Loading...

jeudi 4 août 2016

2 300 RENNES DECIMES EN SIBERIE

SOURCE ET SUITE

Au moins 2.300 rennes ont été décimés et un jeune garçon est mort dans la péninsule de Yamal, en Sibérie, à cause d’une épidémie d’anthrax, ou maladie du charbon, une infection pulmonaire bactérienne qui, si elle n’est pas traitée, peut être fatale. Bien qu’impressionnant, ce phénomène n’est en réalité pas du tout nouveau. Plusieurs troupeaux ont déjà été éradiqués pour les mêmes raisons dans le passé.

Un phénomène dû à la fonte des sols gelés

Ce phénomène est lié au permafrost (ou pergélisol), qui désigne la partie d’un sol gelé en profondeur, qui couvre près d’un cinquième de la surface terrestre et dont la présence est importante au Groenland, en Alaska, mais également dans l’ex-Union soviétique.

Chaque année, 30 à 60 centimètres de ce sol, dont les températures sont généralement comprises entre -20 et -5 degrés, fondent quand il commence à faire chaud, et causent pas mal de dégâts. Les maisons s’affaissent, des poteaux électriques tombent et les populations ont l’habitude de vivre dans la boue pendant quelques mois.

Mais le dégel de ces sols provoque également la libération de virus et de bactéries, qui se sont développés bien des années auparavant, et peuvent ressurgir lors d’années particulièrement chaudes qui entraînent une fonte plus importante du permafrost.............
.....................
Un retour de la variole n’est pas à exclure

L’anthrax reste néanmoins une bactérie que l’on peut traiter et il existe des cas beaucoup plus graves. En 2012, une équipe de chercheurs a trouvé au nord-est de la Sibérie des momies du XVIIIe siècle sur laquelle ils ont observé, en faisant des analyses génétiques, des traces du virus de la variole.

Si un tel virus était libéré, les conséquences seraient beaucoup plus catastrophiques que les quelques infections bactériennes dont nous parlons aujourd'hui. Or personne n'a pour l'instant la preuve que le permafrost ne recèle plus de virus de la variole encore infectieux, ou bien d'autres virus qui auraient pu infecter nos lointains ancêtres !

Des milliers de rennes meurent actuellement en Sibérie à cause d'une épidémie d'anthrax causée par le dégel du permafrost. Une zone de quarantaine ainsi que des milliers de vaccinations ont été mis en place pour les troupeaux. Les habitants les plus vulnérables ont eux été envoyés à l'hôpital et reste sous étroite surveillance. La tristement célèbre bactérie Bacillus anthracis fait de nouveau parler d'elle. Après avoir fait la une aux États-Unis en 2001 lors d'envoi postaux, elle réapparaît cette fois-ci en Sibérie après 75 ans d'absence. Selon les autorités, plus de 2.000 rennes sont morts des suites de la maladie du charbon et près de 90 habitants de la région ont été évacués par mesure de précaution. Les autorités n'ont pas immédiatement identifié la responsabilité de l'anthrax dans la hausse de la mortalité des rennes. Cette année, un été inhabituellement chaud a fait monter les températures jusqu'à 35°C. Une chaleur à laquelle de nombreux rennes ne peuvent survivre. Toutefois, des tests ont finalement permis de démontrer la responsabilité de l'anthrax.

En savoir plus : http://www.maxisciences.com/anthrax/une-epidemie-d-039-anthrax-echappe-des-glaces-tue-plus-de-2000-rennes-en-siberie_art38486.html
Copyright © Gentside Découverte
Des milliers de rennes meurent actuellement en Sibérie à cause d'une épidémie d'anthrax causée par le dégel du permafrost. Une zone de quarantaine ainsi que des milliers de vaccinations ont été mis en place pour les troupeaux. Les habitants les plus vulnérables ont eux été envoyés à l'hôpital et reste sous étroite surveillance. La tristement célèbre bactérie Bacillus anthracis fait de nouveau parler d'elle. Après avoir fait la une aux États-Unis en 2001 lors d'envoi postaux, elle réapparaît cette fois-ci en Sibérie après 75 ans d'absence. Selon les autorités, plus de 2.000 rennes sont morts des suites de la maladie du charbon et près de 90 habitants de la région ont été évacués par mesure de précaution. Les autorités n'ont pas immédiatement identifié la responsabilité de l'anthrax dans la hausse de la mortalité des rennes. Cette année, un été inhabituellement chaud a fait monter les températures jusqu'à 35°C. Une chaleur à laquelle de nombreux rennes ne peuvent survivre. Toutefois, des tests ont finalement permis de démontrer la responsabilité de l'anthrax.

En savoir plus : http://www.maxisciences.com/anthrax/une-epidemie-d-039-anthrax-echappe-des-glaces-tue-plus-de-2000-rennes-en-siberie_art38486.html
Copyright © Gentside Découverte