Loading...

jeudi 24 décembre 2015

INCAPABLES SEA WORLD PERD SES ORQUES LA TROISIEME EN 6 MOIS HONTE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

SOURCE ET SUITE

 MAIS QU' ILS LES FERMENT CES PARCS AQUATIQUES!!!!! 

EXACT SI LES TOURISTES ARRETAIENT DE S' Y RENDRE CELA PERMETTRAIT DE LES FERMER.

Nouvelle colère des écologistes et grande tristesse à l’approche de Noël alors qu’une toute jeune orque âgée de 18 ans est décédée au parc SeaWorld de San Antonio.


Une nouvelle orque en captivité vient de décéder à SeaWorld (parc aquatique zoologique controversé aux États-Unis). Unna, orque femelle âgée de 18 ans, est la troisième sur la liste des disparus depuis les six derniers mois dans l’un des complexes de SeaWorld. Le mammifère marin souffrait de candida (infection bactériologique grave) depuis septembre et n’a pu être sauvée. Se disculpant de toute responsabilité, le parc a précisé dans un communiqué que ce type de champignon était présent dans la nature.
Certaines associations de protection animale dont Peta (la plus influente au monde dans le domaine) ont levé immédiatement leur bouclier pour dénoncer des conditions de captivité qui entraînent des morts précoces chez ces animaux complexes, sociaux et inadaptés par nature à l’enfermement. Peta a d’ailleurs stipulé qu’Unna était la 38éme orque de Seaworld à décéder de façon précipitée depuis le début de cette industrie du spectacle. Rappelons qu’en liberté, une orque femelle peut espérer vivre plus de 100 ans.
C’est un « cadeau de Noël » dont le parc se serait bien passé. Cette perte tragique vient ternir un peu plus l’image des parcs zoologiques aquatiques comme Seaworld dont les bénéfices n’en finissent plus de chuter depuis la sortie du film BLACKFISH (L’orque tueuse). Les infections de la peau, les maladies ou encore les accidents semblent fréquents en captivité si l’on en croit le documentaire et les enquêtes de spécialistes comme Ingrid Visser (biologiste marine) ou encore Lori Marino (neuroscientifique présente dans les documentaires Blackfish et A Fall From Freedom). Si les orques sauvages rencontrent bien évidemment des dangers dans leur environnement naturel (notamment les polluants en tout genre), leur espérance de vie est écourtée en captivité. Le manque d’espace, l’entraînement forcé, l’incapacité de chasser ou encore d’utiliser leur sonar, contraignent les orques à une vie d’ennui et de frustrations diverses qui les mènent parfois à la violence ou la folie. Le cas tragique de Tilikum (qui n’est autre que le  » père  » par insémination de Unna) ayant déjà tué 3 personnes est assez parlant. Selon certains observateurs Unna aurait pu se blesser volontairement en se projetant contre les parois de son bassin, en raison du stress (d’autres orques ont déjà eu ce comportement en captivité, voir le cas de Hugo dans l’article : Lolita, l’orque qui vit dans un bassin de 10m depuis 40 ans).
............................
......................Seaworld vit-il ses derniers jours ? L’impact touchera t-il plus largement d’autres pays ? L’opinion publique, elle, semble s’allier plus que jamais contre ce business difficilement justifiable. Cependant, des millions de touristes continuent d’affluer dans les différents parcs marins du monde chaque année, justifiant la perpétuation de cette industrie du spectacle.