Loading...

mardi 31 mai 2016

HARAMBE..... VIVE EMOTION ET PARTICIPATION DES INTERNAUTES + DE 100 000 INSCRIPTIONS SUR LA PAGE FACEBOOK


MOBILISATION - Une pétition et une page Facebook, dépassant la centaine de milliers de signataires, ne décolèrent pas contre les parents du garçonnet tombé dans l’enclos du gorille Harambe, samedi…
Ils demandent justice pour Harambe, le gorille mâle tué samedi d’une balle tirée par les employés du zoo de Cincinnati, aux Etats-Unis, après la chute d’un garçon de 3 ans dans l’enclos.
>> Lire aussi : Gorille abattu au zoo de Cincinnati: Y avait-il d'autres solutions?
Les images du petit garçon trainé par le grand singe avant qu’il ne soit abattu ont très vite fait le tour du monde, suscitant un vif débat aux Etats-Unis. Les responsables du zoo ont décidé de ne prendre aucun risque en tuant l’animal, estimant qu’une anesthésie serait trop lente à agir. Harambe a été tué dix minutes après la chute de l’enfant dans l’enclos.
100.000 inscriptions en 36 heures
Mais sur le web, les critiques se focalisent sur la disposition des lieux mais aussi la négligence des parents du garçonnet, hospitalisé pour des blessures mais dont les jours ne sont pas en danger.
Sur les 36 dernières heures, « Justice for Harambe » a enregistré 100.000 inscriptions sur sa page Facebook. « Inutile de le dire, mais nous sommes débordés », précise les administrateurs de la page qui peinent à répondre à toutes les questions. Signe que la rancœur est grande, ils précisent supprimer aussitôt tous les posts donnant des informations sur la mère du garçonnet. Son numéro de téléphone, son adresse, son lieu de travail.
Les parents accusés coupables
Sur la page, les photos de Harambe côtoient les témoignages et performances d’artistes rendant hommage au gorille. Une pétition circule aussi en ligne sur le site Internet change.org. Ce mardi après-midi, elle avait reçu 323.000 soutiens. Les auteurs de la pétition sont sans pitié pour les parents du garçonnet. Ils demandent à ce qu’ils soient poursuivis en justice pour négligence et qu’une enquête des services sociaux soit diligentée (...) Lire la suite sur 20minutes.fr