Loading...

dimanche 29 novembre 2015

LE DRAME DES CHEVREAUX

 

 Chavroux

  SOURCE ET CREDIT PHOTO

AVEC VIDEO

Fromages de chèvre Chavroux : publicité mensongère, cynisme et cruauté

« Grandir ? Mais pour quoi faire ? »
Décidément, la marque de fromage de chèvre Chavroux ne recule devant aucun cynisme pour promouvoir ses produits !
Ce n’est pas la première fois que Chavroux utilise des images de petits chevreaux pour communiquer sur sa page facebook.
Le contraste avec la réalité est pourtant édifiant !

Malgré les très nombreux commentaires indignés, Chavroux les ignore et continue de donner une vision totalement faussée de la production du lait. Il s’agit bien de publicité mensongère, nous devons exiger de Chavroux des explications sur sa communication trompeuse !
Les animaux ne nous donnent pas leur vie, leur lait, leurs œufs, nous les prenons DE FORCE. La violence est bien réelle : nous les exploitons pour leur chair, leur capacité à produire, nous les réduisons à de simples objets. L’intérêt à vivre des autres animaux existe pourtant autant que le nôtre, mais nous le méprisons en invoquant la différence d’espèce.
Il est INTOLÉRABLE, face à cette réalité brutale et injuste, que Chavroux se permette de communiquer de manière aussi cynique sur les victimes de ses produits.
Pour rappel, la production de lait à destination de l’espèce humaine, qu’elle concerne les chèvres ou les vaches, correspond à une véritable industrie de la souffrance :
► Pour produire du lait, la chèvre est inséminée artificiellement à répétition ; elle subira des grossesses non désirées tout au long de sa vie.
Peu de temps après la naissance, le bébé et sa maman sont séparé-es, causant une détresse psychologique profonde des deux côtés.
► Si le nouveau né est un mâle, il sera rapidement tué car ne produira jamais de lait. Il s’agit donc d’un véritable déchet pour l’industrie du lait ; le chevreau mâle naît pour mourir.

► Si c’est une femelle, elle ne sera pas tuée tout de suite mais connaîtra d’abord une vie d’exploitation. La valeur de son existence sera réduite à la capacité de son corps à produire du lait.
Constatez par vous-mêmes la façon dont ces êtres sensibles sont réduits à de simples marchandises : transportés, violentés, entassés, jetés, comptés, vendus, triés, méprisés…