Loading...

vendredi 2 septembre 2016

SI BEAUX ET CONDAMNES AUX PIRES HORREURS PENDANT LE TRANSPORT ET A L' EGORGEMENT EN TURQUIE



 

 SOURCE ET SUITE
 CREDIT PHOTO



Ballotés dans des camions surchargés, écrasés les uns contre les autres, certains bovins, ovins et volailles parcourent un long chemin avant de mourir en Turquie, en Algérie ou au Liban. Parce que la France est le 3ème exportateur européen d’animaux vivants hors de l’Union Européenne pour l’élevage, la reproduction ou l’abattage, elle impose à des milliers d’animaux des conditions de transport terribles et indignes.
Une vidéo de l’association CIWF (en partenariat avec Tierschutzbund Zurich et Animal Welfare Foundation) montrait d’ailleurs récemment le calvaire des veaux âgés seulement de 10 jours transportés sur plus de 3000 km durant 40 heures de route. Entassés dans des camions inadaptés, ils ne sont ni nourris ni abreuvés. Bien souvent, ces animaux sont blessés, malades et les plus affaiblis meurent pendant le trajet.
Des conditions déjà dénoncées en février 2016 avec une autre enquête du CIWF qui dévoilait l’horreur du transport de bovins vers la Turquie. En 2015, plus de 80 000 broutards français ont ainsi été exportés vers la Turquie.

Mettre fin au calvaire de ces animaux

A l’occasion de la Journée Internationale contre les transports longues distances d’animaux (29/08/2016), une lettre signée par plusieurs associations* dont le CIWF, l'OABA et la Fondation 30 Millions d’Amis a été envoyée au Ministre de l’Agriculture (30/08/2016). L’objectif : obtenir un rendez-vous afin de mettre en place des solutions concrètes pour mettre fin au calvaire de ces pauvres animaux traités comme de simples marchandises. D’autant que les conditions de transport actuelles enfreignent les réglementations françaises et européennes (règlement 1/2005) qui les régissent.
Les associations proposent par exemple d’interdire les transports d’animaux dépassant 8 heures de trajet, de renforcer les contrôles en France et hors de France et de développer d’urgence des sanctions pénales dissuasives à l’encontre des organisateurs et transporteurs. A terme, les associations souhaiteraient que les transports à l’intérieur de la France soient limités à 8 heures de trajet (4 heures pour les volailles) et que les exportations d’animaux vivants hors de l’Union Européenne soient interdites.
* Liste des associations signataires : CIWF, Fondation 30 Millions d'Amis, Fondation Brigitte Bardot, OABA, Welfarm, L214, LFDA et SPA.