Loading...

mardi 18 avril 2017

ENGAGEMENT DES CANDIDATS... TRES INSUFFISANT...


SOURCE ET SUITE

Les candidats du PS, de La France insoumise et du Front national se retrouvent aussi pour condamner les projets de fermes-usines et promouvoir la recherche de solutions de remplacement à l’expérimentation animale.
Cette émergence de la condition animale dans le débat politique est «une nouveauté», souligne Daniel Boy, chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences Po Paris (Cevipof), pour qui le sujet était «vraiment absent» à la présidentielle de 2012.
Jusqu’à présent, relève-t-il, «la question du droit des animaux, de leur bon ou mauvais traitement, était soulevée par des groupes très motivés, (...) très militants, mais qui n’avaient pas beaucoup d’audience nationale».
«Maintenant, il y a un élargissement», notamment parce qu’ils «ont trouvé des moyens d’expression extrêmement efficaces»: «Filmer des abattoirs et diffuser les images sur Youtube et les réseaux sociaux, c’est une arme extraordinaire, le numérique rendant une cause facilement diffusable à peu de frais», explique le chercheur.........
................
......................
Mais surtout, pour la première fois, «les milieux de la protection animale, qui étaient assez éclatés» sont parvenus à «une forme de convergence très forte» en adoptant un «manifeste» destiné à faire entrer le bien-être animal dans la campagne, renchérit Christophe Traïni, professeur de sciences politique à l’IEP d’Aix-en-Provence.
Dans ce document, 26 organisations, dont la SPA, le Fonds international pour la protection des animaux, L214, Peta ou la Fondation Brigitte Bardot, exhortent les candidats à prendre position sur 30 propositions: interdiction de l’écornage, de la castration à vif et du gavage, transport limité, étourdissement avant la mise à mort pour les animaux d’élevage, lutte contre l’expérimentation animale, abolition des corridas, réforme de la chasse...
Pour l’instant, seuls cinq candidats ont répondu. Mais pour Lucille Peget, coordonnatrice du projet, «c’est déjà extraordinaire dans la mesure où il y a quelques années, ça aurait été impensable».....
.............
...............Malgré «la sensibilisation croissante de l’opinion publique» à la cause animale, attestée par des sondages, «les réponses apportées sur le plan politique sont complètement insuffisantes», explique l’une de ses fondatrices, Hélène Thouy.