Loading...

mardi 2 août 2016

REPUGNANT!! CAFE A NE PAS ACHETER CAR INFAME QUAND ON Y PENSE...ILS SONT FOUS!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

SOURCE ET SUITE


Derrière la production du café le plus cher au monde, se cache le malheur d’un petit mammifère : le Luwak. Victime d’un commerce lucratif qui lui réserve séquestration, malnutrition et mort dans d’horribles souffrances, il a désormais disparu à l’état sauvage… Le décryptage de 30millionsdamis.fr.
Jusqu’à 360 euros le kilo : c’est le prix du précieux café... qui n’existerait pas sans le luwak. Ce petit animal appelé aussi civette, issu d’Asie du Sud-Est, a complètement disparu à l’état sauvage en Indonésie, comme vient de le démontrer une récente étude publiée par la revue Animal Welfare (Mai 2016)*. La totalité de ces petits mammifères nocturnes sont retenus en captivité, parfois dans de très mauvaises conditions.
Tout commence au 18ème siècle lorsque les vertus de ce petit animal sont découvertes : le grain de café est bien meilleur une fois la baie passée dans l’estomac de la civette... Après digestion, ne ressort de l'animal que la fève dépourvue de son amertume.

Une maltraitance industrialisée

La production artisanale de base, qui consistait à ramasser les crottes de mars à mai (fleuraison du caféier) s’est industrialisée. Depuis les années 2000, le « kopi luwak » (nom du café) est de plus en plus connu en Occident. En 5 ans, pour répondre à une demande croissante, 16 plantations de café ont émergé à Bali. Deux d’entre elles ne produisent pas de café et ne font qu’exposer l’animal à des fins touristiques.
48 civettes sont retenues en otage parmi toutes les plantations. Elles souffrent de graves problèmes d’hygiène et de soins. Elles manquent aussi d’espace et d’interaction avec leurs congénères. Les baies qu’elles ne consommaient que par gourmandise leur sont servies toute l’année, de jour comme de nuit.