Loading...

dimanche 6 mars 2016

LE SUPPLICE DES VEAUX

SOURCE ET SUITE


 JE NE PEUX QUE CONFIRMER CE QUI EST DÉCRIT DANS CE TEXTE, CAR MOI AUSSI J' AI VOULU SAVOIR ET EN 2013 J' AI  DÉCIDÉ  DE PASSER UNE  NUIT  DANS UNE FERME TROUVÉE SUR "" BIENVENUE A LA FERME""  DANS LA MANCHE..
  CE QUE J' AI VU M' A  ÉNORMÉMENT CHOQUÉE. 
  JE SUIS ARRIVÉE VERS 16H00, ET APRÈS LES PRÉSENTATIONS D' USAGE ET L' ÉCHANGE DE QQ MOTS AVEC LA FERMIÈRE ,  ELLE M' A PRÉCÉDÉE DANS L' ÉTABLE.
 DANS UN COIN SE TROUVAIENT 2 VEAUX NÉS LA NUIT PRÉCÉDENTE.. L' UN BCP PLUS GRAND QUE L' AUTRE BIZARREMENT.
 IL ÉTAIT PLUS ALERTE D' AILLEURS ET  LE PLUS PETIT AVAIT UN AIR SOUFFRETEUX. ..ET PUIS DANS DEUX AUTRES ESPACES SE TROUVAIENT DES VEAUX PLUS ÂGÉS, QUI ALLAIENT JE LE VERRAIS PLUS TARD  ÊTRE CHARGES SUR LA BÉTAILLÈRE DURANT LA NUIT... OU AU PETIT MATIN, MAIS EN TOUS CAS AVAIENT DISPARU LE LENDEMAIN..
 ET EFFECTIVEMENT DANS DE PETITS ESPACES JUSTE LARGES POUR  QUE LE VEAU TIENNE DEBOUT, DES VEAUX EMPÊCHÉS DE BOUGER ET GARDES DANS LE NOIR...PAS UN BRIN D' HERBE BIEN SUR. UN SCEAU DE LAIT DEVANT LES VEAUX PLUS AGES QUI ALLAIENT DISPARAITRE DURANT LA NUIT, ET UN SOL DE BETON....
 LA SUITE DEMAIN...

 

"«Fais attention à ce que tu manges…», me dit-il soudain.
Puis il me raconta gravement qu'on lui avait demandé de prendre position contre l'exploitation industrielle de veaux en batterie. Ne voulant pas donner sa signature à la légère - y a-t-il quelque chose que Jean faisait à la légère? - il avait souhaité se rendre compte par lui-même en visitant un élevage.
«Tu ne peux pas savoir, c'est terrible…»
Sa voix s'était soudainement cassée, et à ma grande stupéfaction je vis ses yeux se remplir de larmes.
De vraies larmes.
«Ils sont dans le noir, tu comprends? Ils ne peuvent pas bouger. On les attache les pâtes écartées pour que leurs déjections ne les souillent pas.
Et quand tu entres là-dedans, qu'une porte s'ouvre et qu’un rayon de lumière s'infiltre dans leur nuit, toutes les têtes de ces pauvres bêtes se tendent ensemble vers la clarté, le cou tordu, l’oeil désespérément écarquillé, suppliant, vers la porte ouverte.
Vivre dans le noir, sans pouvoir bouger ni se coucher…
Quelle horreur, quelle souffrance! Te rends-tu compte?
Jamais je n'oublierai le regard de ces bêtes vers moi…»"
Annie Duperey «les chats de hasard»
Note : les veaux sont les sous-produits de l'industrie du lait, du fromage, de la crème... Ils ne sont mis au monde que pour la vache ait du lait.
Pour en savoir plus : https://www.facebook.com/media/set/…