Loading...

mercredi 29 juin 2016

ABATTOIRS DU SUD... DANS LA PRESSE MARIANNE

SOURCE ET SUITE MARIANNE



Les scandales dans les abattoirs se suivent et, malheureusement, se ressemblent. Pour la quatrième fois en huit mois, l'association de protection animale L214 révèle de nouveaux cas de maltraitance animale, dans deux établissements : celui de Pézenas, dans l'Hérault, et du Mercantour, à Puget-Théniers dans les Alpes-Maritimes.
De novembre 2015 à mai 2016, des caméras cachées y ont été installées, capturant des images auxquelles . Des vidéos insoutenables montrant des sévices et infractions manifestes sur des bovins, des moutons, des cochons et des chevaux lors d'abattages. "Dans l'abattoir du Mercantour, un veau, accroché au rail par la patte arrière, tente de se relever pendant deux minutes entières, à moitié décapité, la tête dans un bac de sang, relate Le Monde. Plus tard, un mouton cherche à fuir, la gorge ouverte et en pleine conscience".
Il y a aussi des dérives nouvelles, jamais vues dans les vidéos révélées précédemment. raconte ainsi qu'à Pézenas, des chevaux sont tirés par un treuil jusque dans le box d'abattage, qu'un mouton reçoit un coup de couteau dans l'œil avant d'être égorgé ou encore que des cochons sont poussés à coup d'aiguillons électriques et des bovins saignés sans étourdissement. Pourtant, l'abattage conventionnel prévoit l'étourdissement des bêtes afin de leur éviter d'être conscientes au moment de leur mort - des dérogations étant prévues seulement pour l'abattage rituel, halal et casher. Le code rural français et un règlement européen de 2009 stipulent que "toutes douleur, détresse ou souffrance évitables sont épargnées aux animaux lors de la mise à mort".