Loading...

lundi 29 février 2016

Agriculture biologique, la solution??

Source mais suite payante

« C’est comme un fumeur qui a envie d’arrêter de fumer. Un jour, il décide qu’il arrête. » Après avoir longtemps réfléchi, Philippe Hébert a choisi, en juin 2015, de franchir le pas vers l’agriculture biologique. Les motivations de ce céréalier d’Ile-de-France de 39 ans ? D’abord économiques, loin de celles des pionniers ayant jeté aux oubliettes engrais chimiques et pesticides par idéologie.
« Cela me sortait par les yeux de dépenser autant en produits phytosanitaires », confie-t-il. Sa facture atteignait 90 000 euros par an. Mais le cheminement vers le bio a été long. En 2000, M. Hébert commence à travailler sur 50 hectares. « En parallèle, j’ai créé une société de location de vaisselle pour cérémonie », raconte-t-il. Dix ans plus tard, ses parents lui cèdent 160 hectares. Avec en héritage du...