Loading...

vendredi 4 mars 2016

VEAUX EN CAGE PDT QQ SEMAINES PUIS DIRECT ABATTOIR!! FERME DES 1000 VACHES

«  Que se passe-t-il derrière les murs de la ferme des 1 000 vaches ?  » Afin de tenter de le savoir, les associations L214 et Écologie sans frontière ont assigné, il y a quelques jours, en référé (en urgence) la société exploitant la ferme dite des Mille vaches, située près d’Abbeville. Le tribunal de grande instance d’Amiens examinera la requête, mercredi 9 mars.
«  On aimerait savoir dans quelles conditions les bêtes sont détenues  », explique Brigitte Gothière, l’une des porte-parole de L214, association de défense « des animaux utilisés dans la production alimentaire », et qui revendique « l’arrêt de la consommation des animaux et des autres pratiques qui leur nuisent », comme l’indique son site internet. Au plan national, L214 est à l’origine, il y a quelques jours, de la révélation d’actes de cruauté dans un abattoir du Gard.
L214 et Écologie sans frontière s’appuient sur le témoignage – anonyme – d’un ex-salarié de la ferme de Drucat, qui avait confié au site Reporterre, en juin dernier, que les animaux y étaient maltraités. Ce que n’ont pas vu les services vétérinaires, lors d’un contrôle ordonné, quelques jours après, par la préfecture de la Somme.

« Expert vétérinaire indépendant »

«  On voudrait enfin avoir accès à ce lieu, avec un expert vétérinaire indépendant  », continue Brigitte Gothière. «  Malgré les plaintes plaintes déposées depuis plusieurs mois pour dénoncer ces infractions  », «  aucune visite de police judiciaire n’a été diligentée à l’intérieur de l’exploitation  », écrivent les deux associations dans un communiqué.
«  On aimerait savoir si c’est vrai (NDLR, les mauvais traitements dénoncés par l’ex-employé)  », appuie Franck Laval, fondateur d’Écologie sans frontière. «  Si notre requête est acceptée, cela ne peut pas nuire à l’exploitation  ». «  Cette visite ne serait pas impromptue, l’exploitant serait au courant mais ce serait mieux que rien  », relativise Brigitte Gothière.
DENIS DESBLEDS