Loading...

samedi 29 août 2015

ETRE VEGETARIEN AU QUEBEC

SOURCE ET SUITE
 DE NOMBREUX LIENS ET UNE LISTE DE RESTOS VG


Le 9 février dernier Télé-Québec présentait Love Meat Tender: la viande à tout prix. Le documentaire en question nous informait de l'évolution de l'industrie de la viande et ses implications sur l'environnement et la santé publique. On soulève aussi timidement une réflexion sur nos rapports avec les animaux sans toutefois faire l'apologie de l'éthique animale. Après avoir regardé ce documentaire, j'ai donc décidé de saisir l'occasion d'écrire un article et ainsi présenter brièvement les grands axes sur lesquels reposent les raisons qui justifient l'adoption du végétarisme.
L'éthique
Contrairement à ce qu'on essaie de nous faire croire à travers la propagande de l'industrie de la viande, les animaux d'élevages ne sont pas élevés dans des petites fermes familiales sympathiques comme on nous le présente sur les « pintes » de lait. Les grosses fermes industrielles qui pratiquent l'élevage intensif d'animaux sont majoritaires et le Canada et le Québec ne font pas exception à cette pratique . Selon Carl Saucier-Bouffard, on élève et abat 180 millions d'animaux au Québec et 650 millions au Canada . Avec un nombre aussi important de bêtes abattues chaque année, il serait plutôt naïf de croire que ces animaux sont élevés et abattus dans de bonnes conditions. C'est plutôt l'inverse qui correspond à la réalité.
Par exemple, saviez-vous que les jeunes porcs mâles sont castrés sans aucune anesthésie? Et que cette « opération » est faite rapidement avec un scalpel ou un couteau non stérilisé? Et que cette pratique est une norme dans l'industrie? Probablement que vous l'ignorez et c'est assez facile de comprendre pourquoi : l'industrie ne veut pas que vous le sachiez! En s'informant un peu on se rend compte que tous les animaux d'élevages (poules, vaches, bœufs, veaux, etc.) sont confrontés au triste sort de l'élevage industriel productiviste : ils sont traités comme de la marchandise sans aucune considération de la souffrance qu'ils peuvent ressentir.
 SUITE