Loading...

mardi 16 juin 2015

INFO AVEC LIENS A CONSULTER

Mardi dernier, les sénateurs entérinaient le projet de Loi sur le renseignement. Sous couvert de lutte contre le terrorisme, nos élus ont approuvé ce texte liberticide, bâillonnant au passage la liberté d’expression. Les poursuites pénales à l'encontre des 9 la Conf’ en sont un avant-goût.

Nous revendiquons le droit de contester un projet qui va à l'encontre de l'intérêt général, par le biais d'actions syndicales, symboliques, sans dégradation, à visage découvert.
Nous revendiquons le droit d'être jugés en tant que militants responsables, ayant agi en notre âme et conscience, dans l'optique de dévoiler une carence de la loi quant à cette dérive grave de l'agriculture.
Nous demandons à être jugés par le prisme de l'intérêt général, sur les idées plus que sur les actes, insignifiants au regard des enjeux que soulève l'industrialisation de l'agriculture et de l'alimentation.
Nous revendiquons le fait que ces actions d'alerte n'ont pas à être réprimées pénalement.
Pour toutes ces raisons, nous demandons la relaxe des 9 militants de la Confédération paysanne.

S’il fallait une raison supplémentaire, les promoteurs des 1000 vaches viennent de dévoiler publiquement leur total sentiment d'impunité. Suite au témoignage accablant d'un ex-salarié de l'usine, rapportant un état sanitaire catastrophique du troupeau, des méthodes illégales d'euthanasie, des rapports avec les salariés exécrables, nous avons appris avec stupeur la présence de 800 vaches sur site, 300 de plus que les 500 autorisées !
Mis devant le fait accompli, préfecture et ministère de l'Agriculture n'ont pu que constater les faits et lancer une mise en demeure de régulariser au plus vite le troupeau. Stéphane Le Foll l'a promis, il y aura sanction pénale.

C'est la crédibilité de Novissen et de la Confédération paysanne qui s'en trouve renouvelée, la légitimité à agir des 9 de la Conf' qui s'en trouve renforcée avant de comparaitre devant le tribunal. Et cette crédibilité et légitimité ne peuvent que se nourrir des plus de 400 000 signatures recensées sur différentes pétitions contre les fermes-usines, du sondage publié la semaine dernière par Agir pour l'environnement qui fait état d'une opposition de 70% de la population française aux fermes-usines, des milliers de messages de soutien reçus et de la présence ce mercredi d'une cinquantaine d'organisations syndicales, politiques et associatives et de paysans du monde entier qui viendront faire bloc autour de la Confédération paysanne (dont Olivier de Schutter, José Bové, Susan George, Jean-Luc Mélenchon, Pierre Laurent, Bernadette Groison, Pierre Larrouturou, Olivier Besancenot et des paysans de la Via Campésina).
 
Toutes et tous à Amiens mercredi 17 juin !

Bus / Programme de la journée

Toutes les infos