux points de son document, la FVE se félicite de ce rapport du Parlement Européen appelant à une législation pour le bien-être des lapins. Préoccupée par les conditions d’élevage des lapins en Europe, la FVE souligne que la mortalité et la morbidité des lapins restent encore aujourd’hui des problèmes importants et que les cages intensives ne peuvent pas permettre le respect des « 5 libertés »  qui définissent le bien-être des animaux. Pour la FVE, passer à des systèmes en groupes et en parcs serait bénéfique pour les lapins. Elle souligne également que le transport et l’abattage des lapins pose des problèmes importants en termes de bien-être animal.
CIWF salue cette position qui soutient une législation minimale pour protéger les lapins et en défaveur des cages en élevage. Comme le rappelle la FVE, les lapins sont des animaux grégaires, qui préfèrent vivre en groupe. Leurs besoins sont les mêmes que ceux des lapins sauvages et pour la FVE, il est essentiel pour leur bien-être qu’ils puissent exprimer certains comportements comme celui de ronger, faire des bonds, et développer des interactions sociales. Ils ont également besoin d’une alimentation riche en fibres pour limiter les problèmes respiratoires et gastro-intestinaux.

La France, dans le trio de tête des producteurs de lapins

Comme le précise la FVE, la France est le 2ème producteur européen de lapins, derrière l’Espagne, mais désormais devant l’Italie. Or, en France, la quasi-totalité des élevages sont en cages industrielles, sans aucun standard définissant des normes minimales à respecter pour la protection des lapins.
Deux organisations françaises sont membres de la FVE : l’Ordre des vétérinaires et la Fédération des Syndicats Vétérinaires de France (FSVF). CIWF se réjouit de leur soutien via leur fédération européenne, et les appelle à faire connaitre leur position auprès des décideurs français pour qu’ils soutiennent l’évolution de la filière vers la fin des cages !

AHHA AHHAHA HE OUI.. C' EST VRAI....COLERE DES BOUCHERS.. ET STOP DU CONSOMMATEUR

SOURCE ET SUITE

 

Après l'OMS en octobre 2015, c'est l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (ANSES) qui recommande désormais de manger moins de viande et de charcuterie. Florence Vignal, présidente du syndicat des Bouchers-Charcutiers- Traiteurs de Lozère, dénonce sur RMC.fr une nouvelle attaque contre sa filière.

Florence Vignal est la présidente du Syndicat des Bouchers-Charcutiers – Traiteurs de Lozère.
"On est victimes du lobby des végétariens et de toutes les associations vegans qui n'ont comme seul but que de détruire des filières entières d'élevage et de transformation. Nous, les charcutiers et bouchers, nous sommes des assassins en puissance. Délibérément tous les matins on se lève pour tuer des gens. Comme les constructeurs automobiles, d'ailleurs: quand les gens roulent trop vite, c'est de la faute des constructeurs. Je rigole, mais tous ces débats sont terribles pour nous et fragilisent une filière qui va déjà mal, alors que nous valorisons des productions de qualité, prônant une agriculture raisonnée, et privilégiant la qualité plutôt que la quantité. Pourtant, au final, on se fait attaquer de toute part.
Nos métiers sont beaux, créent des emplois et de la richesse, et on a l'impression qu'on nous jette la pierre. Sitôt que la filière se redresse un tout petit peu, c'est un nouveau scandale dans les abattoirs, c'est une nouvelle étude de l'OMS avec des données recueillies sur des élevages américains pour la plupart. On est vraiment les boucs émissaires.
Les gens, à force, quand on leur répète sans cesse que manger de la viande ou de la charcuterie c'est mauvais, que des associations vegans tournent des clips vidéos pour les adolescents, ça inquiète le consommateur. On entend leur questionnement en magasin et certains clients nous disent qu'ils ne mangent plus de viande. On constate que les gens se tournent vers d'autres formes d'alimentation. Sauf que l'homme est aussi carnivore et il a besoin de viande pour son équilibre alimentaire. Des filières économiques vont être dévastées et ça nous inquiète.

mercredi 25 janvier 2017

UNE POULE PEUT ELLE ELEVER UN CANETON??????????




 TRES INTERESSANT A OBSERVER ..

 CETTE POULE TENTAIT DESESPEREMMENT DE COUVER ET D' AVOIR DES POUSSINS LES OEUFS N' ETAIENT PAS COCHES... PAS DE COQ DANS LE POULAILLER ....

 DONC POUR LUI FAIRE PLAISIR UN OEUF DE CANE EST PLACE SOUS LES PLUMES DE LA POULE..

 UN CANETON VOIT LE JOUR SUPER!! QUEL PLAISIR D' ETRE MAMAN!!


 OUI MAIS VOILA.. UN CANETON ET UN POUSSIN N' ONT PAS LES MEMES BESOINS ALORS COMMENT ELEVER CETTE TOUFFE DE PLUMES SE DEMANDE LA POULE..

lundi 23 janvier 2017

200 CHIENS DE PLUS SAUVES ......COREE DU SUD



SOURCE ET SUITE 


ACCUEILLIS DANS LES REFUGES DES PAYS SUIVANTS..
 SIXIEME ELEVAGE FERME!! BRAVO!!!
 770 CHIENS SAUVES EN UNE ANNEE




Rescuers with Humane Society International transported 200 dogs saved from a South Korean dog meat farm in Wonju, South Korea, to the United States, Canada and the United Kingdom. This is the sixth dog meat farm closure managed by HSI, with a total of 770 dogs rescued since January 2015 as part of the organization’s campaign to end the dog meat trade in South Korea and across Asia.   
The dogs will be taken to animal shelters participating in The Humane Society of the United States’ Emergency Placement Partner program (HSI is the international affiliate of The HSUS), where they will be placed for adoption as family pets in loving homes. The shelters are located in Florida, Virginia, Oklahoma and Ohio, among other states. See below for a full list of states and shelters.
The dog meat operation is located in Gangwon province, which is significant because it is the site of the 2018 Winter Olympics in Pyeongchang. HSI is calling on the government to support a phase out of the dog meat trade ahead of the Olympics and an ultimate ban on the trade.
Adam Parascandola, director of animal protection and crisis response for HSI, who assisted in the dog rescue, said: “With the Winter Olympics just over a year away, now is the time for the Korean government to act to end the dog meat trade and let the world focus on the country’s preparations for a great sporting event, rather than on the terrible cruelty of being raised on farms for a product few Koreans consume. These rescued dogs will soon experience the compassion and care of humans that is not afforded to them at these farms. They will serve as ambassadors for the millions of others still suffering on dog meat farms in South Korea.”
HSI has found through its successful interventions over the past two years that many people who run dog meat operations are eager to leave the trade and transition to new livelihoods. To end the trade for good, HSI is urging a government-led phase out of dog meat farming and consumption.
The owner of this operation approached HSI after being urged by her daughter to give up the dog meat business and transition to another line of work. The dogs on this farm include breeds of all kinds such as cocker spaniels, English spaniels, beagles and Pyrenees as well as the more commonly found on meat farms, like mastiffs and Jindos.
Facts:
  • With this latest operation, HSI has helped rescue 770 dogs from dog meat farms in South Korea.

AMUSANT... CHACUN TIRE SES PROPRES CONCLUSIONS

ACTION... MANIFESTATION POUR CES VACHES MALTRAITEES



L’image contient peut-être : texte



PLUS D' INFOS FACEBOOK ICI

dimanche 22 janvier 2017

MOINS DE VIANDE???????????????PLUS MARGINAL EN FRANCE...

SOURCE ET SUITE

On pourrait l’appeler le « pic bidoche », à l’instar du « pic pétrolier ». Soit le moment où un pays ou une civilisation atteint l’apogée de sa production et de sa consommation de viande, avant que celles-ci ne se mettent irrémédiablement à diminuer. Ce pic, la France l’a atteint en 1998. Après un demi-siècle de hausse continue, la conso moyenne de viande par Français s’est bloquée cette année-là à 94 kg équivalent carcasse. Depuis, ce chiffre a baissé, pour atteindre 86 kg en 2015. En cause : un pouvoir d’achat en berne, le prix de la viande qui augmente (+ 21 % sur les dix dernières années), mais surtout l’évolution de notre manière de manger. Nous sommes ainsi plus attentifs aux questions de santé liées à une alimentation trop riche. On consomme également davantage de charcuterie et de plats transformés, moins de morceaux bruts à cuisiner (lire l’épisode 8, « La bidoche, moche et méchante »). Au final, le volume avalé est moindre.
Le succès de la pensée antispéciste, le souci du bien-être animal ou les préoccupations écologiques grandissantes autour de l’élevage ont-ils un poids dans cette baisse de la consommation de viande ? Il n’existe aucune étude fiable sur le sujet en France, où le phénomène semble historiquement plus marginal que dans nombre de pays voisins. En mai dernier, le Guardian assurait que le nombre de vegans avait augmenté de 350 % en Grande-Bretagne ces dix dernières années, pour atteindre un demi-million de personnes. Près de la moitié d’entre elles auraient entre 15 et 34 ans. Le chiffre est certes tiré d’une enquête réalisée par des associations de promotion du veganisme, mais il montre l’ordre de grandeur du mouvement.

PLUS INTELLIGENT QUE LES MAIFS ANTI TRUMP... MERCI

MELENCHON VOTE POUR LES ANIMAUX... MERCI, BRILLANT EN PLUS..

EXCELLENT PASSAGE SUR LES ANIMAUX, LA VIANDE. L' ELEVAGE INTENSIF ETC....

DUNKERQUE... TROP DE CAS DE MALTRAITANCE.. FOLIE

SOURCE ET SUITE

Douze chiens, quatre chats, «  sans compter les tortues et autres poissons rouges qu’on retrouve dans à peine un quart du niveau d’eau normal  », selon un bénévole de l’association : depuis le début d’année, la SPA de Dunkerque est régulièrement sollicitée pour des cas de maltraitance sur des animaux de compagnie, «  soit autant de cas signalés sur le seul mois de janvier que sur l’ensemble de l’année 2016  », illustre Michel Vanwaefelghem, directeur de l’établissement.
Par maltraitance, il ne faut pas forcément comprendre violences, mais aussi malnutrition et animaux livrés à eux-mêmes, soit la grande majorité des cas constatés ces dernières semaines dans le Dunkerquois et en Flandre (lire ci-dessous).

Solution à l’amiable…

Illustration avec Jean-Jacques Caenen, bénévole à la SPA, qui joue le rôle d’« enquêteur » pour l’association. «  En général, nous sommes prévenus d’un cas de maltraitance 
par téléphone ou via des contacts personnels comme Facebook pour ceux qui nous connaissent. Avec une autre bénévole, on se déplace alors à l’endroit signalé, sans jamais mentionner le nom de la personne qui nous a avertis. Sur place, on présente notre carte de la SPA et on se renseigne sur l’animal en question, d’où le terme d’enquêteur».  »
Reste que l’accueil n’est pas toujours des plus conviviaux… «  Parfois, il arrive que les gens nous laissent entrer, mais souvent, soit ils refusent de discuter, soit ils s’emportent, comme ça a été le cas récemment à Hardifort et Hondschoote.  »

LA VIANDE SANS VIANDE..

A VOIR ICI  BCP DE DOCS

vendredi 20 janvier 2017

RETOUR SUR IMAGES... INAUGURATION....

BRAVO LES POMPIERS!!

UNE GRANGE BRULE LES POMPIERS SAUVENT LES COCHONS.. SYMPA

FOIE GRAS... 1,5 MILLIONS D' OISEAUX ABATTUS

SOURCE ET SUITE

 DEDOMMAGEMENTS DONC FAIUT PAS SE PRIVER DU PLAISIR DE CONTINUER.. DANS LE MUR!
 ET TOUJOURS LA MEME CHOSE... PERSONNE NE PARLE  DES BETES... JUSTE DU FRIC!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a annoncé la couleur d’entrée de jeu. Mais il aura fallu deux heures et demie de réunion avec les éleveurs, gaveurs et industriels de la filière du foie gras jeudi 19 janvier, pour affiner les modalités. Face à une nouvelle épidémie de grippe aviaire particulièrement virulente (voir notre dossier), qui sévit depuis quelques semaines dans le Sud-Ouest et devrait conduire à l’abattage préventif d’1,5 million d’oiseaux, les pertes s’élèveraient à 120 millions d’euros pour la filière. "Les indemnisations commenceront en mars (…), elles porteront sur plusieurs dizaines de millions d'euros", s’est engagé le ministre.
Solidarité affichée par la profession
Les éleveurs seront indemnisés sur la base d'un prix forfaitaire par canard abattu, et des prêts relais sans taux d'intérêt accordés en cas de difficultés de trésorerie. Tandis que "la profession a pris ses responsabilités pour accompagner les éleveurs" et "vient de décider, dans un esprit de solidarité, d'une cotisation exceptionnelle importante qui sera versée par tous les aviculteurs de France", indiquent la FNSEA, JA, la CFA et la FN Foie Gras.
Toujours en attente des indemnisations de l'an dernier
Les industriels se disent satisfaits de la réunion. Car tous les maillons de la chaîne - y compris les accouveurs et entreprises en aval - devraient être dédommagés, indique à L’Usine Nouvelle Michel Fruchet, directeur du site de Delpeyrat en Vendée, référent pour Coop de France sur la question aviaire et président de la FIAC Foie Gras. Problème, l’industrie attend toujours le montant promis l’an dernier par le gouvernement en compensation de la grippe aviaire de fin 2015-début 2016, qui avait déjà fait chuter la production de 25%. "Nous sommes le seul maillon de la chaine qui n’a toujours pas reçu de validation par Bruxelles du système d’indemnisation pour la précédente campagne !"
"Des failles" dans le système
Mais comment prévenir de futures épidémies ? La Confédération paysanne avait dénoncé "les responsabilités" de l'élevage industriel "dans la propagation du virus", accusant "l'hyper-segmentation" de la filière d’être "source de crises sanitaires à répétition". Auprès du ministre, qui a admis "des failles" dans le système, les producteurs se sont donc engagés à mettre en oeuvre de nouvelles mesures de biosécurité.
Des investissements avaient déjà été réalisés l’an passé, mais les process peuvent être améliorés afin de stopper la propagation des virus. "Dans la partie transports, une grande partie de la logistique est managée et commanditée par aval, et le nettoyage et la désinfection des outils de transport en sortie de nos usines nous incombent, reconnaît Michel Fruchet. Nous travaillons sur ce sujet depuis août dernier. Il nous faudra aussi avoir des contenants plus facile à nettoyer." Des protocoles d’hygiène spécifiques devront être appliqués dans tous les maillons de la chaîne, et non plus seulement à l’échelle des éleveurs et transporteurs.
Enfin, un audit sera réalisé à travers toutes les exploitations "pour vérifier que les règles de biosécurité sont bien mises en place" a indiqué Stéphane Le Foll. "Nous nous sommes engagés à faire la même chose dans nos usines", assure Michel Fruchet. Mais, pour lui, la situation reste économiquement tendue. Au sein du groupe Delpeyrat, le volume des trois abattoirs industriels du Sud-Ouest est généralement de 120 000 canards par semaine à cette saison. "La semaine prochaine, nous n’aurons que 14 000 canards à abattre ! Avec quoi vais-je livrer mes clients ?", s’inquiète-t-il.

jeudi 19 janvier 2017

WASHINGTON.. GET YOUR POPCORN



 LES PREMIERS MANIFESTANTS ANTI TRUMP.... SONT DÉJÀ ARRIVES A WASHINGTON...

 LE SLOGAN EST TRUMP EST FASCISTE..

 AILLEURS LES GROUPES HOMOS/ TRANS ONT MANIFESTE DEVANT LA MAISON DE MIKE PENCE.

 AU MOINS LA MOITIE DE CES MANIFESTANTS EST PAYÉE POUR MANIFESTER..

 NON SEULEMENT LES AMÉRICAINS VEULENT LA WW3 MAIS ILS VEULENT AUSSI LA GUERRE CIVILE..

 DOMMAGES COLLATÉRAUX DU BIG MAG ET DE LA TÉLÉ???

 CE QUI EST LE PLUS AMUSANT, C' EST LEUR INCAPACITÉ A FORMULER UNE PHRASE OU DÉVELOPPER UNE IDÉE..  OU SIMPLEMENT REPONDRE A UNE  QUESTION...
VOIR LES COMMENTAIRES SUR YOUTUBE

BRAINWASHED!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 UNE GENERATION PERDUE.. QUELLE TRISTESSE...

Etats-Unis: 81 fausses orques s'échouent et meurent sur les côtes de Floride

 

 

SOURCE SUITE 

ET VIDEO

Echoués à quelques mètres d’une plage de sable

La mort des 81 fausses orques a été confirmée par le parc ce mardi, alors que l’opération de sauvetage des animaux encore vivants se poursuivait. Selon le Miami Herald, 72 dauphins seraient morts de causes naturelles et les secours ont été contraints d'en tuer 9 autres, fortement affaiblis et qui n'auraient pas survécu.
De son côté, l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) a déclaré qu’une douzaine de cétacés avaient été repérés dans les eaux plus profondes. Des secours tentaient mardi après-midi de les ramener au large. A l’heure actuelle, les autorités qualifient encore cet échouage massif de « mystère » et ne savent pas comment les animaux ont été piégés.

mercredi 18 janvier 2017

LES SUCCES DE MERCY FOR ANIMALS 2016... GEANT!!

BRAVO GAIA BRAVO LES WALLONS..

SOURCE ET SUITE

 CREDIT PHOTO

 

Le parlement wallon devrait prochainement voter l’interdiction généralisée de l’égorgement des animaux sans étourdissement préalable.

Les parlementaires wallons devraient prochainement voter l’interdiction généralisée de l’abattage sans étourdissement en Wallonie. Au cours d’un débat sur deux propositions de décret en cours d’examen, l’unanimité est rapidement apparue. Les textes seront soumis pour avis à la section législation du Conseil d’Etat qui a trente jours pour se prononcer. Mais l’issue ne fait aucun doute.
Les textes émanent de la députée MR Christine Defraigne et du CDH Josy Arens. Tous deux ont rappelé que l’abattage sans étourdissement se fait non seulement à l’occasion de fêtes religieuses, tant du côté musulman que dans la communauté juive, mais aussi en dehors de celles-ci. Résultat : des dizaines de milliers de moutons et de bovins sont égorgés sans étourdissement préalable pour rentrer dans les filières hallal et casher. D’après les abattoirs en 2014, l’abattage selon les rites religieux en Wallonie concernait 6,35 % des 190.495 abattages de bovins et 35,8 % des 13.282 abattages d’ovins, indique Arens. Le consommateur l’ignore vu l’absence de mention.

Souffrance inutile

Objectif des deux textes soumis au parlement et qui ont reçu l’aval du ministre wallon de l’Environnement au cours d’un débat suivi attentivement par le patron de l’organisation Gaïa : mettre fin à toute dérogation permettant de se passer de l’étourdissement de l’animal pour des raisons religieuses. « Il a été montré dans un rapport français que l’égorgement sans étourdissement cause des souffrances sévères qui peuvent durer 14 minutes », a indiqué Defraigne.
En Belgique, la loi interdit de tuer un animal en le faisant souffrir. Mais elle prévoit une exception dans le cadre de rituels religieux. « Le problème, c’est que l’exception a dépassé largement le cadre de la consommation à l’occasion de fêtes religieuse. La viande obtenue sans étourdissement parvient dans le circuit classique de commercialisation, parfois sans étiquetage. On constate une tendance à promouvoir sinon à généraliser l’abattage sans étourdissement alors que la viande n’est pas destinée à des fins religieuses ».
Les réticences des communautés religieuses ? « L’Indonésie, la Malaisie, Les Emirats arabes unis, la Jordanie acceptent l’importation de viande d’animaux abattus après avoir été étourdis, souligne Arens. La Nouvelle-Zélande, premier exportateur mondial de moutons abattus rituellement impose l’étourdissement. En Suède, en Suisse, au Danemark, en Slovénie, et en Islande l’étourdissement est obligatoire  ». Il faut, dit le député CDH,« une mesure rapide d’interdiction. Aucune conviction religieuse ne doit primer sur volonté de majorité de la population d’éviter souffrance animale ».

BIKERS FOR TRUMP ON THEIR WAY

VIDEOS ABATTOIRS.. PLUS D' INFOS



SOURCE ET SUITE


C’est une très belle victoire pour les animaux : la proposition de loi relative à la protection des animaux à l’abattoir a été votée en première lecture à l’Assemblée nationale ce jeudi 12 janvier en séance plénière. Bien que plusieurs dispositions aient été rejetées, la mise en place de la vidéosurveillance obligatoire dans tous les abattoirs au 1er janvier 2018 a été actée. Un premier pas capital, reste encore à ce que ce texte soit déposé et voté au Sénat en l’état, pour qu’il soit définitif.

Une loi pour le contrôle vidéo en abattoirs : une première en Europe

L’amendement d’Olivier Falorni sur la vidéosurveillance obligatoire dans les abattoirs a été adopté par 28 voix contre 4, après de longs débats malgré un hémicycle très dépeuplé. Les caméras sont prévues dans toutes les zones où des animaux vivants sont manipulés, qu’il s’agisse « des lieux d’acheminement, d’hébergement, d’immobilisation, d’étourdissement, d’abattage et de mise à mort ». Et ce, « à l’issue d’une expérimentation permettant d’évaluer l’opportunité et les conditions de leur mise en place ». Les images pourront être visionnées par les services vétérinaires ainsi que les responsables des abattoirs.
Avant sa mise en place obligatoire à partir de janvier 2018, le mécanisme du contrôle vidéo sera expérimenté dans les abattoirs. CIWF demandera à être impliquée sur les conditions de cette expérimentation, comme l’ensemble des parties prenantes, afin qu’il ne puisse y avoir de doute sur les conclusions de cette expérimentation.
A ce jour, c’est une première en Europe, puisque si la vidéosurveillance est pratiquée dans de nombreux pays, elle n’est pas rendue obligatoire par la loi. Seul Israël et l’Etat de l'Uttar Pradesh en Inde l’ont rendue obligatoire en 2016. La vidéosurveillance est une mesure nécessaire, qui répond à une demande sociétale forte (85% des français y sont favorables selon un sondage IFOP), et portée par de nombreuses associations de protection animale, dont CIWF

La mobilisation associative et citoyenne a porté ses fruits

Le contrôle vidéo obligatoire, mesure issue du rapport de la commission d’enquête parlementaire sur les abattoirs, avait initialement été retoquée par la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale le 14 décembre. Pour mobiliser les députés, CIWF et 9 organisations de protection animale ont cosigné un courrier à l’attention des 577 députés afin que la proposition de loi ne soit pas vidée de « toute substance ».
.................
........................

D’autres amendements importants sont passés…

Les députés ont également voté :
  • La création d’un comité national d’éthique des abattoirs, qui sera mis en place « dès la semaine prochaine » selon le Ministre de l’agriculture S. Le Foll, intégré au sein du conseil national de l’alimentation.
  • La pénalisation de la maltraitance des animaux en abattoir et dans les entreprises de transport. Celle sera désormais qualifiée de délit pénal – une disposition à l’origine votée dans la loi Sapin II, mais censurée par le Conseil constitutionnel.
  • La possibilité pour les Associations de protection animale de se constituer partie civile pour les délits de maltraitance relevant du code rural.
A noter, les associations de protection animale ne sont pas à ce jour au sein du conseil national de l’alimentation, il faudra donc les intégrer pour qu’elles participent au comité national d’éthique des abattoirs.

lundi 16 janvier 2017

FROID EXTREME EN RU7SSIE EXCEPTIONNEL

15% DES ANIMAUX SONT MAL ETOURDIS AVANT D' ETRE ABATTUS..

REVOLTANT!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
 IL EST TEMPS QUE CELA CESSE, MAIS NOUS SEULS AVONS LE VRAI POUVOIR EN CESSANT D' ACHETER TTE CHAIR ANIMALE

 SOURCE ET SUITE

Si les sénateurs suivent les députés, des caméras de vidéosurveillance seront installées dans les 263 abattoirs français dès le 1er janvier 2018. Invité de RTL ce samedi 14 janvier, Jean-Noël Carpentier, membre de la commission d'enquête parlementaire sur les abattoirs, se réjouit de l'adoption de la disposition, portée par les radicaux de gauche, par l'Assemblée nationale. "C'est une bonne nouvelle, parce que c'est indispensable d'avoir un peu plus de dignité dans ces abattoirs. Il y a près de 3 millions de bêtes qui sont abattues chaque jour. Il y a eu des contrôles il y a quelques années (qui ont montré que) 30% des abattoirs ne respectaient pas la législation."

Selon le député du Val d'Oise, "15% des animaux sont mal étourdis avant d'être abattus". Avant de juger que les caméras "sont un moyen indispensable" pour endiguer le problème. "On a pu porter une loi extrêmement efficace, malgré certains lobbys de l'industrie agroalimentaire", précise-t-il.

Les caméras de vidéosurveillance devront être installées par les abattoirs. "Cette image pourra être contrôlée par les services vétérinaires et par les responsables de la protection animale". Par ailleurs, le député le garantit aux salariés de ces établissements : les employeurs n'auront pas accès aux images. "La direction ne peut pas utiliser ces images, et certainement pas pour fliquer les salariés (...) C'est un faux débat, ce n'est pas du tout l'objet de cette loi."

vendredi 13 janvier 2017

DUPONT AIGNAN ET LES EFFORTS POUR LES ANIMAUX

ABATTOIRS CAMERA VIDEOS.. LEGEREMENT DIFFERENT DU PRECEDENT




Une proposition de loi sur les conditions d'abattage a été adoptée ce jeudi après-midi en séance publique à l'Assemblée. Elle prévoit de rendre obligatoire la vidéo dans les 263 abattoirs de France.
Pour éviter que des actes de cruauté envers les animaux ne se reproduisent dans les abattoirs français, comme l'ont montré des vidéos chocs diffusées l'an dernier par l'association L214, le député Olivier Falorni a proposé l'adoption de deux amendements dans le cadre d'une proposition de loi sur l'abattage. Ils avaient déjà été présentés dans le cadre de la loi Sapin II mais rejeté par le Conseil constitutionnel en décembre pour une question de forme plus que de fond (cavalier législatif).
Les députés ont adopté jeudi cette proposition de loi qui, dans le détail, prévoit l'installation à compter du 1er janvier 2018 de caméras dans les 263 abattoirs de France afin de limiter la souffrance animale après la diffusion d'images clandestines montrant des mauvais traitements.
Les députés ont adopté par 28 voix contre 4, après de longs débats, un amendement qui dispose «qu'à compter du 1er juillet 2018, à l'issue d'une expérimentation permettant d'évaluer l'opportunité et les conditions de leur mise en place, des caméras sont installées dans tous les lieux d'acheminement, d'hébergement, d'immobilisation, d'étourdissement, d'abattage et de mise à mort des animaux».
La proposition de loi propose notamment la création d'un Comité national d'éthique des abattoirs et durcit les peines en cas de maltraitance des animaux.
Le Sénat devrait examiner à son tour cette proposition de loi en février, l'objectif étant un vote définitif avant début mars, date à laquelle cesseront les travaux de l'actuelle législature pour cause de campagnes électorales pour la présidentielle et les législatives.
Parmi les abattoirs, «nombre d'entre eux sont déjà équipés de caméras et certains ont récemment annoncé leur volonté de franchir ce pas , constate Olivier Falorni. La finalité exclusive de cette installation est la protection animale. Toutefois, si un accord collectif le prévoit, les images peuvent être utilisées à des fins de formation des salariés».
Seuls les vétérinaires auront accès aux images
Pour éviter tout débordement sur l'utilisation de ces images vidéo, il est par ailleurs prévu des garde-fous. «Les images ne pourront être conservées plus d'un mois et respecteront le régime de la loi de 1978 Informatique et libertés, en particulier en ce qui concerne les sanctions en cas de détournement de finalité ou de divulgation des images. Elles peuvent aller jusqu'à 5 ans d'emprisonnement et 300.000 euros d'amende», rappelle Olivier Falorni.
Par rapport au texte initial, les personnes ayant accès aux images ne sont en outre plus tout à fait les mêmes. N'y figure plus la direction de l'établissement, un élément de nature à rassurer les représentants du personnel. «Ces derniers craignaient que la direction utilise ces images à d'autres fins que celle prévue par la loi, reconnaît le parlementaire. La loi prévoit très clairement que la finalité exclusive est la protection animale». Seuls les services vétérinaires, qui sont déjà présents sur les lieux de mise à mort des abattoirs, auront accès aux vidéos. Désormais, les responsables de protection animale, dont le rôle est de plus en plus important dans ces établissements, auront aussi la possibilité de les visionner. «Le risque de flicage des salariés ne tient pas (...) puisque la direction de l'établissement n'est pas destinataire des images», a martelé Olivier Falorni ce matin. .
Un second amendement réintroduit la possibilité pour les parlementaires (député, sénateur, et élu européen) «de visiter les abattoirs français pour vérifier s'ils respectent le bien être animal». Pendant six mois, le député s'est rendu de façon inopinée dans plusieurs abattoirs de France avec les membres de sa commission et a jugé utile de systématiser cette procédure de visite. À deux précisions près. Primo, les élus devront être accompagnés des services vétérinaires compétents. Secundo, ils ne pourront venir avec des journalistes. «Cette possibilité a été écartée en raison de l'inquiétude que cela avait suscitée chez les professionnels. Nous les avons entendus», commente Olivier Falorni.
Stéphane Le Foll dans une position médiane
Étonnamment, la Confédération Paysanne est farouchement opposée à cette mesure, mettant en avant le droit des personnels. Pour le troisième syndicat agricole, «la vidéo pourrait être utilisée comme un outil de pression psychologique pour les salariés des abattoirs». Pour leur part, les industriels de la viande sont farouchement contre la généralisation de la vidéo dans les abattoirs. «La protection animale à l'abattoir n'est pas une affaire de caméras même si certains profitent de ce débat de société pour exister médiatiquement, dénonce Pierre Halliez, directeur général de Culture viande, une organisation professionnelle regroupant les entreprises du secteur. C'est est avant tout une question d'hommes, de formation et de bon sens».

jeudi 12 janvier 2017

GRIPPE AVIAIRE... ENCORE PLUS DE CAS.. LES 2 SEVRES NOUVEAU FOYER??

SOURCE ET SUITE

 ET PAS SEULEMENT LES CANARDS HELAS....


Alors que des millions de canards sont actuellement abattus dans les élevages du Sud-Ouest, on pouvait craindre le pire après la découverte d'un cas de grippe aviaire chez un particulier à Fors, dans les Deux-Sèvres, fin décembre. Les analyses ont en effet montré qu'il s'agissait de la souche la plus virulente et la plus pathogène du virus, nommée H5N8, la même qui sévit actuellement dans le Sud-Ouest. Le 2 janvier, la préfecture avait instauré une zone de contrôle temporaire de 10 km autour du village ( ci-dessous : les zones de contrôle autour de Fors et de La Chapelle-Bâton), qui obligeait les éleveurs à confiner leurs volailles et à limiter les mouvements, mesures de précaution que la plupart d'entre eux appliquaient déjà. Coup sur coup, un autre cas avait été détecté à La Chapelle-Bâton, où l'éleveur avait perdu près de 5.000 dindons en 48 h, décimés par cette même souche de grippe aviaire H5N8.
Depuis, les services de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) ont multiplié les contrôles chez les professionnels et les particuliers de tout le département, craignant le départ d'une épizootie (épidémie qui touche les animaux) massive. Ces prélèvements ont permis de détecter deux nouveaux cas : dans un élevage à Augé, où les volailles ont été abattues samedi, et un cas suspect à Missé, placé sous surveillance hier pour une durée de 21 jours.
Si le cas de Missé est en cours d'analyses, celui d'Augé a livré un résultat surprenant : ce n'est pas le H5N8 ! Il s'agit bien d'une grippe aviaire qui a touché cet élevage, mais du type H5N1, pathogène mais beaucoup moins virulente, celle-ci a donc moins de risques de se répandre.

ABATTOIRS!!!!!!!!!!!!!!!BONNE SURPRISE.... MAIS PAS ENCORE ADOPTE...

SOURCE ET SUITE

NE REVONS PAS TROP VITE.. IL VA Y AVOIR TELLEMENT DE PRESSIONS POUR EMPECHER CE PROJET DE CAMERAS DE SURVEILLANCE
..
  ET LES DEUX AUTRES TOUT AUSSI IMPORTANTS..  ABATTAGE RITUEL ET FEMELLES EN GESTATION!!!!!!

 A SUIVRE DONC... RV DANS SIX SEMAINES...

L'Assemblée nationale a voté de façon inattendue jeudi soir l'obligation d'installer des caméras de surveillance dans les abattoirs à partir de 2018, souhaitée par les radicaux de gauche et les associations de protection animale.
Bêtes mal étourdies, accrochées vivantes... Les images chocs diffusées début 2016 par l'association L214 avaient suscité beaucoup d'émotion et entraîné un plan gouvernemental en faveur du bien-être animal.
Et les députés avaient mis cette question au coeur d'une commission d'enquête, dont a découlé une proposition de loi portée par Olivier Falorni (DVG) et son groupe des radicaux de gauche, comprenant cette mesure phare sur les caméras dans les abattoirs.
À partir du 1er janvier 2018, et à l'issue d'une expérimentation, "des caméras (seront) installées dans tous les lieux d'acheminement, d'hébergement, d'immobilisation, d'étourdissement, d'abattage et de mise à mort des animaux", stipule la disposition adoptée, à laquelle se sont finalement ralliés les socialistes et le gouvernement. L'expérimentation devra permettre "d'évaluer l'opportunité et les conditions de la mise en place" des caméras, ont fait préciser les socialistes via un amendement à ce texte examiné en première lecture.
Il est cependant loin d'être certain que la proposition de loi puisse être définitivement adoptée d'ici à la fin de la législature dans six semaines.
"Nous sommes déjà dans des discussions pour des expérimentations (...) Actons le fait que ça va se généraliser", a plaidé le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll après une interruption de séance, alors qu'il s'était montré prudent jusqu'alors, invoquant "la crise de l'élevage" et le "respect des travailleurs" dans les abattoirs....
 .....
Un comité national d'éthique des abattoirs sera créé au sein du Conseil national de l'alimentation. Les députés ont aussi voté pour un rapport sur les modalités d'une possible interdiction de l'abattage des femelles en gestation.
Les parlementaires ont longuement débattu de l'abattage rituel. "Nous sommes en train de travailler avec les cultes", a noté le ministre.

LA VERITE SUR LE LAIT!!! A MEDITER!!!

SOURCE ET SUITE

AVEC VIDEO C' EST  SUR ARTE TV
 DUREE 1 HEURE


Le lait, ami ou poison ? Indispensables à une alimentation équilibrée et source de nombreux nutriments pour les uns, associés au développement de maladies pour les autres, les produits laitiers suscitent aujourd’hui une vive controverse. Enquête sur le lait et ses dérivés, sujet qui déchaîne aujourd'hui les passions.
Le lait est-il vraiment aussi sain que le prétendent ses défenseurs ? Depuis plusieurs années, le débat fait rage chez les nutritionnistes, les professionnels de la santé ou les industriels du secteur agroalimentaire. Indispensables à une alimentation équilibrée et source de nombreux nutriments pour les uns, associés au développement de maladies pour les autres, les produits laitiers suscitent aujourd’hui une vive controverse. L’industrie laitière, bien entendu, ne cesse de vanter leurs vertus et ils figurent au menu de tous les programmes de nutrition mais, parallèlement, ils sont de plus en plus critiqués.

mardi 10 janvier 2017

MIGRANTS...TEMOIGNAGE D' UN MEDECIN ALLEMAND


A Female Doctor Working in Germany Warns the World

 Doctor Working in Germany Warns the World

 
"Yesterday, at the hospital in Germany where I work,we had a meeting about how the influx of muslim immigrants from the middle east is simply unsustainable. Walk in Health Clinics cannot handle emergencies, being overwhelmed by the sheer numbers of serious health emergencies, they are starting to send everything to the hospitals.
 
Many muslims are refusing treatment by female staff here in Germany.  The muslim men make sick, crude comments and overtures to the female staff members, because to them any non-muslim woman is a whore or a future slave.  After brief exposure to these cruel, sadistic, female hating beats, we, women, are refusing to go among those animals, especially the muslim men from Africa. 
Relations between the female hospital staff and muslim immigrants are going from bad to worse. Since, the assault and unreported rapes of German women last weekend migrants going to the hospitals must be accompanied by police with K-9 units.
 
Very high numbers of migrants have AIDS, syphilis, open TB and many exotic diseases that we, in Europe, do not know how to treat them. 
 
If they receive a prescription in the pharmacy, when they learn they have to pay cash they become violent. They were told in the middle east that everything in Germany would be free. Everything would be handed to them on a silver platter. 
....
....Until now, the number of unemployed in Germany was 2.2 million. Now it will be at least 3.5 million or higher. Most of these people are completely unemployable. A infinitesimal bare minimum of them have any education. What is more, their women usually do not work at all. I estimate that one in ten is pregnant with many children in tow.   
 

VISONS... ENQUETE 30 MILLIONS D' AMIS.. FRANCE!!!

GRIPPE AVIAIRE ... REGIONS CONCERNEES EN AUGMENTATION

SOURCE ET SUITE
 AVEC VIDEO

La zone d'abattage préventif des palmipèdes a été étendue de 150 à 187 communes dans quatre départements du Sud-Ouest touchés par l'influenza aviaire H5N8, selon un arrêté publié mardi au Journal officiel, qui ajoute à la liste précédente 38 communes et en retire une.

Le Gers reste le premier département concerné par cette mesure entrée en vigueur la semaine dernière, avec 92 communes soumises à l'obligation d'abattre leurs oies et canards, soit 7 de plus que dans la première liste établie le 4 janvier par le ministère de l'Agriculture. La plupart des communes ajoutées à la liste se situent toutefois dans les Landes (+19, 72 au total) et dans les Pyrénées-Atlantiques (+12, 15 au total).


 IL Y A AUSSI CET ARTICLE OU ILS FONT FORT!!
 SOURCE AVEC VIDEO  

 ÉNUMÉRATION DE LEURS MAUX!!!
 ET LE FRIC C' EST QUAND QU' ON LE TOUCHE?? LEUR GRANDE TRISTESSE SE RESUME A CELA..
 MAIS PAS UN MOT POIUR LES CANARDS.
 BANDES D' ABRUTIS, VOUS MÉRITEZ BIEN  VOS MALHEURS TOUT  RELATIFS... MAIS PAS UN SEUL NE PENSERA A CESSER DE MASSACRER JE SUPPOSE 
 EN PLUS ILS SONT MAGNIFIQUES  CES PAUVRES CANARDS!!
 ASSASSINS
éjà "l’an passé, on a arrêté de fin janvier à fin juillet, et là, on ne sait pas comment on va être indemnisés, et quand", déplore-t-il. "Ils vont mettre un paquet d’exploitations en faillite", assure-t-il.

LE FRIC LE FRIC.....  PAREIL DANS LES COMMENTAIRES SAUF UN!!

lundi 9 janvier 2017

TRES BIEN D' EPINGLER LES SALAUDS DE L' ELEVAGE...

ACTION PETITION... POUR DES VIDEOS DANS LES ABATTOIRS.

SOURCE SUR PAGE SIGNATURE

 L' AUTEUR DE LA PETITION SUIT AVEC BEAUCOUP D' INTERET L' EVOLUTION DE CETTE CAMPAGNE ET AVERTIT REGULIEREMENT DE SON  AVANCEE

 MERCI DE SIGNER C' EST LE SEUL MOYEN D' AGIR POUR QU' ENFIN QUELQUE CHOSE SOIT FAIT POUR DIMINUER LA CRUAUTE DANS LES ABATTOIRS

 

 

 

À l'attention : de Monsieur le Député Laurent Grandguillaume, député SER de la 1ère circonscription de Côte-d'Or

Objet du mail : Séance publique du 12 janvier 2017

Monsieur le Député Laurent Grandguillaume, député SER de la 1ère circonscription de Côte-d'Or,

Comme une majorité de Français, j’ai été choqué(e) par les mauvais traitements dont sont victimes les animaux en abattoirs et il apparaît urgent de prendre des mesures fortes pour mettre un terme aux abus dénoncés par les associations de protection des animaux depuis de nombreuses années. Le 12 janvier, vous avez la possibilité d’agir lors de la discussion, en séance publique, de la proposition de loi n°4312.

L’installation de caméras de contrôle vidéo sera proposée via l’amendement présenté par le rapporteur Olivier Falorni. Je vous demande de soutenir cet amendement qui permettra de pallier, en partie, l’insuffisance des contrôles vétérinaires sur la manipulation et la mise à mort des animaux.

Je compte sur vous et vous transmets mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année riche en échéances électorales.

Bien cordialement,

dimanche 8 janvier 2017

C' EST LE WEEK END DE NOEL EN RUSSIE

ACTION PETITIONS........ CHIENS DE CORRE.. UN LEGER PROGRES... ON SIGNE POUR OBTENIR PLUS..

RECU DANS MON COURRIER..
 Jan 7, 2017 — The South Korean government is finally feeling the heat from the global campaigns against the inhumane dog and cat meat industry. The many years of hard work by animal rights activists and organizations both within Korea and abroad seem to be paying off, even if the ultimate goal of banning the sale of dog meat has not yet been reached.

On December 26, 2016, the Korean news organization ‘Animal Doctor’ reported that the government is making some significant changes and improvements to their laws governing treatment of companion animals. This is welcome news and a victory, and proof that our campaign is working. It also encourages us to fight even harder to ban the cruelty of the dog and cat meat industry. Click to learn more: http://koreandogs.org/new-policy-2017/

Sign and share petition: http://koreandogs.org/petitions/
Call for Action: http://koreandogs.org/what-you-can-do/call-for-action/

SUPER!!


 M MAGAZINE LE MONDE KIOSQUE CE WEEK END


FEUILLETER ICI
 CREDIT PHOTO... RATE PAS PU COPIER COLLE DSL


samedi 7 janvier 2017

FROID ATTENDU EN MARS

SOURCE ET SUITE

En fait, une nouvelle étude montre que le vortex polaire se déplace, et qu'il va y avoir des hivers plus longs sur la côte est des États-Unis et dans certaines parties de l'Europe, avec des températures exceptionnellement froides attendues en mars.

BB ANALYSE LES POLITIQUES ET QQ STARS DU SHOW BUSINESS...


La chasse est ouverte ! A 82 ans, Brigitte Bardot sort de sa retraite tropé­zienne pour accor­der une inter­view exclu­sive à l’ani­ma­teur Patrick Simo­nin de TV5 Monde, dans le cadre de son émis­sion 60 Le monde en français. Enre­gis­tré, l’en­tre­tien sera diffusé en deux parties : ce vendredi 6 janvier à 18h50 et ce samedi 7 janvier, toujours à 18h50.  Et le moins qu’on puisse dire, c’est que BB a des comptes à régler.
Avec le monde poli­tique d’abord. Notre président François Hollande ? « C’est zéro multi­plié par zéro pointé. Il n’a rien fait ! »Manuel Valls, premier ministre jusqu’en décembre dernier, ne vaut guère mieux. D’ori­gine espa­gnole, le candi­dat à la primaire de la gauche a eu le malheur de défendre la corrida, notam­ment en 2012. Brigitte l’a dans son viseur : « Les poli­tiques n’ont pas d’âme. Les gens qui défendent la corrida sont des cons ! Nous ne sommes plus au temps des Romains avec les jeux du cirque. »Seuls Marine Le Pen et Jean-Luc Mélen­chon semblent méri­ter une caresse. La première, parce qu’aux yeux de l’ex-icône du 7e art, « elle peut faire pas mal de choses ». Le deuxième, à l’op­posé de l’échiquier poli­tique, parce qu’il est « devenu végé­ta­rien » et parce qu’il a promis qu’il allait « s’oc­cu­per des abat­toirs s’il était élu ». Si Brigitte trouve cela « formi­dable », pour autant, elle n’est « pas prête à voter pour lui ».
Le monde du cinéma n’est pas épar­gné. Malgré l’en­voi de « tas de trucs sur la corrida » à son atten­tion, l’ogre Gérard Depar­dieu ne« pense qu’à tuer les animaux pour les bouf­fer ». Quant à Cathe­rine Deneuve, qui porte de la four­rure sans complexe, « elle ne montre pas du tout un bel exemple ». Selon BB, son goût pour le vison et la zibe­line n’est qu’une « façon de faire parler d’elle sinon on l’au­rait oubliée ». L’in­té­res­sée appré­ciera.
Dépi­tée par la nature humaine, l’hé­roïne de Et Dieu… créa la femme réitère qu’elle se sent « plus proche des animaux que des humains ». Et de justi­fier : « Je leur sauve la vie mais ils ont aussi sauvé la mienne. Je pense que si j’avais conti­nué à faire du cinéma, j’au­rais fini par faire une grosse bêtise ».
En ce début 2017, BB aime­rait « tant que cette année soit l’an­née des animaux ». Elle précise, menaçante : « Je donne­rai mes dernières forces dans ce combat ». Le repos, elle ne le trou­vera qu’a­près sa mort, dans son refuge tropé­zien : « Je serai enter­rée à la Madrague avec mes animaux. J’ai obtenu l’au­to­ri­sa­tion. Je refuse d’être enter­rée au milieu des humains qui me dégoûtent ». Indomp­ta­ble…

vendredi 6 janvier 2017

CANARDS... CA BOUME POUR LES ABATTOIRS...

SOURCE ET SUITE
 
 LES ELEVEURS PLEURENT.. PAS POUR LES BETES BIEN SUR.. OU SI PEU, MAIS POUR LEUR PORTE MONNAIE
 MOI JE PARIE QUE CE SERA UNE OPERATION POSITIVE.... L' ETAT EST GENEREUX QUAND IL VEUT CONSERVER LES INUTILES NUISIBLES...


Hier, l'abattage dans les exploitations de canards et oies de 150 communes du sud-ouest entrait en vigueur. Jour 1, donc… et étape supplémentaire d'une crise relancée il y a plus d'un mois.
Dès hier, les camions ont circulé en nombre entre les élevages de canards et oies et les abattoirs, dans les quatre départements du sud-ouest les plus fortement touchés par la grippe aviaire. «L'administration détermine quels élevages il faut dépeupler et nous agissons, indique Jean-Pierre Lamothe, cogérant de l'abattoir du Puntoun, à St-Martin, l'une des quatre structures du sud-ouest qui participe à l'abattage. Nous nous occupons uniquement des élevages qui n'ont pas la grippe aviaire : les animaux sont transportés jusqu'à notre abattoir et sont tués ici. Ensuite, ils vont dans un centre d'équarrissage. Pour les élevages où il y a des cas avérés de grippe aviaire, la façon de faire est différente».
Denise Peres, de l'EARL du même nom à Bars, dans le Gers, peut en témoigner : «Le jeudi avant Noël, l'équipe d'abattage est arrivée dans mon élevage contaminé. Je ne suis pas allée voir, je ne voulais pas voir ça… c'est dégueulasse. Il faut fuir, ne pas regarder, ça fait trop mal. Mais je sais que certains canards ont été gazés et d'autres électrocutés. Tous les gens qui interviennent sont cagoulés, vous ne leur voyez que les yeux !»
Quelques jours après, sa voisine Solange Mendousse a dû elle aussi faire face à un abattage : «Mes 5 500 canards n'étaient pas contaminés, mais les services vétérinaires ont demandé leur abattage. Les derniers animaux sont partis hier (mercredi, N.D.L.R.)» L'élevage étant sain, les palmipèdes sont transportés vivants jusqu'à l'un des quatre abattoirs réquisitionnés par les autorités. «C'est sûr que les voir partir, ça m'a fait quelque chose. On ne travaille pas pour voir partir nos canards comme ça… Sans compter qu'on a plus grand-chose pour vivre !»

jeudi 5 janvier 2017

COMMENT APPRENDRE A UNE POULE A RECONNAITRE LA DAME DE COEUR

SUCCES DES FAUSSES VIANDES EN 2016.. ENCORE MIEUX PREVU EN 2017...

SOURCE ET SUITE

 DANS MON HYPER, HIER J'AI DISCUTE AVEC UN CLIENTE QUI ÉTAIT EN TRAIN DE CONSULTER LES NOUVEAU PRODUITS FAUSSE VIANDE  SECTION  TRAITEUR FRAIS.. JE LUI AI RECOMMANDE QUELQUES PRODUITS VRAIMENT CONVAINCANTS, ET ELLE A ACHETÉ 2 BARQUETTES
 C' EST VRAI HYPER U A FAIT DE GROS EFFORTS CES DERNIERS MOI POUR OFFRIR PLUS DE CHOIX!!
MALHEUREUSEMENT EN NORMANDIE LES RESTOS NE SUIVENT PAS..
J' AI MÊME TENTE DE CONVAINCRE UN PROPRIO DE RESTO QUE JE CONNAIS UN PEU... IL A TOUTEFOIS REMARQUE QUE LES OPTIONS SONT PLUS INTERESSANTES MAIS... PAS POUR TOUT DE SUITE JE CRAINS 

Plant-based “meats” had a big year in 2016: from their starring spot on the World Health Summit menu, to being sold right alongside their meat counterparts in meat aisles across the US. Grist writes, “Someday we’ll look back at 2016 as the year we realized we might be perfectly happy to give up meat.”
As consumers increasingly choose plant-based options, major stores and chains are taking note, like Taco Bell, which rolled out an easy vegan ordering guide due to popular demand.
In fact, in 2016, industry insiders named plant-based the hottest new trend in fast-casual food, and media headlines are sounding their agreement:
  • Condé Nast Traveler names meat alternatives a top food trend this year, listing “mind-bending meat-free foods” to be enjoyed around the world, from New York to Sydney.
  • Grist also called 2016 “the breakthrough year for non-animal meat,” spotlighting the Impossible Burger: “This year, for the first time, you could go to a restaurant and eat something that had never been through a slaughterhouse but tasted enough like meat to fool the unsuspecting.”
  • USA Today readers gave all-vegan butcher shop The Herbivorous Butcher top honors for Best Food & Drink Maker in the US!

INTELLIGENCE DES POULES.... MAIS QUI EN DOUTAIT??.. PAS LE VG

SOURCE ET SUITE

 UNE NOUVELLE ETUDE MONTRE QUE LES POULES SONT AUSSI INTELLIGENTES QUE LES DAUPHINS, LES CJIENS LES COCHONS ET AUTRES..


 SOURCE ET SUITE


A study published this week in the peer-reviewed scientific journal Animal Cognition, revealed that those bird-brained chickens are actually pretty smart, as most backyard chicken farmers have long maintained.
Neuroscientist Lori Marino authored the paper, which compiled the conclusions of several studies showing that chickens demonstrate self-control and self-assessment, which may indicate self-awareness. They also show the capacity for cunning and duplicity, which Marino described as Machiavellian-like social interactions.
  • Chickens possess some understanding of numbers and basic arithmetic.
  • They communicate in complex ways, including referential communication, which may depend upon a level of self-awareness and the ability to take the perspective of another animal.
  • Chickens have the capacity to reason and make logical inferences. For example, they are capable of simple forms of deductive reasoning, a capability that humans develop at about the age of 7.
  • They can perceive time intervals and appear able to anticipate future events.
  • They are behaviorally sophisticated, learning social skills and rules in complex ways that are similar to humans.
  • Chickens have complex negative and positive emotions, and have shown evidence for a simple form of empathy.
  • Just like all animals, they have distinct personalities, and are cognitively, emotionally and behaviorally complex individuals.
Although chickens have a reputation of not being the smartest birds in the nest, the studies indicate that they are on par with other highly intelligent species such as dogs, chimpanzees, elephants, dolphins and even humans, Marino said.

ACTION PETITION CONTRE CES PELUCHES EN VRAIE FOURRURE

 


SOURCE ET SUITE
 CREDIT PHOTO


 FERME DE VISON ETHIQUE??!!
N' IMPORTE QUOI!!!



ANIMAUX - Petites peluches, énorme polémique. Depuis quelques jours, la marque de luxe "Histoires de bêtes", fabricant français de peluches en fourrure est dans la ligne de mire des défenseurs des animaux.
L'enseigne, qui vend depuis 2014 des porte-clefs et peluches en cuir et fourrure animale, à des prix oscillant entre 180 et 1800€, est notamment l'objet d'une pétition lancée sur MesOpinions. A l'heure où cet article est publié, celle-ci a déjà recueilli plus de 27.000 signatures.
La fondatrice de "Histoires de bêtes", Kiama Colas, interrogée par Le HuffPost, affirme avoir reçu des "milliers de menaces et de messages de haine" de la part de la communauté vegan et plus généralement des défenseurs des animaux depuis la fin du mois de décembre, date à laquelle l'article de Konbini a été publié.
"En quelques jours, j'ai reçu des milliers de menaces et d'injures. J'ai dû supprimer les mentions légales de mon site pour que le harcèlement cesse", explique-t-elle. "Je peux comprendre qu'on soit contre la fourrure mais en aucun cas on ne peut menacer de mort quelqu'un, c'est de la terreur organisée", poursuit-elle.
Ses proches aussi auraient reçu de tels messages. Comme le souligne LCI, le concept-store "L'atelier des jeunes créateurs" de Saint-Tropez, qui a déjà vendu les peluches, s'est exprimé sur son compte Facebook avant que cette page soit désactivée. "Nous sommes victimes de messages menaçants et négatifs", écrivaient-ils.
.............
.......................
Ce qui est reproché à "Histoires de bêtes"? Une "banalisation de la cruauté", comme le souligne la page Facebook de "Mode sans Fourrure", une campagne de l'association Animalter.
"À l'heure où notre société s'enquiert de plus en plus du bien-être animal, pouvons-nous tous et toutes laisser une telle entreprise torturer des animaux pour le "bien-être" de bambins à parents fortunés?", interroge l'auteure de la pétition sur MesOpinions.
Ce à quoi Kiama Colas avait d'abord répondu, sur son site: "Pour tous ceux qui sont contre la fourrure, le cuir, même la laine et préfèrent se tourner vers des matières synthétiques, nous comprenons leur point de vue. Néanmoins nous ne sommes pas d'accord. L'industrie pétrochimique et notre attachement aux matières fossiles n'ont toujours pas résolu ces sujets. Nous croyons aux matières naturelles, aux petites productions locales, moins d'objets avec plus de sens."
Au HuffPost, elle explique, "nous sommes des artisans, nous travaillons de manière éthique". "Tous nos produits, une dizaine par mois seulement, sont fabriqués en France dans le respect des animaux. Nous recyclons en fait une grande partie de ce qui aurait été gâché: les animaux sont déjà morts pour leur chair, nous achetons leur fourrure. Notre éleveur de vison, quant à lui, est installé dans le sud-ouest et tient une ferme éthique", affirme-t-elle.