Loading...

dimanche 25 janvier 2015

Elevages pour tortures en France............ inadmissible!!

SOURCE ET PLUS
 avec appel aux dons pour les plus généreux
merci pour eux
 et résultats affiches métro contre la fourrure


Chaque jour en France, des chiens sont torturés et mutilés lors de cruelles expérimentations. La plupart d'entre eux subissent ces expériences à plusieurs reprises jusqu'à ce que mort s'ensuive. Si les tests ne les tuent pas, ils seront tout simplement euthanasiés.
Chaque année, on dénombre plus de 2,3 millions d'animaux torturés et massacrés dans plus de 1000 laboratoires en France... La plupart de ces animaux sont des souris, lapins et primates, et il y a aussi parmi eux de nombreux chiens et chats.


Elevage de Mézilles : des Beagles torturés et tués au nom de la recherche...
Cet élevage, dans l'Yonne, retient captifs environ 1.000 chiens. Ils sont fabriqués en masse toute l'année uniquement pour satisfaire la demande des laboratoires pour leurs expérimentations. Cette usine de production de chiens est l'une des plus grandes en Europe... Elle existe depuis bientôt 40 ans. Son seul but est d'alimenter les laboratoires français et européens, pour leurs contrôles de sécurité sur des médicaments, la création de vaccins, la recherche fondamentale, les actes chirurgicaux, la thérapie génique et bien d'autres choses...
Les pauvres chiens sont principalement des Beagles. Leurs tortionnaires les nourrissent, les soignent voire les bichonnent, avant de les envoyer dans des chambres expérimentales. D'autres chiens sont élevés en confinement, sans aucun contact avec l'extérieur depuis leur naissance, afin de répondre à des besoins expérimentaux spécifiques.
Elevage de Gannat : des chiens fournisseurs d'organes...
A Gannat, en Auvergne, se situe un bien triste élevage. Les chiens qui sont retenus là-bas sont destinés à une vie de souffrance, à la fois pour tester des médicaments, mais aussi pour se faire retirer leurs organes ! Ces organes sont ensuite vendus frais ou congelés, "à la pièce", comme de simples marchandises...
Les chiens sont considérés là-bas comme une "fourniture pour essai clinique et recherche bio-médicale". Cet élevage se targue de fournir un support de recherche pour les actes chirurgicaux ou la manipulation génétique. Des chiens "à la carte" sont disponibles avec anticorps prédéfinis, système immunitaire désactivé et non vacciné pour assurer une prise optimale des maladies injectées aux animaux et une progression optimale de celles-ci.
Que faire pour lutter contre ces élevages de la honte ?
Sensibiliser le public et les pouvoirs politiques tout d'abord.
Campagnes de publicités, manifestations, pétitions... Régulièrement, Pro Anima organise des évènements pour informer et pour demander la fermeture de ces élevages barbares. La dernière grande marche contre l'élevage de Mézilles a eu lieu en septembre dernier.