Loading...

jeudi 4 juin 2015

SPIRULINE VITAMINE B12 POUR LES VEGETARIENS/VEGAN.... MAIS PAS SEULEMENT..

SOURCE ET SUITE
AVEC VIDEO
 A DEAUVILLE ON ACHETE SUR PLACE ET ON VISITE

 ON A TOUS BESOIN DE SPIRULINE....

Deux serres d'arceaux et bâches plastiques au milieu d'une verdoyante pâture augeronne. C'est à quelques haies d'un ancien corps de ferme, transformé en écodomaine, que Laurent Lecseve a monté Hyes, une ferme pilote de spiruline. « On est environ 150 en France, principalement dans le sud », explique cet ingénieur.
Il suffit de pénétrer sous la serre pour comprendre que « la spiruline se développe dans une eau entre 25 et 35 °C ». La spiruline, c'est la micro-algue- ou plus exactement, la bactérie bleue, une cyanobactérie -qui donne cette couleur bleu-vert à l'eau de son bassin. Et dont les vertus sont incroyables : « Elle contient 60 à 70 % de protéines et un taux de fer très élevé », détaille le gérant de la société.

Prisée des sportifs et végétariens

Voilà pourquoi « elle est très consommée par les sportifs » mais aussi conseillée aux végétariens, aux femmes enceintes en déficit de fer, ou tout simplement en cas de fatigue. « En plus, elle contient du bêta-carotène, du calcium, du magnésium, de la vitamine B12, du potassium... » Pas étonnant que l'Onu cite la spiruline comme un moyen pour lutter contre la malnutrition. D'autant plus que « cette agriculture consomme peu d'eau, peu d'espace et d'énergie ».
Retour sous serre, où la chaleur et la moiteur ambiante sont suffocantes. Mais la spiruline, elle, s'y développe joyeusement, retrouvant là les conditions climatiques des grands lacs d'Afrique, où elle trouve son origine. « C'est en découvrant que les ethnies situées autour d'un lac du Tchad n'étaient pas touchées par la famine que, dans les années 50, les Occidentaux se sont penchés sur cette crème verte qui était récoltée sur le lac et consommée dans de nombreux plats », raconte Laurent Lecseve.

Spaghettis transformés en paillettes

Dans la petite ferme normande en cours de labellisation bio, la technique de récolte n'a pas varié : « On sépare la spiruline de l'eau pour obtenir une crème verte que l'on extrude en longs spaghettis qui sont ensuite séchés et écrasés, pour obtenir des paillettes. » Elles peuvent être consommées directement (ce petit goût salé n'est pas dérangeant), saupoudrés sur un yaourt ou mélangé à la sauce d'un plat de pâtes...