Loading...

mardi 18 octobre 2016

EXCELLENTE OPPOSITION ... A SUIVRE

SOURCE ET SUITE

 CE PROJET DE PARC D' EOLIENNES.... N' APORTE RIEN MAIS RETIRE TANT..

La cour administrative d'appel de Nantes a confirmé à l'AFP le dépôt le 11 octobre d'un recours contre ce projet de parc éolien offshore à Courseulles-sur-Mer. Les huit associations à l'origine de cette procédure indiquent, dans un communiqué commun, que le projet de 75 éoliennes de 450 MW en tout à 10 km au large, équivaut à "une destruction de ce site emblématique des plages du Débarquement", qui fait l'objet d'un projet de classement au patrimoine mondial de l'Unesco.

Le recours émane de l'association Libre Horizon, membre du réseau "Pour un littoral sans éoliennes" (Pulse). S'y sont joints des associations de lutte contre l'éolien mais aussi D-Day heritage, créée pour soutenir le classement à l'Unesco, et présidée par Bernard Loing, ancien directeur de cabinet de l'ancien ministre PS des PTT Louis Mexandeau, et président de 2007 à 2012 de la conférence internationale des ONG de l'Unesco.

Participent également à ce recours, le Grape (Groupement régional des associations de l'environnement de Basse-Normandie), pourtant membre du réseau France nature environnement (FNE) qui, lui, soutient les projets éoliens offshore autorisés par les préfets. L'association de défense du milieu marin Robin des bois co-signe également ce recours ainsi que la Société pour la Protection des Paysages et de l'Esthétique de la France (SPPEF) créée en 1901.


Les éoliennes seront "très visibles", affirment les associations dans leur communiqué commun. Lors du débat public organisé en 2013 sur ce projet, un ingénieur au CNRS, Jean-Marc Veizien, avait lui comparé l'impact visuel de chaque éolienne à "une moitié d'ongle au bout d'un bras tendu".

Les associations dénoncent en outre ce qu'elles considèrent comme "une profanation du cimetière marin (...) où les innombrables épaves des navires de guerre" coulées en juin 1944 sont pour elles "autant de sépultures" pour les soldats morts "pour sauver la France et l'Europe de la tyrannie". Elles justifient en outre leur recours par "l'incidence sur l'environnement" du parc.

Le 12 octobre la Chambre de commerce de Cherbourg (Manche) a, quant à elle, diffusé un manifeste pour soutenir le projet de Courseulles, signé par le député PS Philippe Duron, 10 maires de communes littorales du Calvados et six responsables économiques.

Le recours s'ajoute à ceux déposés ces derniers mois contre les deux autres parcs autorisés au large des côtes françaises, Fécamp (Seine-maritime) et Saint-Nazaire (Loire-atlantique).