Loading...

jeudi 15 octobre 2015

UNE FOIS DE PLUS DES ARGUMENTS CONTRE LA VIANDE


 le
Bonjour,

LInstitut national de veille sanitaire (InVS) a publié
il y a quelques jours les résultats de l'étude Burden MR chargée de mesurer les conséquences de l’antibiorésistance.

Nous savons désormais que près de 160 000 patients contractent, chaque année en France, une infection par un germe dit multirésistant, et que près de 13 000 d'entre eux en meurent directement.
Réaction immédiate de Marisol Touraine, ministre de la Santé : "Il faut prendre des mesures pour éviter d'entrer dans "l'ère post-antibiotiques". Mais nous y sommes déjà, Madame Touraine !

Vous pourriez lire (en suivant ce lien) l'intégralité de sa déclaration, mais je ne vous le recommande pas... À moins que n'aimiez admirer le grand art de ne rien dire de concret, si ce n’est des mesures de chipotage au demeurant un peu infantiles.

Comme d’habitude, ne jamais aller à la source du mal est la règle d’or, surtout lorsque cela mettrait en danger d’énormes intérêts commerciaux.

Or la principale source du mal que nous dénonçons depuis des années, c’est l’industrie de la viande qui engouffre au total plus de 1 000 tonnes par an d’antibiotiques.

Selon l’Institut de veille sanitaire, 50 % des antibiotiques produits dans le monde sont destinés aux animaux pour les soigner, ou bien sous forme d’additifs alimentaires pour accélérer leur croissance, augmentant ainsi considérablement le rendement en viande.

Cette pratique concerne la quasi-totalité des porcs, des veaux, des lapins, les deux tiers des poulets et un tiers des bovins destinés à la filière de la viande.

Il est évident que les consommateurs de viande non bio se prennent la ration quotidienne d’antibiotiques qui, non seulement les font entrer en antibiorésistance, mais participe à leur faire prendre aussi du poids… Comme les animaux !

Enfin, tout le monde sait qu’il n’existe aucun moyen pour éradiquer, entre autres, les antibiotiques de l’eau du robinet, et ceux qui la consomment sans la traiter à domicile par un appareil à osmose inverse s’en rajoutent encore une ration quotidienne supplémentaire.

Marisol Touraine parle de promouvoir des études pour remplacer les antibiotiques à large spectre (à condition, bien sûr, que les brevets rapportent autant d’argent qu’auparavant…). Désolé, Madame la Ministre, les études sont faites et s'accumulent depuis un siècle. On n'en a pas parlé parce que l’industrie pharmaceutique a mené une guerre sans relâche contre leurs promoteurs. Et on n'a rien dit sur les moyens naturels efficaces qui sont, eux, sans inconvénients collatéraux. Ils en sont réduits à exister discrètement à condition de ne jamais évoquer officiellement à quoi ils servent !

La liste est longue. Je peux ici en rappeler au hasard quelques éléments les plus connus, qui ont largement fait leurs preuves, même et surtout quand les antibiotiques ne marchent pas :
  • L’aromathérapie Pas moins d’une quarantaine d’huiles essentielles qui, bien ciblées, fonctionnent parfaitement même contre les attaques virales, pour lesquelles les antibiotiques ont toujours été reconnus impuissants.
  • Le chlorure de magnésium dont les multiples études et les services prophylactiques exceptionnels ont fait des centaines de milliers d’adeptes depuis plus d’un siècle. Son découvreur Pierre Delbet (1861-1957) l’avait déjà largement expérimenté durant la guerre de 14-18.
  • L’argent colloïdal, plus agréable au goût, mais que la médecine officielle fait faussement passer pour dangereux (l'argyrisme, qui n’est même pas une maladie).
  • Le citrobiotic en formule interne ou externe (concentré) dont l’efficacité connue n’est plus à remettre en question.
  • La vitamine C naturelle, tout bêtement, qui offre des applications sanitaires tous azimuts de plus en plus admises malgré un barrage constant depuis Linus Pauling, son promoteur initial (deux fois prix Nobel, de chimie et de la paix).
  • Les bactériophages, antécédents aux antibiotiques (1905), bien que plus efficaces que les antibiotiques, ont été enterrés et interdits, sauf en Russie (c’est le rideau de fer inversé !).
  • Et il y en a encore beaucoup d'autres...
Peut-être que Madame Marisol connaît plus ou moins tout cela… Mais bien sûr, elle ne peut pas le dire ! La dictature veille !

Alors, faut-il s'inquiéter de l'antibiorésistance ? Oui, sûrement. Mais pas quand on est suffisament averti et éveillé pour savoir qu'il faut surtout entretenir ses défenses immunitaires, on se dit qu'il pourrait s'agir d'une aubaine pour ceux qui voudraient bien que le système pharmaco-médical se retrouve obligé de sortir de ses tiroirs les vraies solutions qu'il a savamment étouffées pour ne pas nuire à son propre business.

Je sens que je vais encore me faire des amis !

Michel Dogna

Ça, c'est du bon Michel Dogna, non ?

Je reprends la plume pour vous dire que Michel a mis en ligne sur son site un ebook gratuit sur les différents moyens naturels de lutter contre le cancer. Il est naturothérapeute depuis trente ans et surtout, un chercheur infatigable depuis toujours. Il y a dans cette ebook tout ce que Michel a pu observer ou étudier lui-même. Je vous le recommande. Pour le télécharger, cliquez sur ce lien.

Enfin, je vous rappelle que le titre de cette newsletter vous renvoie à un article plus bas. Il s'agit cette fois de parler du mythe du gras et de son incidence sur la santé. L'homme serait-il le seul animal à ne pas supporter le gras ? C'est la question que se pose Philippe Lambert dans son article sur la naissance de l'allégé, du "light". Encore une belle supercherie ! (Voyez plus bas)
Alexandre Imbert

PS : Le n°28 d'Alternative Santé a encore été mis à jour cette semaine avec deux nouveaux articles
Les abonnés pourront y trouver deux articles. Le premier est un peu technique mais finalement très utile, car il explique un moteur du vieillissement, une réaction presque chimique, qui ne se fait plus au fil du temps : la méthylation. Le second est, lui, un vrai handicap. Soudainement, on perd le goût ou l'odorat, ou les deux... Et là, personne ne sait ce qui se passe... Nous, on a une idée de leur origine, en tout cas...


Bonne lecture