Loading...

mercredi 4 mai 2016

HORS SUJET.. REFLEXIONS SUR L' EUROPE

 
 TEXTE TRES OBJECTIF.. ET ENCORE IL Y PLUS DE RAISON, BCP PLUS DE RAISONS D' ETRE GAVE DE LA FRANCE...ET DE L' EUROPE...

 PAR CONTRE SA CONCLUSION ME SEMBLE BIEN OPTIMISTE.. MOI JE NE CROIS PAS A UNE RENAISSANCE EUROPEENNE, CE N' EST PLUS POSSIBLE.
D' ABORD RESTE T IL ENCORE DES FRANCAIS EN FRANCE, OU DES ALLEMANDS EN ALLEMAGNE.. OU MEME DES  ESPAGNOLS EN ESPAGNE ETC ETC..
 TOUT EST DEVENU UNE VRAIE TAMBOUILLE....QU' ILS TOURNENT ET TOURNENT EN Y AJOUTANT N' IMPORTE QUEL INGREDIENT AU HASARD??!!... OU AVEC INTENTION!!
 
 
L'Europe ne fait plus rêver. Je ne parle pas de l'UE, comment rêver d'une administration obèse? Non, l'Europe, avec ces petites rues, ces cafés, sa gastronomie et surtout son insolence. Son goût, bon goût, de la liberté qui ne se confond pas avec la vulgarité. Nous sommes passés de Devos à Bigard, de Rosa Luxembourg aux Femens, le foie gras tchèque est vendu à côté de celui du Gers et le fromage est fait au lait pasteurisé. Nous ne faisons plus rêver, car nous nous sommes perdus. Nous manifestons pour des slogans, plus pour des idées. Et nos voisins russes, tellement francophiles, qui en arrivent même - ce que j'ai toujours du mal à comprendre - à vouer un véritable culte à Napoléon, ont ouvert les yeux. Et ce n'est pas une nouvelle chaîne de propagande en russe qui changera les choses. Ils ont ouvert les yeux sur une réalité objective.


En participant ce mois-ci à différentes conférences à Moscou en matières juridique et (géo)politique, une phrase est souvent revenue. Dans la bouche d'intervenants d'âges différents, de convictions politiques différentes. On s'est fait avoir. Dans les années 90, lorsque l'on nous a vendu le modèle dit "européen" avec sa cour de justice a priori indépendante, avec son parlement à valeur démocratique ajoutée, avec ses commissions très très sages, on nous a eu. Ce qui s'y passe n'a rien à voir avec l'Europe. L'Europe européenne, pas celle de l'UE ou du Conseil de l'Europe, cette Europe au rabais, une Europe devenue produit d'exportation
Les russes ont été élevés au son des grands hommes qui ont fait la culture française, cette culture qui imprègnait l'Europe, ils se retrouvent face à des baudruches prétentieuses.
Forcément on ne fait plus rêver. Et le nouveau maître y aide. Que faire pour sauver la face lorsque Obama fait sa tournée impériale en Europe, donnant la leçon à Londres ou à Berlin, expliquant comment gouverner, quels actes adopter - ou non - avec qui collaborer et comment. Le tout devant caméra. Pour être bien certain que le message passe. Le message est passé. L'Europe s'est vassalisée, on le lit maintenant ouvertement, si avant cela se murmurait, avec doutes et espoir d'erreur.
Donc politiquement, nous n'avons plus grand chose à apporter, culturellement - ça se passe de commentaires, il reste les classiques, mais nous n'y sommes pour rien, c'est presque "malgré nous". L'Europe est-elle attractive socialement? économiquement?