Loading...

mardi 5 avril 2016

EXCELLENTE IDEE DE LE FOLL.... ESPERONS L' APPLICATION RAPIDE

SOURCE ET SUITE

Le ministre de l'Agriculture a annoncé aujourd'hui son intention d'inscrire dans la loi un délit permettant de sanctionner les directeurs d'abattoirs en cas de mauvais traitements infligés aux animaux ainsi qu'un statut protégeant les salariés qui dénonceraient de pareils agissements.

"Ce n'est pas simplement parce que des images horribles ont été publiées que je me saisis de ce sujet", a déclaré Stéphane Le Foll, faisant allusion aux enregistrements clandestins récemment diffusés par une association de défense des animaux. Sur ces images tournées dans deux abattoirs du Gard et un troisième dans les Pyrénées-Atlantiques, on peut voir entre autres des employés saigner des animaux sans les avoir correctement étourdis au préalable. Ces vidéos diffusées par l'association L214 ont conduit Stéphane Le Foll à demander la semaine dernière aux préfets de mener des inspections dans un délai d'un mois dans tous les abattoirs du pays.

"On a constaté qu'il y a des représentants protection animale dans les abattoirs, et quelquefois ils ne s'expriment pas", a-t-il dit mardi. "On va protéger ces salariés, pour qu'ils puissent parler sans aucune crainte pour leur emploi." Stéphane Le Foll souhaite intégrer cette disposition, ainsi que la création d'un délit contre les directeurs, dans le projet de loi anti-corruption dit "Sapin 2", présenté mercredi dernier en conseil des ministres. "Cette stratégie vise à responsabiliser tout le monde: l'Etat - nous avons une responsabilité, à la fois dans le nombre de vétérinaires, dans les contrôles (...), mais aussi tous les acteurs", selon le ministre.

Parmi la vingtaine de mesures prévues dans ce plan pour le bien-être animal, figure aussi le déblocage d'une enveloppe de 4,3 millions d'euros pour financer un projet visant à sélectionner les poussins en fonction du sexe, dès l'embryon, pour éviter les abattages massifs de mâles.

LIRE AUSSI:
» Trop concentrés, multi-espèces : pourquoi les abattoirs français sont critiqués