Loading...

mardi 22 août 2017

ACTION PETITION CONTRE abattage clandestin de l' AID du 1 er septembre

 

SOURCE ET SUITE

 

 sur page signature

 

À l'attention : de Monsieur Edouard Philippe - Premier Ministre / Monsieur Gérard Collomb - Ministre de l'Intérieur

Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Ministre de l'Intérieur,

Les animaux ne sont plus des biens meubles mais des êtres vivants doués de sensibilité.
L’animal est désormais reconnu comme un « être vivant doué de sensibilité » dans le Code civil (nouvel article 515-14) et n’est plus considéré comme un bien meuble (article 528). Ainsi, il n’est plus défini par sa valeur marchande et patrimoniale mais par sa valeur intrinsèque. Cette reconnaissance participe de la modernisation de notre droit : le Code civil est enfin harmonisé avec le Code rural et le Code pénal.

Il est plus qu'urgent que ce texte soit appliqué, notamment en pénalisant lourdement les abattages clandestins qui auront lieu lors de la "fête" de l'Aïd / Aïd al Adha (ou Aïd el Kébir) le week-end du 1er septembre.

Ces abattages clandestins ont lieu en France, sur notre territoire de la République, depuis de trop nombreuses années.
Cette année, les abattages massifs auront lieu le week end du 1er septembre.

Je vous demande de pénaliser lourdement les contrevenants qui pratiqueront ces abattages clandestins lors de cette "grande fête" par des amendes dissuasives, par une inscription au casier judiciaire, ainsi que par plusieurs jours de travaux d'intérêt général.

En effet les ovins et les caprins, animaux dociles, sont égorgés avec brutalité dans des abattoirs clandestins parfois dans des abattoirs temporaires autorisés spécialement par les préfectures dans le stress, la peur et la souffrance puisqu'ils meurent en agonisant en pleine conscience (il s'agit en effet un abattage de rite halal dans ce cas) et le tout dans l'indifférence des pouvoirs publics puisqu'il n'y a pas assez de vétérinaires pour contrôler la mise à mort et les techniques d'égorgement.

Le montant des contraventions infligées serait reversé à des associations de protection animale.

La liberté de culte, à travers le principe de laïcité, ne peut justifier la poursuite de telles pratiques. La République n'a pas à accompagner ou fermer les yeux sur une fête religieuse relative au pseudo sacrifice d'Ismaël qui massacre des milliers d'animaux en un seul week-end.