Loading...

jeudi 24 novembre 2016

ESPAGNE.... TERRIFIANT!!!!


 chiens morts association Espagne



 SOURCE ET SUITE
 CREDIT PHOTO

C’est un triste fait divers qui vient ébranler le monde de la protection animale. La présidente d’une association est accusée d’avoir « sacrifié » près de 2 200 animaux en Espagne.
A première vue, le Parque Animal de Torremolinos, en Espagne, pourrait être un lieu idyllique pour les animaux. Refuge animalier d’abord, il est aussi doté d’un salon de toilettage, d’une résidence et d’une clinique privée pour les animaux. Bref, un centre animalier très complet, situé à quelques kilomètres de Malaga, en Andalousie. Mais ce qui se cache derrière est bien loin de ce qu’on pourrait imaginer…
La présidente de l’association – à but non lucratif - est jugée depuis la mi-novembre au tribunal de Malaga pour actes de maltraitance sur des animaux, entre autres. Le procureur a conclu, à l’issue d’une enquête, que la dirigeante et son employé de maintenance avaient « sacrifié et donné à incinérer » 2 183 animaux entre janvier 2009 et octobre 2010 ! Et ce, afin de « réduire les coûts » et de privilégier les activités privées lucratives, estime le procureur.

 

Une lente et douloureuse agonie

Non seulement cette femme et son complice se seraient donc adonnés à plusieurs vagues d’assassinats massives, mais ils auraient en plus soumis les animaux à « une lente et douloureuse agonie » : d’après l’accusation, ils leur injectaient une substance mortelle, à une dose inférieure à celle recommandée « dans le seul but de faire des économies » et sans les avoir préalablement endormis.
« Pour mener à bien ces exterminations massives et programmées (...) les caméras de sécurité du centre étaient déconnectées et de la musique diffusée à fort volume », afin de couvrir les « hurlements », selon les conclusions du parquet.

L’accusée nie en bloc

Malgré ces chefs d’accusation gravissimes, la présidente de l’association nie les faits. Dans une vidéo diffusée par le journal espagnol El Mundo, elle explique avoir « la phobie des injections » et prétend devoir « regarder ailleurs », incapable de « regarder comment s’enfonce l’aiguille ».
La femme, qui ne détient par ailleurs aucun diplôme de vétérinaire, ainsi que son complice risquent quatre ans de prison pour maltraitance animale, exercice illégal de la profession vétérinaire et falsification de documents. Le procès s’achèvera le 9 décembre prochain. Affaire à suivre.