Loading...

dimanche 26 avril 2015

EXCELLENT!!! MIAM MIAM ENCORE ET PLUS

SOURCE ET SUITE

Un contrôle conjoint mené par la gendarmerie et les services de l’état mercredi après-midi a permis la découverte d’un chargement de viande de porc, destiné à une unité de découpe de l’Aude qui était transporté dans des conditions sanitaires déplorables.
La température de la viande (des demi-carcasses de porc) contenue dans le camion aurait dû se situer entre 0 et 7°. Elle était en réalité de 32°...
Les services de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (DDCSPP) et les militaires de la gendarmerie nationale ont réalisé mercredi un contrôle spécifique des véhicules de transport de denrées périssables. Qui s’est révélé fructueux.

La viande devait être transformée dans un atelier de découpe

Le dispositif a été mis en place sur la route département qui relie Castelnaudary à Revel et c’est là que les agents ont intercepté un camion semi-remorque en provenance du Tarn et qui se rendait dans un atelier de découpe de l’Aude où la viande devait être transformée.
En plus de la température tout à fait anormale de la viande, plusieurs autres défauts sanitaires ont été constatés. Des pièces de viande étaient conditionnées dans des sacs en plastique posés à même le sol d’une propreté douteuse de la remorque et ce, alors qu’ils auraient dû être acheminés dans des bacs en plastique et posés en hauteur.

Des investigations complémentaires sont en cours

L’ensemble routier a été renvoyé dans son département d’origine après que des plombs ont été posés sur les ouvertures de la remorque. Les services vétérinaires du Tarn vont poursuivre les constatations et mener leur enquête afin de savoir comment la chaîne du froid a pu être à ce point brisée, avec tous les risques sanitaires que cela comporte.
Interrogés, les services de l’état dans l’Aude n’ont pas été en mesure de fournir des précisions quant à la localisation de l’abattoir d’origine. Et pour cause, à la procédure menée par l’administration se superpose une autre, d’ordre judiciaire celle-là, en raison des infractions multiples aux règles de santé publique et passibles de sanctions pénales.
Les procès-verbaux dressés par la DSV et les agents audois vont être adressés au parquet d’Albi.
Des investigations complémentaires vont être forcément menées au cours des prochains jours afin de savoir qui est responsable de ce grave manquement aux règles sanitaires.