Loading...

samedi 8 août 2015

LE TUEUR DE LION (CECIL) ENGAGE DES DETECTIVES PRIVES POUR VEILLER SUR SA MAISON DE FLORIDE

SOURCE ET VIDEO

Le dentiste devenu l'homme le plus recherché de la planète après la mort du lion dans une réserve animalière du Zimbabwe a engagé une agence de détective privé pour surveiller de près son domicile de Floride, taguée cette semaine de l'inscription "tueur de Lion".
La colère n'est pas retombée. Une semaine après l'annonce de la mort de Cecil le lion, icône du parc Hwange au Zimbabwe et la révélation de l'identité de son assassin, ils sont nombreux à être partis sur les traces du Dr Walter Palmer. Lundi, c'est le domicile secondaire du dentiste américain, situé à Marco Island, en Floride, qui a été vandalisée. L'inscription "Lion killer !", "tueur de lion !", a ainsi été écrite sur la porte de son garage, rapportent les médias anglo-saxons. Des pieds de cochons ont également été déposés dans l'allée. Des passages à l'acte qui s'ajoutent aux nombreuses menaces de mort reçues par le passionné de chasse de 55 ans, qui n'est plus apparu en public depuis que son nom a été rendu public.
 
Alors pour éviter tout nouveau débordement, une agence de détectives privés est désormais chargée de veiller sur la maison. "Si cela se reproduit, les gens seront repérés par les caméras car nous en avons installées sur la propriété. Beaucoup d'entre elles sont cachées. Nous sommes capables de lire toutes les plaques d'immatriculation qui passent dans la rue", indique au Daily Mail Walter Zalisko, ancien policier à la tête de l'agence qui précise n'avoir jamais été en contact direct avec le Dr Palmer ou sa famille. Il a été engagé par un autre détective qui assure la même mission dans la maison du Minnesota du dentiste, devant laquelle des manifestations ont été organisées la semaine dernière. "Chaque agent est un ancien officier de police. Ils sont très entraînés et armés", ajoute-t-il au New York Post.
 
Une enquête est en cours pour tenter d'identifier les auteurs de l'inscription. Au Zimbabwe, le procès de l'organisateur du safari mortel a été reporté au mois de septembre, mercredi. Des restrictions immédiates ont été annoncées sur la grande chasse (lions, éléphants, léopards), désormais interdite près de la réserve animalière de Hwange, sauf dérogation écrite des parcs nationaux, ainsi que sur la chasse à l'arc. Le gouvernement a également précisé dimanche que les chasseurs actuellement sur le terrain devaient lever le camp immédiatement.