Loading...

jeudi 21 juillet 2016

LAIT MODIFICATIONS GENETIQUES ..... ET PIS DEMESURES



 



     
SOURCE ET SUITE
CREDIT PHOTO


Le lait industriel est un lait douteux : les vaches sont nourries à l’OGM, aux pesticides qui, des fourrages passent dans l’organisme. Si les hormones de croissances sont interdites en France (pour combien de temps avec le TAFTA ?),  ces pauvres animaux surexploités sont victimes de mammites soignées aux antibiotiques et stressés toute leur malheureuse existence. Or le stress abaisse notre défense immunitaire. Nous connaissons les effets toxiques du stress sur notre propre organisme qui conduit jusqu’au cancer.  Nier qu’il pourrait y avoir un effet sur les autres mammifères est un aveuglement coupable. Coupable parce que ce lait, dévitalisé, empoisonné, transformé en poudre, nourrit nos bébés et plus généralement nos enfants, nous-mêmes et…. d’autres animaux.
Les produits laitiers ne sont pas nos amis contrairement à ce que prétend le marketing outrancier des lobbies de la filière laitière.
Beaucoup d’articles sur les méfaits du lait, pas toujours suffisamment nuancés ou sourcés fleurissent sur le net. Il se trouve que ma génération a été élevée aux laitages. Un lait qui, dans les années 50 n’avait rien à voir avec celui que vous trouvez dans les rayons des supermarchés. Et à part les cas particuliers d’intolérance, la majorité des enfants d’après-guerre a grandi sans problème avec ce lait, non écrémé, sans pesticides, produit pas des vaches soignées avec attention parce que respectées po pour leur valeur, un lait qui passait directement du producteur au consommateur  Rien à voir. Je ne prétend pas que la consommation de lait est parfaitement adaptée à notre organisme, je dis que des générations ont grandi avec des laits sains, des fromages et autres dérivés qui l’étaient aussi et que la multiplication des problèmes humains liés à cette consommation vient beaucoup de la qualité déplorable voire dangereuse de ce qui nous est offert dans les rayons de nos supermarchés. Une consommation réduite, raisonnable,  liée à une bonne qualité du laitage changerait sans doute la face des choses.
J’ai horreur des excès des ayatollahs de la nutrition et comme en toute chose, il faut raison garder.  Nous sommes tous différents et ce qui ne convient pas à l’un sera toléré sans problème par l’autre. Nous ne sommes pas des machines.
Reste le problème de notre rapport à l’animal qui n’est plus une question purement nutritionnelle, mais bien un problème de conscience, de choix individuel.  Sommes-nous prêts à tolérer et encourager par notre consommation l’industrialisation de l’élevage ?
Pour vous donner une idée de ce que subissent les vaches dans les élevages industriels  je vous conseille si vous avez le coeur bien accroché d’aller lire les liens ci-dessous qui leur sont consacré : modification génétique, (les holstein ont des pattes plus longues pour supporter des pis qui trainent par terre tellement ils sont devenus énormes et autres « inventions » scientifiques barbares qui donnent envie de vomir (1) et surtout (2).