Loading...

vendredi 28 avril 2017

8 MOIS DE PRISON AVEC SURSIS CRUAUTE SUR DES ANIMAUX.. LE VIGAN

Source et suite

AVEC  PLUSIEURS VIDEOS

 

 

C' est un jugement inédit. Pour la première fois, la justice a prononcé une peine contre un abattoir et l’un de ses employés, au Vigan, un paisible village cévenol marqué au fer rouge par un scandale de maltraitance animale. Vendredi 28 avril, le tribunal de grande instance d’Alès (Gard) a condamné le principal prévenu, un ancien employé de l’établissement, à huit mois de prison avec sursis et 600 euros d’amende pour des actes de cruauté et des mauvais traitements sur des animaux. Marc S. s’est aussi vu interdire d’exercer en abattoir pendant cinq ans.

Ses deux coprévenus, salariés du Vigan, ont été relaxés en raison d’une prescription des faits, le tribunal estimant que les dates des vidéos ne pouvaient pas être clairement établies. La communauté de communes du pays viganais, gestionnaire de la structure, a, quant à elle, écopé de 3 500 euros d’amende.
Les faits, révélés par une vidéo de l’association L214 en février 2016, avaient suscité l’émoi et l’indignation collective, débouchant sur une remise en cause de la filière, la création d’une commission d’enquête parlementaire et le vote d’une proposition de loi pour instaurer la vidéosurveillance dans les abattoirs.
Les images, tournées entre juin 2015 et février 2016 en caméra cachée, montraient des moutons violemment jetés contre des enclos, des employés riant en électrocutant ou en brûlant des cochons avec une pince à électronarcose – destinée à les étourdir –, des animaux saignés toujours conscients, ou encore un porcelet se détachant à plusieurs reprises de la chaîne d’abattage.
« C’est une réponse pénale ferme, qui envoie un message clair à l’ensemble des exploitants d’abattoirs : “Vous devez faire respecter les règles” », se réjouit Me Hélène Thouy, l’une des deux avocates de L214, qui se félicite de l’interdiction temporaire d’exercer pour Marc S., permettant « de prévenir d’éventuelles récidives ». Une appréciation à l’opposé de celle de Me Yvon Goutal, qui défendait la communauté de communes. « La sanction est très raisonnable, pour des faits qui étaient mesurés », juge-t-il, se disant « satisfait qu’il n’y ait pas de condamnation de l’abattage dans son ensemble ».

« Caractère sadique »

Le procureur de la République d’Alès, Nicolas Hennebelle, avait relevé 31 infractions dans cette affaire. Le 24 mars, au terme de deux jours de procès très médiatisés, il avait requis un an de prison avec sursis et 3 400 euros d’amende contre Marc S., « un avertissement suffisamment sévère pour éviter toute réitération ». Il demandait des amendes de 600 euros contre Nicolas G., de 150 euros contre Gilles E., et, enfin, de 6 000 euros contre la communauté de communes. Une dizaine d’associations de défense des animaux, dont L214, la Fondation 30 Millions d’amis ou la Société protectrice des animaux, constituées en parties civiles, réclamaient, elles, plusieurs dizaines de milliers d’euros de dommages et intérêts.