Loading...

mercredi 30 juillet 2014

VRAIMENT CRAQUANTES CES PETITES

LA BACTERIE MANGEUSE DE CHAIR SUR LES PLAGES DE FLORIDE...VIBRIO


....MAIS AUSSI DANS LES CRUSTACÉS.
LES CAS SONT RARES POUR LE MOMENT MAIS LA MALADIE EST SI EFFRAYANTE QU' IL EST BON DE SAVOIR
LE DÉPARTEMENT DE LA SANTÉ A D' AILLEURS ÉMIS UNE ALERTE  LUNDI DERNIER SIGNIFIANT QUE LA BACTÉRIE EST PRÉSENTE  DANS LES EAUX
 SI VOTRE SYSTÈME IMMUNITAIRE EST  DÉFICIENT VOUS ÊTES VULNÉRABLE, ET  DANS 50 CAS  SUR 100,AUCUN TRAITEMENT NE VOUS SAUVERA.

SOURCE

So apparently there's a flesh-eating bacteria that thrives in warm saltwater and is living in our oceans, according to Florida health officials.
The bacteria, known as vibrio vulnificus, has caused 32 people to be hospitalized and killed ten in Florida. That was through a period of years, not all at once. Since 2013, there have been five cases of vibrio and two deaths in Broward County.
Still, it's enough of a risk that the Florida Department of Health issued new warnings on Monday. So if you plan on heading out to the beach for a swim, be aware that a flesh-eating bacteria is floating around out there.
Here's what you need to know about vibrio.
First of all, the bacterium normally lives in warm seawater and is part of a group of vibrios that are called "halophilic" because they require salt. And if there are two things Florida waters have plenty of, it's warmth and salt.
"A person can contract vibrio by eating tainted raw shellfish and oysters," Florida Department of Health Deputy Press Secretary Pamela Crane tells New Times. "And people who swim in seawater [and] have open wounds are also vulnerable to the bacteria."
Vibrio can cause vomiting, diarrhea, and abdominal pain, but is especially dangerous for people with weak immune systems, especially those with chronic liver disease. Vibrio can get into the bloodstream and cause life-threatening illnesses. Symptoms include fever, chills, a drop in blood pressure, and skin lesions.


According to the Florida Department of Health, those who get the bacteria into their bloodstreams die about 50 percent of the time. People with weaker immune systems were 80 times more likely to develop the infection in the bloodstream than healthy people, according to health officials.
Reports of people contracting the vibrio bacteria are rare, however. That may be because it's gone largely unnoticed over the years. According to the Centers for Disease Control and Prevention, more than 900 infections have been reported from the Gulf Coast states between 1988 and 2006. Prior to 2007, there really was no way of monitoring it.
So basically, if you have a weak immune system or an open wound, it's best to avoid the water for now. If you do go swimming, make sure to wash off thoroughly afterward.
"It's rare, but we wanted to get the warning out there to make sure people are educated about it," Crane says.
The best way of avoidance, however, is to stay away from raw oysters and other shellfish. If you absolutely, positively must eat the stuff, make sure it's cooked thoroughly. Be sure to boil shucked oysters for at least three minutes, or fry them in oil for at least ten minutes at 375°F.
The main thing is that this is a normal occurrence in our waters. Chances are, you've already been swimming in vibrio-infected waters and are doing just fine. What health officials want to stress is that people with weak immune systems should take extra precautions.
Nobody needs a bad case of the runs from all orifices after a nice day out at the beach.
For more info, read the handy-dandy flier we've embedded below:
PENDANT CE TEMPS LA...  EN LOIRE ATLANTIQUE
(PAS SURPRISE SI VOUS ME DEMANDEZ MON AVIS...) 
 SOURCE 


À la SPA de Loire-Atlantique située à Carquefou, Françoise Rabillier, la présidente se désespère « Les abandons de chats et de chatons sont encore plus nombreux cette année. Nous n’avons plus de place en fourrière ».
Comme chaque été, les abandons de chats et de chiens se multiplient. « Les propriétaires ne stérilisent pas leurs animaux. Ils se retrouvent avec une portée sur les bras et nous les laissent dans des cartons devant le portail », explique François Rabillier, présidente depuis 2004 et bénévole depuis 1989. Aujourd’hui, les boxes de la SPA sont saturés, comme tous les refuges du département. On trouve plus de deux cents chats et autant de chiens en attente d’adoption. « On ne peut pas en accueillir plus, la préfecture nous impose un seuil maximal à ne pas atteindre ». En plus de trente ans à la Spa de Loire-Atlantique, Françoise Rabillier, a observé une augmentation du nombre d’abandons. « Les gens ne réfléchissent pas avant de prendre un animal. Il y a beaucoup d’abandons suite à une séparation ou un divorce. Et puis la crise économique joue un rôle important. Un animal, représente un coup important ». (EUH.. C' EST UN COUT,  PAS UN COUP  MME LA JOURNALISTE)

SANS AIDE BIEN SUR. ILS GERENT UN PETIT PARADIS POUR ANIMAUX


 Au royaume des chats... /Photo DDM, Maia Alonso.

 ... PUISQU' EN FRANCE ON NE S' OCCUPE (MAL...)  QUE DE POLITIQUE, ET DES PROCHAINES ELECTIONS PRESIDENTIELLES....

SOURCE ET CREDIT PHOTO


Il est un petit paradis, dans un îlot de verdure à flanc de collines, sur la commune de Saint-Lizier-du-Planté : c'est le domaine d'André et Danièle Degaudez, deux passionnés. Si pour André, il s'agit de spéléologie (il découvrit près de Saint-Girons le gouffre qui porte son nom : une cavité sèche constituée d'une série de petits puits qui sera explorée par le S.C. de la Seine, renforcé de quelques membres du G.S. Couserans en 1966 et 1967), son épouse Danièle serait une «Mère Noé». Elle récupère et soigne toutes les bêtes en détresse qu'elle rencontre ou qu'on lui envoie. Et leur vaste propriété plantée sur le flanc de la colline, abondamment boisée, est devenue l'arche des Degaudez. On y croise une douzaine de chevaux (il y en a eu jusqu'à une trentaine, tous récupérés pour y achever paisiblement leur vie), des chiens, une colonie de chats qui vit dans un enclos protecteur avec pour «maison» une vieille caravane aménagée spécialement pour leur confort ; une abondante volaille qui vit ici non pour être consommée mais pour mourir de vieillesse (comme pour les lapins), s'ébat dans un parc d'un hectare clôturé : «Nous consommons seulement les œufs, et comme il y en a beaucoup, nous en donnons pas mal…», sourit Danièle qui passe ses soirées à compter son troupeau de canards, dindes, oies, poules… Ces dernières sont de tailles différentes, alors Danièle les perche scrupuleusement pour éviter que les grosses écrasent les plus petites. Dans la volière, les inséparables et les omnicolores font bon ménage. «Nous avons eu des chèvres, des cochons jusqu'à l'an dernier mais depuis qu'André est à la retraite et que nos moyens ont considérablement diminué, nous ne remplaçons plus les animaux qui disparaissent». Car tout ce petit monde doit être nourri, soigné, traité et tout leur budget y passe : «C'est eux avant nous.» Un petit paradis où l'affection que leur rendent toutes ces bêtes est leur plus belle récompense.

mardi 29 juillet 2014

ANTIBIOTIQUES DANS LES ELEVAGES USA.. RIEN A FAIRE!! CELA CONTINUE

 SOURCE ET SUITE


Despite U.S. Food and Drug Administration (FDA) scientific findings that the misuse of antibiotics in farm animals threatens human health from “superbugs,” business will continue as usual.
Yesterday, in a 2-1 decision, the U.S. Second Circuit Court of Appeals ruled that the FDA does not need to consider banning the routine feeding of antibiotics to healthy animals despite the agency’s findings that this misuse of antibiotics fundamentally threatens the effectiveness of medicines in both humans and animals.
“This decision allows dangerous practices known to threaten human health to continue,” said Avinash Kar, attorney with Natural Resources Defense Council (NRDC). “Adding antibiotics to farm animals’ feed, day after day, is not what the doctor ordered and should not be allowed.”
The court’s ruling overturned two 2012 district court rulings in cases brought by NRDC, Center for Science in the Public InterestFood Animal Concerns TrustPublic Citizen and Union of Concerned Scientists. The earlier rulings directed the FDA to halt the regular use of penicillin and tetracyclines in animal feed for healthy animals until drug manufacturers could prove the safety of this practice.
Dissenting Judge Robert Katzmann said, “Today’s decision allows the FDA to openly declare that a particular animal drug is unsafe, but then refuse to withdraw approval of that drug. It also gives the agency discretion to effectively ignore a public petition asking it to withdraw approval from an unsafe drug. I do not believe the statutory scheme can be read to permit those results.”
The practice of feeding low doses of antibiotics to healthy livestock on factory farms is contributing to an increase in antibiotic-resistant bacteria, or superbugs, which is a growing public health concern.
The FDA released voluntary guidelines last December to address this non-therapeutic use of medication. A subsequent Food & Water Watch analysis revealed that 89 percent of antibiotic drugs that the guidelines advise against using to speed growth can still be given to healthy animals for other reasons—hence, the voluntary guidelines prove worthless.
“The misuse of antibiotics in food animal production contributes to the epidemic of antibiotic resistance in our hospitals and communities,” said Robert S. Lawrence, MD, director of the Johns Hopkins Center for a Livable Future and a professor with the Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health. “Today’s decision is deeply disappointing because it allows voluntary guidelines to take the place of decisive action in confronting one of the most important public health problems of our time.”
While the appeals court decision is disappointing to those working to keep antibiotics effective, their efforts continue. New York City Council Member Ben Kallos yesterday introduced Resolution 353 calling for a New York State and national ban on non-therapeutic use of antibiotics in livestock.
“American health is directly affected by the conditions on factory farms. Our government must enact basic rules to prevent disease and better some of the most dire practices of modern factory farms,” said Council Member Kallos.
The resolution calls upon the U.S. government to pass two bills, the Preservation of Antibiotics for Medical Treatment Act (H.R. 1150) and the Preventing Antibiotic Resistance Act (S. 1256). These bills would reinstate what the district courts had ruled in favor of—drug manufacturers would have to prove non-therapeutic antibiotic use will not lead to antibiotic resistance in humans.
“Simply put, the rampant misuse of antibiotics on factory farms is putting the health of every American at risk. Since Congress has yet to protect our health with common-sense farm antibiotics regulations, cities and towns across the country are demanding action,” said Eric Weltman, senior organizer with Food & Water Watch. “But no voice speaks louder than that of New York City, so when this resolution is passed, our leaders in Washington will surely take notice.”

LA BELLE HISTOIRE DE LUNA

 Meet Luna: The Baby Calf the Dairy Industry Wanted to Kill

SOURCE ET SUITE


LE VETERINAIRE APPELE POUR L' EUTHANASIER A ETE EMU PAR SES BEAUX YEUX  ET N' A PAS PU... AU LIEU DE CELA, IL A APPELE UN REFUGE QUI L' A PRISE EN CHARGE....
 LONGUE VIE LUNA!!!!!!

Rescued from the dairy industry at just four days old, Luna the calf is lucky to be alive.
After being born premature, her chances of survival were slim, but that was only the start of what she was up against.
Luna’s mother had a common disease in cattle which can cause abortion, and one which can also be passed from infected cows to their fetuses.
The farm didn’t want to take the risk of raising her to later find that she was unable to give birth, and therefore unable to give milk, which is the primary purpose of a cow born into the dairy industry.
So the very first day she entered this world was the very same day that she was separated from her mother and placed in a room, alone and afraid with a chain around her neck. Here she awaited her fate.
The vet was called to come and end her life, but when he arrived he saw a happy, healthy calf, and after taking one look into her big, beautiful blue eyes he knew he couldn’t do what the farmer was asking from him. That’s when Mino Valley Farm Sanctuary‘s phone rang.
Once we heard about Luna and her desperate situation, we knew we had to do something to save this little calf, so we put the wheels in motion to organize her rescue.

BRAVO!!!





CAFE VEGAN A SAINT SERVAN

 C' EST ICI POUR PLUS D' INFOS AVEC UNE BOUTIQUE EN PLUS

lundi 28 juillet 2014

RECRUDESCENCE DE LA MALADIE VIBRIO DANS LE GOLFE DU MEXIQUE


 screen-shot-2010-08-08-at-11-29-40-am


SOURCE ET SUITE

C' EST UN DOSSIER TRES COMPLET SUR LES SUITES DE LA MAREE NOIRE DE 2010 DANS LE GOLFE DU MEXIQUE.
LA BACTERIE MANGEUSE DE CHAIR  ET LA MALADIE VIBRIO PARTICULIEREMENT ACTIVE CETTE SAISON...

 COMME POUR  LA VACHE FOLLE, CES HECATOMBES D' ANIMAUX MORTS, CES PELICANS ET AUTRES CETACES  N ' AURAIENT JAMAIS DU SE PRODUIRE..ET CES MORTS QUE L' ON NOUS CACHE RESTENT SILENCIEUX JUSQU' A QUAND????

L' HUMAIN SE PREND POUR UN MAGICIEN, MALHEUREUSEMENT IL NE  SAIT PLUS RIEN PREVOIR DES RETOMBEES DE SES INVENTIONS

BIENTOT LE NOUVEAU DOSSIER CHAUD SERA LE GAZ DE SCHISTE.. A SUIVRE



There have been several significant developments over the past few decades in the Gulf of Mexico (GOM) which now require special and immediate attention.  The multitude of oil spills — both large and small — require extraordinary remediation measures, as well as the application of safe and proven technologies which will not make the existing hydrocarbon pollution worse. There are other major sources of water pollution in the GOM which have also became apparent, particularly since the eye-opening 2010 BP oil spill...

.....


The spate of articles over the past few years regarding the flesh-eating bacteria incidents coming out of the GOM clearly indicate an evolving predicament which no one in government — federal, state, or local — or from industry, want to address in any meaningful way.  When people are regularly getting sick — VERY SICK — to the point of dying from Vibrio vulnificus infections, it does not reflect well on the various branches of government which are responsible for ensuring public safety and addressing serious public health concerns.
Flesh-eating Vibrio bacteria at seasonal peak in South Mississippi waters
Likewise, the many businesses and industries which rely on the GOM are no longer inclined to trumpet serious health alerts, such as the rising incidence of Vibrio infections. Simply put, it’s bad for business.  Whether you’re a fisherman or boat manufacturer,  hotel owner or tour boat operator, a sick Gulf of Mexico does not look good on the front pages of the newspapers.  This is especially true in the middle of the intractable recession that the Southeast economy has been stuck in since 2008.
The same is true for the homeowners and commercial property developers, particularly the wealthy, whose mansions dot the coastline from the Florida Keys to the southeastern coastline of Texas.  They simply don’t want to hear that there are tar balls washing up on their secluded beaches, especially when those tar balls contain high numbers of Vibrio vulnificus.  Or, that red tide is showing up off their coasts.  Schools of dead fish, or dead dolphins, or dead whales washing up on their sandy shores are also an extremely undesirable image.

PLAISIR GOURMAND DES CHINOIS.... LE CHAT

 Au Vietnam, friand de viande de chien, le chat fait aussi le bonheur des gourmets. Au grand dam des propriétaires de ces "petits tigres", souvent volés avant de finir frits à l'ail, bouillis ou rôtis.


JE VOUS PARLAIS DE CHATS QUI RESSEMBLENT TANT AUX LAPINS

 .. VOICI LE NOUVEAU CAPRICE GOURMAND DES CHINOIS


 SOURCE ET SUITE
 CREDIT PHOTO

Dans un restaurant de Hanoï qui propose du chat au menu, les animaux sont noyés, rasés puis plongés dans la poêle à frire.
"Beaucoup de gens mangent de la viande de chat. C'est nouveau, ils veulent essayer", assure To Van Dung, gérant de l'établissement qui explore ce créneau plus rare que la classique viande de chien, également très recherchée en Chine voisine.
"Certains pensent que manger du chat au début du mois lunaire porte chance. C'est différent de la viande de chien. Nous mangeons de la viande de chien à la fin du mois lunaire. Le chat, c'est pour le début du mois", explique ce Vietnamien de 35 ans.
La viande de chat est officiellement illégale au Vietnam, les autorités l'ayant interdite par souci de préserver ces utiles chasseurs de rats.
Mais ce restaurant assure n'avoir aucun problème avec les autorités.
Un jour de grande affluence, plus d'une centaine de clients peuvent commander du chat dans le restaurant de To Van Dung.
L'établissement s'approvisionne auprès de rares éleveurs locaux mais aussi d'autres fournisseurs proposant de la viande sans grande traçabilité, qui peut parfois venir du Laos ou de Thaïlande.
- Les chats, rares dans les rues -
Il est rare de voir des chats en liberté dans les rues de Hanoï, leurs propriétaires les enfermant dans les maisons, la viande de "petit tigre" étant particulièrement appréciée.
La viande de chat reste moins répandue que celle de chien, que l'on peut acheter à chaque coin de rue. Elle est particulièrement appréciée pour accompagner les apéritifs, avec une bière de fabrication locale.
Les Vietnamiens ont une propension à manger des animaux qui sont considérés dans d'autres pays comme des animaux domestiques, donc tabous.
Selon Hoang Ngoc Bau, un des rares vétérinaires de Hanoï, cela s'explique par une conjonction de facteurs historiques, notamment le manque de nourriture pendant les nombreuses années de guerre.
"Le pays était très pauvre et nous avons eu une longue guerre. Nous mangions tout ce que nous trouvions pour rester vivants (...). Insectes, chiens, chats, même des rats. C'est devenu une habitude", raconte-t-il.
Mais le docteur Hoang Ngoc Bau, 63 ans, ne mange pas de viande de chien, ayant eu une vocation de vétérinaire à sept ans, quand son chien l'a sauvé d'un serpent venimeux. "Depuis ce moment-là, j'ai une dette envers les chiens et je suis devenu vétérinaire", dit-il.
Il a vu néanmoins la société vietnamienne évoluer, depuis l'ouverture économique des années 1990 opérée par le régime communiste à parti unique, loin d'une époque où le fait même de parler à un étranger sans autorisation était répréhensible.
"Tant de choses ont changé, si vite. Cela fait que les gens perçoivent les animaux différemment. De plus en plus de gens aiment les animaux", explique-t-il.
Cette évolution se heurte néanmoins à une tradition qui reste une menace pour tout animal domestique quittant son foyer.
En l'absence de filière d'élevage de chiens et de chats destinés à l'abattoir, "presque tous les animaux cuisinés dans les restaurants proviennent du vol", assure le vétérinaire.
Le Ngoc Thien, chef cuisinier, a lui-même un chat... qui passera à la casserole dès qu'il sera assez gros, alors que les animaux se négocient plus de 30 euros pièce.
"Quand mes chats sont vieux, nous les tuons. Car selon nos traditions, quand un chat vieillit, nous devons le changer et en prendre un plus jeune. En plus, les chats adultes aiment s'enfuir, c'est pour cela qu'on les vend et qu'on les tue", explique ce cuisinier.
"La viande de chat est meilleure que celle de chien, elle est plus tendre", dit-il.
Phuong Thanh Thuy, propriétaire d'un restaurant de viande de chien, se désole elle du vol récurrent de ses chats, qui protègent ses cuisines des rats.
"Ma famille est triste parce que nous passons beaucoup de temps et d'énergie à élever nos chats. Quand nous en perdons un, nous souffrons", explique la restauratrice, une portée de chatons récemment achetés jouant à ses pieds.
Des pionniers de la défense des animaux ont lancé une modeste campagne de sensibilisation pour faire changer leurs habitudes alimentaires aux Vietnamiens. Sans grand succès pour l'heure.

PMAF DONNER SANS RISQUER DE SE TROMPER

QUELLES SONT LES ASSOCIATION DE PROTECTION ANIMALE QUI MÉRITENT VRAIMENT CETTE APPELLATION ET NOS DONS?????

 IL FAUDRAIT TOUTES LES SCANNER... CE QUI N' EST PAS IMPOSSIBLE GRÂCE A CE LIEN ET LES FILS ANNEXES

 IL EN EST UNE QUI A RETENU MON ATTENTION
PMAF ELLE A TOUT BON!!!!!
J' AI D' AILLEURS APPELÉ PERSONNELLEMENT POUR ÉCLAIRCIR QUELQUES POINTS SUR LES ÉLEVAGES LAITIERS.. ET LES RÉPONSES ÉTAIENT SATISFAISANTES.

BRAVO
 ICI PLUS D' INFOS 
 

LE CRI DU COCHON, LA MORT DES LAPINS

Il m' est de plus en pus difficile de jouer le comédie avec les personnes de mon entourage. Les vieux amis surtout ceux pour lesquels j' éprouve une certaine affection.
 Il m' est difficile de leur expliquer a quel point je ne supporte plus du tout leur manque de discernement et leur illogisme car ce sont pour la plupart des personnes qui n' aiment pas notre société actuelle, condamnent le "business as usual"a tout cout et en dépit de tout..... mais qui ne veulent pas changer leur manière de s' alimenter pour épargner les animaux.

 Au final ces personnes ne se préoccupent des conditions d' élevage que lorsque je leur démontre que la viande qu' ils ingurgitent pourrait dégrader leur santé. Seuls les arguments liés a l' usage des antibiotiques et aux maladies qu' ils pourraient développer les impressionnent, pas la vue de la souffrance des truies dans les cages de gestation, ou les oies tentant de respirer entre deux gavages.... ni les veaux sacrifies pour les laitages.. Et vraiment choquant.... elles continuent a n'éprouver aucune empathie envers les bêtes. Je pense que ces personnes sont dépourvues d' imagination et fondamentalement égocentriques.. Je ne comprends pas car dans mon groupe de passionnes des betes nous éprouvons le même sentiment de gâchis et nous sommes arrives seuls aux mêmes conclusions.

Toute création doit être respectée. tout être vivant doit pouvoir être heureux et libre.
 d' autant  plus qu' ils n' ont pas demandé a naitre!!!

 Manger de la chair animale est anormal, sacrifier ces bêtes et surtout leur infliger de vivres leur courte vie dans de telles conditions est inacceptable surtout quand il est si facile de manger mieux sans viande animale, plus sain et plus diversifié..... La plupart de ces criminels (oui, c' est ainsi que je les nomme en moi même...) viennent d' un milieu rural, grands parents ou ancêtres de provenance paysanne, habitués a voir tuer le cochon sans en entendre le cri.

Car en définitive tout se résume a cela.... aimer les animaux et tout devient facile et logique!!!

 Je vais encore tenter quelques mois de convaincre mais je crains de ne pouvoir continuer a fréquenter mes anciens amis....

 ma tentative du jour.. cette vidéo des conditions de vie des lapins d' élevage. Un lapin c' est presque un chat non??

SUITE DU SCANDALE VIANDE CHINOISE

SOURCE LE MONDE ET SUITE


 La police de Shanghaï a annoncé, mercredi 23 juillet, le placement en détention de cinq employés de la société agroalimentaire Husi, l'une des filiales chinoises du groupe américain OSI, dans un scandale ternissant la réputation des plus célèbres chaînes de fast-food sur les marchés chinois et japonais, McDonald's, KFC, Burger King et Starbucks.

27 JUILLET 2014

Son directeur général et son responsable de la qualité font partie des personnes interrogées, après qu'une chaîne de télévision locale, Dragon TV, a diffusé, dimanche, une enquête clandestine au sein d'une usine shanghaïenne de Husi.
BOEUF PÉRIMÉ DE PLUS DE 6 MOIS
La Chine est coutumière des scandales alimentaires – huile récupérée après cuisson, lait à la mélamine, etc. –, mais ceux-ci mettent généralement en cause les gargotes peu onéreuses et l'industrie locale. Le reportage révèle, lui, des pratiques illégales chez les fournisseurs des enseignes les plus connues, en suivant une équipe réalisant une inspection surprise pour le compte de McDonald's.
L'usine aurait été prévenue de l'inspection une journée à l'avance, selon les journalistes, qui filment des employés ramassant des morceaux de viande tombés au sol et les remettant sur la chaîne de production. On n'hésite pas non plus à utiliser du poulet dont l'emballage montre qu'il est périmé depuis deux semaines, et du boeuf dont la date limite de consommation est dépassée depuis six mois.
Selon l'agence de presse officielle, Chine Nouvelle, les enquêteurs ont, depuis, établi que de la viande périmée a bien été utilisée, dans plus de 5 108 caisses de produits finis, sur la période s'étalant du 18 au 30 juin, notamment dans des nuggets de poulet et des steaks.
Vidéo suggérée sur le même sujet
  • Scandale alimentaire en Chine : cinq personnes arrêtées à Shanghaï
    La police de Shanghaï a arrêté cinq personnes dans le cadre d'une enquête sur un fournisseur chinois accusé d'avoir vendu à ses clients de la viande avariée à ses clients parmi lesquels McDonald's et Yum Brads, la maison-mère de KFC et Pizza Hut. Ces marques ont dû retirer des produits de la vente après la diffusion d'un reportage télévisé dans lequel on voit des employés de leur fournisseur Shanghaï Husi Food ramasser de la viande à même le sol et mélanger ensuite des produits avariés avec des produits frais. L'agence chinoise de contrôle de la qualité a placé sous scellés plus de 1.000 tonnes de viande.
    0:35
« CHOQUÉ »
La liste des clients de cette usine était longue : outre McDonald's, dont le patron, Don Thompson a déclaré avoir « un peu le sentiment d'avoir été dupé », Starbucks ou Burger King, le groupe Yum, propriétaire de KFC et Pizza Hut, est également exposé et a annoncé, mercredi, la rupture de ses relations commerciales avec toutes les branches chinoises de l'Américain OSI.
« Je suis vraiment choqué, cela fait des années que nous découvrons d'innombrables scandales au sein des entreprises chinoises mais s'agissant de groupes étrangers, d'une telle renommée, c'est une immense déception », dit Wu Heng, auteur d'un blog et d'un livre sur les scandales agroalimentaires en République populaire.
L'affaire fait également réagir les autorités japonaises, alors que 6 000 tonnes de produits de cette filiale d'OSI ont été importées par les groupes nippons entre juillet 2013 et juillet 2014. Le 23 juillet, le ministère de la santé a demandé à l'ambassade de Chine de vérifier si des produits périmés avaient été importés au Japon. « Nous allons renforcer les inspections pour que les produits à risque n'atteignent pas notre pays », a déclaré le même jour le porte-parole du gouvernement Yoshihide Suga. Le gouvernement a ordonné l'arrêt des importations de Shanghai Husi Food, même si aucun problème sanitaire n'a pour l'instant été signalé.

SCANDALE DE LA VIANDE CHINOISE




Photo : [INFOGRAPHIE] Le scandale de la viande chinoise chez les géants de la restauration rapide #AFP

dimanche 27 juillet 2014

NON LIEU POUR LA VACHE FOLLE


QUI SE SOUVIENT????
BOF.. QUE DES ANIMAUX AUCUNE IMPORTANCE DIRONT LA PLUPART DES GENS..
 

Il n’y aura pas de procès. Dix-sept ans après l’ouverture du dossier de la vache folle, les deux juges chargés de son instruction ont décidé de délivrer un non-lieu général dans cette affaire, a annoncé vendredi 25 juillet à l’agence de presse Reuters une source judiciaire, confirmant une information d’Europe 1.
Lire : Non-lieu requis dans l’enquête sur l’affaire de la vache folle
L’information judiciaire avait été lancée en 1997 après une série de plaintes, dont la première avait été déposée en juin 1996 par l’Union française des consommateurs (UFC) pour tromperie sur la qualité substantielle d’un produit et falsification. Des syndicats agricoles s’étaient également portés partie civile.
VINGT-SEPT MORTS EN FRANCE
L’enquête portait sur l’importation de bovins et de farines animales britanniques depuis 1989 et leurs conséquences sur la propagation de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB, maladie de la vache folle) en France. Quatre personnes, des responsables d’usine de fabrication d’aliments pour bétail, avaient été mises en examen dans ce dossier, certaines pour tromperie ou falsification. Une des quatre est morte depuis.

samedi 26 juillet 2014

POULETS CONTAMINES EN ANGLETERRE.....SUITE

SOURCE ET SUITE
 VOICI L' ARTICLE EN FRANCAIS 

Deux tiers des poulets vendus au Royaume-Uni sont contaminés par le Campylobacter, une bactérie qui peut provoquer des intoxications alimentaires potentiellement mortelles, selon une enquête du Guardian.

Des images filmées en caméra cachée et des informations de lanceurs d’alerte montrent comment les critères d’hygiène destinés à éviter la prolifération de la bactérie sont mal respectés. Les documents montrent notamment que "les intestins, les abats et les plumes – où cette bactérie prolifère – s’entassent sur le sol des usines suite à des pannes répétées des drains de vidange", et que des poulets "tombés par terre sont ramassés et remis dans les chaînes de traitement". Suite aux révélations du journal, trois chaînes de magasins – Tesco, Marks & Spencer et Sainsbury’s – ont annoncé leur intention de mener des contrôles supplémentaires.

Bien que la bactérie soit complètement éradiquée lors de la cuisson de la viande contaminée, elle rend malade 280 000 personnes par an au Royaume-Uni, 80 % de ces contaminations étant causées par la consommation de viande de poulet, explique The Guardian. Environ 100 personnes meurent chaque année des suites de la maladie dans le pays. Le ministre de la Santé, Jeremy Hunt, a demandé à l’Agence nationale de sécurité alimentaire, le FSA, de mener une enquête plus approfondie au sein des usines de traitement.

Acide lactique et congélation

Selon un professeur cité par The Guardian, "le Campylobacter est très difficile à maîtriser, et on constate que [la contamination de la bactérie] au Royaume-Uni est la même que partout dans le monde". Seuls des produits chimiques ou la congélation pourrait stopper la contamination, selon l’expert.

The Guardian note qu’aux Etats-Unis les carcasses de poulets sont traitées avec un spray d’acide lactique. "Ce type de traitement chimique rencontrerait une forte résistance de la part des consommateurs britanniques, même si les études scientifiques montrent qu’il s’agit d’un procédé sûr", selon le journal. Il précise que ni l’utilisation d’acide lactique ni les sprays antimicrobiens ne sont autorisés au sein de l’Union européenne.

vendredi 25 juillet 2014

OPERATION GRINDSTOP....

ELLE EN AVAIT ASSEZ SANS DOUTE.... DE PERDRE SES VEAUX.

UN EMPLOYE D'UNE FERME TUE ALORS QU' IL TENTAIT DE  SEPARER UN VEAU ET SA MERE
LA VACHE L' A ATTAQUE PUIS PIETINE


SOURCE ET SUITE


In an bizarre story out of Cherryville, Castanet news has learned that a man lost his life after being struck by a cow.
According to the Lumby RCMP and the BC Coroner the man was working on a cattle farm on Campbell Road in Cherryville corralling the herd, when a mother cow turned on him and struck him from behind.
The man was able to get up and climb over the fence and walk a few metres before he collapsed and died on the scene from internal injuries.
BC Coroner Barb McLintock says 49-year-old Allen Donald Powder, a First Nation man from Yellowknife, was in Cherryville for the summer working on the ranch, something he would do every year.
McClintock explains that on July 1 Powder, working with another farm hand and the ranch owner, was working on the field moving the herd when the tragic event occurred.
“They were in the process of separating mother cows and heifers, or younger cows, which can always be tricky. One of the older mother cows became aggressive and assertive towards the humans and she did not want to get separated,” explains McClintock.
She says the three men were able to chase her away and redirect her and then the cow turned on them.
“She charged at them and struck and ran over Mr. Powder.”
McClintock says the Coroner was able to confirm that he died from blunt force injuries to his abdomen from being struck by the cow.
This particular herd of cows was a 'horned breed' of cow and thus Powder was struck by her incredibly hard, but blunted horns, which contributed to his death. As the horns were shaved down and blunted, he was not pierced or gored.
Lumby RCMP were called to the scene that day and Cpl. Proce says it was a very bizarre and terrible accident.
He explains that unlike the cows you may be thinking of, these cows were apparently quite wild and had not had a lot of human interaction, spending the majority of their lives on the range.
“I think they had been on the range for several years, more or less fending for themselves, so they were a little cantankerous I suppose,” says Proce. “I don't think they were used to people to the degree that most cows and livestock are, and for some reason this one particular cow turned on this man with such degree that is cost him his life.”

LES CHIENS QUI NE SE CONSOLENT PAS DE LA MORT DE CEUX QU' ILS AIMAIENT....



SOURCE SUITE AVEC VIDEOS
 CREDIT PHOTO



Never let anyone tell you dogs don’t feel loss when their human companions die. Dogs are complex, devoted animals. They have a keen sense of loyalty. For some dogs, the death of a human friend is devastating and life changing.
These are the stories of four dogs who mourned the loss of their human friends in moving and extraordinary ways.
Little Man: The Dog Who Wouldnt Leave
Ronnie Ward spent a lot of time with his beloved bull terrier, Little Man. It’s no wonder, then, that Little Man refused to leave his side when Ward collapsed and died on July 11, 2014, while walking by the river near Oklahoma City.
Police reported that Little Man stood watch over his deceased friend in blistering near-100 degree heat, never leaving Ward’s side even to drink from the nearby river until Ward’s body could be removed from the scene. Authorities struggled to pull Little Man away from the body, but he fought them every step of the way. Early reports indicated Ward was a homeless man, but that was later determined to be inaccurate.
Dogs Who Mourn: Meet 4 Who Openly Grieved the Loss of Their Humans

CONTAMINATION DES POULETS EN ANGLETERRE AVEC DIVERSES BACTERIES

 Poultry offal piles up during a pump system failure at the 2 Sisters factory in Anglesey.



source suite avec videos
 CREDIT PHOTO

 TROIS SUPERMERCHES ONT LANE UNE ENQUETE  DANS LES ELEVAGES  QUI LEUR FOURNISSENT  LES PULETS ONT REVELE UNE PRESENCE DE CAMPYLOBACTER
  UNE BACTERIE MORTELLE!!!!
280 000 PERSONNES CONTAMINEES DONT  10O POURRAIENT MOURIR  CHAQUE ANNEE

 PAS MAL TOUT DE MEME
 DE QUOI FAIRE REFLECHIR A MON AVIS NON???


Three of the UK’s leading supermarkets have launched emergency investigations into their chicken supplies after a Guardian investigation uncovered a catalogue of alleged hygiene failings in the poultry industry.
Undercover footage, photographic evidence and information from whistleblowers has revealed how strict industry hygiene standards to prevent the contamination of chicken with the potentially deadly campylobacter bug can be flouted on the factory floor and on farms.
Specific incidents identified in the last month include a factory floor flooded with chickens guts in which the bacteria can flourish, carcasses coming into contact with workers’ boots then returned to the production line and other poor practices involving points in the production chain that increase the risk of its spread.
Advertisement
The evidence prompted Tesco, Sainsbury’s and Marks & Spencer to launch emergency investigations into their chicken sources over the last week.
The concern centres on the bacteria campylobacter, which at the last count was present in two-thirds of British fresh chicken sold in the UK. Although the bug is killed by thorough cooking, around 280,000 people in the UK are currently made ill each year by it and 100 people are thought to die. Contamination rates are known to have increased in the past decade.
The Food Standards Agency (FSA), however, decided on Wednesday to shelve a promise to name and shame supermarkets and processors for their campylobacter rates. The climbdown comes after “push-back” from industry and interventions from government departments.
One source said they had been told Number 10 had raised concerns about the communication of the results, fearing that they could provoke a food scare similar to that triggered when the former Conservative minister Edwina Currie warned that most of British eggs were contaminated with salmonella in 1988.
The Guardian’s five-month investigation uncovered a series of alleged hygiene failings in the chicken industry.
The allegations have been made against two of the largest UK poultry processors, 2 Sisters Food Group and Faccenda. They relate to two factories owned by 2 Sisters that supply fresh chicken and chicken for ready meals to Tesco, Asda, Sainsbury’s, Aldi, M&S, KFC and to farms and an abattoir owned by Faccenda, which supplies Asda and Nando’s.

jeudi 24 juillet 2014

A LIRE!!!! LES EXTREMES DE LA SPA

"GESTION BESTIALE A LA SPA!" 

 

 SOURCE ET SUITE 

"Les chiens aboient, les salaires augmentent .Les dirigeants de l’association remuent la queue.

Article du canard enchaîné du 21/05/2014
Article de Christophe Nobili dans Le canard enchaîné du mercredi 21 mai 2014
Deux rapports pétaradants de la Cour des comptes, quatre ans de mise sous tutelle judiciaire (2009-2013) et un article du « canard » (11/12/13) ont mis en lumière les talents de la Société Protectrice des Animaux, qui géraient comme des bêtes. Honoraires délirants de l’administratrice provisoire (1.26 million), salaires mirobolants et cabinets-conseils surpayés…Après ces sévères révélations, à la veille des adoptions de Noël, la SPA avait tenu à mettre les poils sur les « i » : la nouvelle présidente, Natacha Harry, une vedette de « télématin » (France 2) arrivée l’été dernier, allait remettre de l’ordre dans tout cela. Promis-juré sur la tête des toutous !
Camion Corbillard
Depuis, ça change, en effet. Le salaire du directeur général de la SPA, par exemple, n’est plus le même. Il a augmenté. Evincé après l’article du palmipède. Luc Cazenave, qui émargeait à 6338 euros mensuels, vient d’être remplacé par Jean Benoit Sangnier. Cet ancien cadre du groupe Bolloré s’embourbe, chez nos amis les bêtes, 7000 euros. Auxquels s’ajoute une nouvelle prime « sur objectifs ». Faire adopter un max de clebs, sans doute…
Autre bouleversement : pour redorer son blason, la SPA s’offre désormais les conseils en communication de crise d’une des boites les plus en vue de la place de Paris, la société Image7, d’Anne Méaux. L’association reconnue d’utilité publique, qui a pourtant des comptes à rendre à deux ministres (Intérieur et Agriculture) allonge 8400 euros par mois pour cette prestation. La même SPA paie aussi 3600 euros mensuels une boite de coaching et de communication (N Consulting) pour sa présidente, encore 4000 euros pour les talents d’un troisième cabinet, spécialisé en relations presse (C’est dit, c’est écrit).
Elle va en avoir besoin : le 23 avril, l’association a rapatrié à Paris 38 chiens d’un refuge surpeuplé de Tarbes. L’opération sauvetage a été couronnée de succès : entassés dans des cages, elles-mêmes empilées les une sur les autres, dans un camion de déménagement loué à Europcar, 24 d’entre eux sont morts asphyxiés en route. Des trèmolos dans le stylo, le nouveau directeur a annoncé qu’il comptait « investir très vite dans de nouveaux véhicules, plus grands »
Mais pas trop chers, quand même ?"

les pages du JPA sur l'économie de la protection animale :

BAISSE DE LA VENTE DE FOIE GRAS EN 2013



gavage dans un élevage français


SOURCE L214  AVEC LA SUITE DU TEXTE

Pour Brigitte Gothière, porte-parole de L214, « l'industrie du foie gras peine à entretenir ses mythes. Les apparences ne suffisent plus. La transparence et l'acceptabilité des méthodes de production font partie des critères de choix d'un nombre croissant de consommateurs, ce qui met foie gras hors-jeu. »
En novembre dernier, L214 avait révélé une enquête tournée dans des salles de gavage sous contrat avec la société Ernest Soulard. Des canards immobilisés nuit et jour dans des cages individuelles métalliques y étaient gavés à la chaîne et à la pompe hydraulique. Les images montraient des animaux blessés, peinant à respirer, souffrant d'infections, agonisant ou morts dans leur cage.
Cette enquête avait convaincu le chef Joël Robuchon de suspendre ses relations commerciales avec la société, et avait contraint la porte-parole du Cifog à déclarer « On est peut-être allé trop loin ». Le chef britannique Gordon Ramsay avait pris la même décision tandis qu'au Danemark le médiatique chef Thomas Rode avait décidé de rayer définitivement le foie gras de sa carte.

Le foie gras contesté au parlement européen

L'image du foie gras s'érode aussi dans la sphère politique : début juillet, un cadeau contenant du foie gras offert aux eurodéputés par des représentants de la ville de Strasbourg a suscité une désapprobation au sein de plusieurs groupes politiques. Quatorze élus du groupe Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique ont renvoyé le cadeau au nom du bien-être animal, tandis que la député écologiste Heidi Hautala s'est filmée rapportant les terrines au foie gras à leur expéditeur pour le groupe Verts/ALE. Dans un billet publié sur son site, elle déclare que les Verts sont « définitivement contre la cruauté de la production de foie gras ».



 

BIG MAC DE McDONALDS

mercredi 23 juillet 2014

COMME J' AIMERAIS QUE CES ANIMAUX SOIENT LES MIENS....



 SOURCE ET SUITE


 77 ANS DE PRISON!!!!!!!!!!!!!!!!!!!POUR LE BRACONNIER

JOHANNESBURG (AP) — A rhino poacher in South Africa has been sentenced to 77 years in prison in one of the heaviest penalties aimed at curbing poachers who target rhinos for their horns, which fetch a high price on the illegal market in parts of Asia.

The sentencing of Mandla Chauke, a South African who was arrested in Kruger National Park in 2011, shows that South African courts are starting to realize the negative impact that poaching has not only on wildlife but also an economy heavily dependent on tourism, South Africa's national parks service said Wednesday.

"We hope that this will be a deterrent" to other poachers, parks spokesman Reynold Thakhuli said.

Earlier this month, a South African court sentenced two Mozambicans to 16 years in prison for killing a rhino and taking its horn last year in Kruger park, where many poachers cross from neighboring Mozambique. In late 2012, a South African court sentenced a Thai national to 40 years in prison for selling rhino horns.
Autrefois l'apanage des pays riches, la consommation de viande ne cesse de se démocratiser et d'augmenter dans le monde. L'élévation du niveau de vie dans les pays en voie de développement amplifie les effets déjà catastrophiques, mais peu évoqués, d'une surconsommation de viande non soutenable et inutile. En moyenne, un être humain consomme 100 g de viande par jour. Dans les pays développés, la consommation est supérieure à 200 g par jour alors que dans les pays en développement elle est de 47 g, avec de fortes disparités régionales. Alors que la consommation individuelle de viande en France a diminué depuis 1998, elle est de nouveau en hausse en 2010 avec une augmentation de 1%[1]. En moyenne, un Français mange près de 88 kg de viande par an[2] (contre 81,9 kg en moyenne dans l'Union européenne), soit plus de 240 g par jour : plus de 6 tranches de jambon ! Cela représente, pour notre pays, l'abattage de 1,1 milliard d'animaux par an (60 milliards à l'échelle mondiale[3]). Une pression sur la surface agricole disponible La production mondiale de viande a quintuplé entre 1950 et 2000. Elle était de 283,9 millions de tonnes en 2009[3] et pourrait atteindre 465 millions de tonnes en 2050 tandis que la production de lait passerait de 702,1 millions de tonnes à 1043 millions de tonnes sur la même période au regard de la croissance démographique et de l'évolution des habitudes alimentaires[4]. Or, pour nourrir le bétail, la demande en céréales augmente de manière considérable, les céréales étant de plus en plus l'aliment de base du bétail, au détriment de l'herbe des pâturages. C'est pourquoi, selon les prévisions de l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), il serait nécessaire de doubler la production agricole d'ici à 2050. En effet, pour produire un kilo de viande, il faut 7 kilos de céréales. Pour répondre à cette demande, il est possible d'augmenter la surface des terres cultivées, mais à quel prix ? Déforestation, monocultures intensives, utilisation de pesticides, d'OGM, destruction d'écosystèmes et perte de biodiversité... L'élevage extensif et le soja exporté comme aliment du bétail sont la première cause de la déforestation selon Alain Karsenty, économiste au Centre de coopération internationale pour le développement et expert auprès de la Banque mondiale. Après une enquête de 3 ans publiée en juin 2009, Greenpeace affirme que l'élevage bovin est responsable à 80% de la destruction de la forêt amazonienne[5]... L'UE, dont la superficie des forêts augmente, est le 4e importateur de bovins derrière les USA, la Russie, et le Japon. En outre, 80% des importations de bovins de l'UE viennent d'Amérique du Sud. Or, la France est le premier consommateur européen de viande bovine. Ainsi la consommation de viande en Europe et en France est une cause de la déforestation en Amérique du Sud.

Source : http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2202_surconsommation_viande.php
Autrefois l'apanage des pays riches, la consommation de viande ne cesse de se démocratiser et d'augmenter dans le monde. L'élévation du niveau de vie dans les pays en voie de développement amplifie les effets déjà catastrophiques, mais peu évoqués, d'une surconsommation de viande non soutenable et inutile. En moyenne, un être humain consomme 100 g de viande par jour. Dans les pays développés, la consommation est supérieure à 200 g par jour alors que dans les pays en développement elle est de 47 g, avec de fortes disparités régionales. Alors que la consommation individuelle de viande en France a diminué depuis 1998, elle est de nouveau en hausse en 2010 avec une augmentation de 1%[1]. En moyenne, un Français mange près de 88 kg de viande par an[2] (contre 81,9 kg en moyenne dans l'Union européenne), soit plus de 240 g par jour : plus de 6 tranches de jambon ! Cela représente, pour notre pays, l'abattage de 1,1 milliard d'animaux par an (60 milliards à l'échelle mondiale[3]). Une pression sur la surface agricole disponible La production mondiale de viande a quintuplé entre 1950 et 2000. Elle était de 283,9 millions de tonnes en 2009[3] et pourrait atteindre 465 millions de tonnes en 2050 tandis que la production de lait passerait de 702,1 millions de tonnes à 1043 millions de tonnes sur la même période au regard de la croissance démographique et de l'évolution des habitudes alimentaires[4]. Or, pour nourrir le bétail, la demande en céréales augmente de manière considérable, les céréales étant de plus en plus l'aliment de base du bétail, au détriment de l'herbe des pâturages. C'est pourquoi, selon les prévisions de l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), il serait nécessaire de doubler la production agricole d'ici à 2050. En effet, pour produire un kilo de viande, il faut 7 kilos de céréales. Pour répondre à cette demande, il est possible d'augmenter la surface des terres cultivées, mais à quel prix ? Déforestation, monocultures intensives, utilisation de pesticides, d'OGM, destruction d'écosystèmes et perte de biodiversité... L'élevage extensif et le soja exporté comme aliment du bétail sont la première cause de la déforestation selon Alain Karsenty, économiste au Centre de coopération internationale pour le développement et expert auprès de la Banque mondiale. Après une enquête de 3 ans publiée en juin 2009, Greenpeace affirme que l'élevage bovin est responsable à 80% de la destruction de la forêt amazonienne[5]... L'UE, dont la superficie des forêts augmente, est le 4e importateur de bovins derrière les USA, la Russie, et le Japon. En outre, 80% des importations de bovins de l'UE viennent d'Amérique du Sud. Or, la France est le premier consommateur européen de viande bovine. Ainsi la consommation de viande en Europe et en France est une cause de la déforestation en Amérique du Sud.

Source : http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2202_surconsommation_viande.php
Autrefois l'apanage des pays riches, la consommation de viande ne cesse de se démocratiser et d'augmenter dans le monde. L'élévation du niveau de vie dans les pays en voie de développement amplifie les effets déjà catastrophiques, mais peu évoqués, d'une surconsommation de viande non soutenable et inutile. En moyenne, un être humain consomme 100 g de viande par jour. Dans les pays développés, la consommation est supérieure à 200 g par jour alors que dans les pays en développement elle est de 47 g, avec de fortes disparités régionales. Alors que la consommation individuelle de viande en France a diminué depuis 1998, elle est de nouveau en hausse en 2010 avec une augmentation de 1%[1]. En moyenne, un Français mange près de 88 kg de viande par an[2] (contre 81,9 kg en moyenne dans l'Union européenne), soit plus de 240 g par jour : plus de 6 tranches de jambon ! Cela représente, pour notre pays, l'abattage de 1,1 milliard d'animaux par an (60 milliards à l'échelle mondiale[3]). Une pression sur la surface agricole disponible La production mondiale de viande a quintuplé entre 1950 et 2000. Elle était de 283,9 millions de tonnes en 2009[3] et pourrait atteindre 465 millions de tonnes en 2050 tandis que la production de lait passerait de 702,1 millions de tonnes à 1043 millions de tonnes sur la même période au regard de la croissance démographique et de l'évolution des habitudes alimentaires[4]. Or, pour nourrir le bétail, la demande en céréales augmente de manière considérable, les céréales étant de plus en plus l'aliment de base du bétail, au détriment de l'herbe des pâturages. C'est pourquoi, selon les prévisions de l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), il serait nécessaire de doubler la production agricole d'ici à 2050. En effet, pour produire un kilo de viande, il faut 7 kilos de céréales. Pour répondre à cette demande, il est possible d'augmenter la surface des terres cultivées, mais à quel prix ? Déforestation, monocultures intensives, utilisation de pesticides, d'OGM, destruction d'écosystèmes et perte de biodiversité... L'élevage extensif et le soja exporté comme aliment du bétail sont la première cause de la déforestation selon Alain Karsenty, économiste au Centre de coopération internationale pour le développement et expert auprès de la Banque mondiale. Après une enquête de 3 ans publiée en juin 2009, Greenpeace affirme que l'élevage bovin est responsable à 80% de la destruction de la forêt amazonienne[5]... L'UE, dont la superficie des forêts augmente, est le 4e importateur de bovins derrière les USA, la Russie, et le Japon. En outre, 80% des importations de bovins de l'UE viennent d'Amérique du Sud. Or, la France est le premier consommateur européen de viande bovine. Ainsi la consommation de viande en Europe et en France est une cause de la déforestation en Amérique du Sud.

Source : http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2202_surconsommation_viande.php

lundi 21 juillet 2014

COMPASSION IN THE WORLD FARMING

COMPASSION IN THE WORLD FARMING..... UN MOUVEMENT QU' IL FAUT SOUTENIR CAR ILS ONT DES RESULTATS POUR AMELIORER LES CONDITIONS DE DETENTION DES ANIMAUX DE FERME.
PARCE QUE L' ELEVAGE INDUSTRIEL DOIT EVOLUER VERS LA COMPASSION.

 MERCI!!!

Sea Shepherd

RAPPEL... LE LAIT EST RERSPONSABLE DE NOMBREUX CANCERS ET AUTRES PROBLEMES DE SANTE

SOURCE
CREDIT PHOTO




RAPPEL LE LAIT EST CAUSE DE CANCER CAR LES VACHES SONT  DE NOUVEAU INSEMINEES EN PERIODE DE LACTATION SANS AUCUNE PAUSE...CELA  AUGMENTE LE NIVEAU  D' HORMONES

Remember the backlash against the use of recombinant bovine growth hormone (rbGH)? Many commercial dairies now market their milk as free of this synthetic hormone, but that label may not tell you everything you need to know. Thanks to the way it is produced nowadays, milk from a commercial dairy is likely to contain much higher levels of natural sex hormones than you'd find in milk from a traditional (pre-industrial) dairy herd. And that could pose an rbGH-type problem. Some research suggests that elevated levels of these hormones may affect childhood development and raise a person's cancer risk.
"The milk we drink today is quite unlike the milk our ancestors were drinking," Harvard researcher Ganmaa Davaasambuu, an expert on milk-related illnesses, said during a 2006 talk at the Radcliffe Institute for Advanced Study. It "may not be nature's perfect food."
In America and Japan, commercial dairy cows are kept pregnant so they can be milked 10 months a year.
In the early 2000s, Davaasambuu began investigating why the rate of prostate cancer in Japan, while much lower than that of the United States, had increased 25-fold over the past 50 years. She and a colleague, the Japanese doctor Akio Sato, examined 36 years of dietary data in Japan and found that the incidence of, and mortality from, prostate cancer correlated most closely with the consumption of milk. Dairy products weren't widely available in Japan until after WWII, when it imported American cows and dairy techniques, and a new law, enacted in 1954, mandated that schoolchildren drink 200 milliliters of milk at every school lunch.
In a follow-up study, Davaasambu found that milk consumption strongly correlated with the rates of breast, ovarian, and uterine cancers in 40 countries. Part of the problem, she believed, was that milk contains high levels of sex hormones such as estrogen. It's well known that estrogens can induce prostate cancer in rats, and some epidemiological studies (but not others) have associated higher blood levels of estrogens in humans with prostate cancer risk. Estrogen imbalances have also been linked to breast cancer, and milk may be a delivery vehicle for the hormone. A 2004 study published in the International Journal of Cancer found that rats fed a diet of milk developed more and larger mammary tumors than those fed a diet of artificial (non-dairy) milk.
If milk does increase our risk of developing certain cancers, Davaasambuu wondered, then why aren't those cancers more common in traditional cow herding societies? Searching for answers, Sato, her Japanes colleague, took his team to Mongolia, where breast and prostate cancer rates are low. They discovered that whole milk from Japanese Holsteins contains far more estrogen and progesterone (67 percent and 650 percent, respectively) than whole milk from Mongolian cows. If Davaasambuu's theory is correct, the difference in hormone levels could help explain the difference in cancer rates between the two populations.
In one study, the researchers concluded that children's sexual maturation could be affected "by ordinary intake of cow milk."
The reason that milk produced in America and Japan has more sex hormones than Mongolian milk is simple. The free-range cows kept by Mongolian nomads get pregnant naturally and are milked for five or six months after they give birth. In Japan and the United States, the typical dairy cow is milked for 10 months a year, which is only possible because she is impregnated by artificial insemination while still secreting milk from her previous pregnancy. Milk from pregnant cows contains far higher hormone levels than milk from nonpregnant ones—five times the estrogen during the first two months of pregnancy, according to one study, and a whopping 33 times as much estrogen as the cow gets closer to term.
As it turns out, the difference in hormone levels between Mongolian and American milk may indeed be significant enough to affect cancer rates. For example, a 2007 study published in the journal Food and Chemical Toxicology found that rats fed commercial milk developed mammary tumors more often than those fed traditional milk. Other studies suggest a possible link between milk hormones and ovarian and uterine cancers: Davasaambuu found that rats fed on commercial milk had uteruses that were significantly heavier than those of rats on a dairy-free diet. A similar study published in 2010 in the journal Environmental Health and Preventative Medicine showed that a diet of traditional milk also affected rat uteruses, but not as much as a diet of commercial milk, which resulted in uteruses about 25 percent heavier on average.
At a 2006 symposium on milk, hormones, and human health in Boston, Davasaambuu and Sato went so far as to suggest that dairy companies add a new category of premium milk to their offerings: Milk produced exclusively from non-pregnant cows.

RETRAITE POUR LES VACHES..ET SAUVETAGE DES VEAUX MALES.. C' EST EN ANGLETERRE



SOURCE

 MOI JE DIS BRAVO D' ESSAYER DE TROUVER DES SOLUTIONS POUR RESPECTER CES VACHES QUI ONT ETE EXPLOITEES DEJA 4 OU 5 ANS, ET LEUR OFFRIR UNE RETRAITE, OU ELLES NE SERONT PLUS INSEMINEES, ET DE CE FAIT N' AURONT PLUS A SUBIR LA SEPARATION DE LEUR VEAU.. ET NE SERONT PAS ENVOYEES A L' ABATTOIR!!!!!
LES VEAUX  LES MALES  MOYENNANT UNE PETITE MAJORATION DU   PRIX DU LAIT SERONT EGALEMENT EPARGNES....
 LES ACHETEURS DE CE LAIT SANS CRUAUTE PAYERONT JUSTE UN PEU PLUS CHER..
 MOI JE DIS SUPER!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


If you don't eat beef because you feel sorry for those cows in Chick-fil-A ads, then you probably shouldn't drink milk either. The typical male calf born to a dairy cow becomes veal. The typical female is milked for five years—a quarter of her natural lifetime—then sent to the abattoir to become pet food or low-grade hamburger meat. Elsie the Cow, Borden Dairy Company's famous cartoon logo, is smiling only because she doesn't realize that she's about to get euthanized with a cattle gun.
Yet if you're an ethical vegetarian who still can't bear to give up milk, you now have another option: slaughter-free dairy, which comes from farms where cows never get killed.



Since 2011, the UK-based Ahimsa Dairy has offered slaughter free-milk and cheese to customers in London. In February, Pennsylvania's Gita Nagari Creamery, which has supplied no-kill milk to the local Hare Krishna community for many years, began offering it to the public through subscription and mail order—for a whopping $10 a gallon.

The price includes a $2.50 cow retirement fee and $1.50 for "boy calf care." Less than half of its 60-head herd gets milked; the rest of the animals pull plows or spend their golden years lackadaisically chomping grass.
"For us, the cows or oxen or bulls are seen as extended family members," says Pari Jata, the co-president of Gita Nagari Creamery. "It's very important for us to protect them in their retirement. We take care of them just as one would take care of elderly parents in their old age."


The slaughter-free milk movement takes its cues from India, where many vegetarian Hindus drink milk but consider cows sacred animals that should never be consumed for meat. Yet increasing numbers of Gita Nagari and Ahimsa customers are Westerners who eschew meat for ethical reasons. Both dairies have considered selling their milk in stores; Ahimsa is in talks with a major retailer.
If all dairies became slaughter-free, they'd add yearly greenhouse gas emissions equivalent to four large coal-fired power plants.
 
 
As vegetarianism gains popularity, slaughter-free milk could become a bona fide food trend—but there's a catch: It might take a toll on the environment. Cows are already the nation's single largest source of methane, a greenhouse gas produced by oil extraction, decomposing trash, and the guts of grazing animals that's as much as 105 times more potent than carbon dioxide. A single cow farts and belches enough methane to match the carbon equivalent of the average car. According to a 2006 United Nations Food and Agriculture Organization report, the world's 1.4 billion cows produce 18 percent of the world's greenhouse gases—more than the entire transportation sector. Since the turn of the 19th century, global methane emissions have increased by more than 150 percent, and cows are largely to blame.
If all dairies became slaughter-free, we'd need three to four times as many dairy cows to produce the same amount of milk, which would mean adding at least 27 million additional cows to our herds. Those added cows would each year produce greenhouse gas emissions equivalent to four large coal-fired power plants. We'd also need more meat cows to keep up with the demand for products such as veal and dog food. Pasturing all of these cows would displace wildlife or agricultural crops, straining biodiversity and increasing food prices.
Jata knows there's a potential for the slaughter-free milk trend to go bad—just like the craze for tofu and soymilk caused soybean plantations to decimate South America's rainforests. "Where does it end?" she asks. "For us, as a community, we bring it all back to local food sources and local practices that are self-contained but shared, so it doesn't create this mass corporation-style approach to everything."    
  
Small, humane dairies can certainly find other ways to mitigate their environmental impacts. The Gita Nagari and Ahimsa dairies employ cow manure to fertilize their organic vegetables and bull power to plow their fields, avoiding carbon-intensive tractors and chemical fertilizers. And the Gita Nagari dairy uses an anaerobic digester to convert manure into a gas that residents of the dairy use for cooking—but this sort of thing would be hard to implement on a larger scale.
For Nicola Pazdzierska, the co-director of the Ahimsa Dairy Foundation, the price and environmental impact of slaughter-free milk underscores the need to rethink our relationship with dairy products. "We're not saying more cows," she told me. "We're saying possibly even fewer cows, but kept in better circumstances." She went on: "We think milk is a precious foodstuff. If you pay more for it, you value it more. You use it more thoughtfully. It should be treated with respect."

dimanche 20 juillet 2014

BELLE HISTOIRE DE COMPASSION D' UNE CHIENNE INTELLIGENTE

Cette chienne a decidé de nourir ceux qui ont faim..
elle part chaque nuit pour trouver et rapporter de la nourritureses petits, mais ensuite a tous les autres résidents

vendredi 18 juillet 2014

LA BELLE HISTOIRE DE BELLA



DRÔLE DE VIE POUR BELLA


 ACCIDENTÉE CETTE VACHE LAITIERE S' ÉCHAPPE DU CAMION DEVANT LA CONDUIRE A L' ABATTOIR.

ELLE ERRE DANS LES BOIS ET EST FINALEMENT RATTRAPÉE, MAIS LES ACTIVISTES S' ÉTONNENT DE SON COMPORTEMENT AGRESSIF..
QQ HEURES PLUS TARD,  ILS COMPRENNENT QU' ELLE ATTEND UN VEAU, ET QU' INQUIÈTE DES SUPPRESSIONS DE SES BB DANS LE PASSE N' ACCORDE PLUS SA CONFIANCE AUX HUMAINS..


 CETTE FOIS ELLE GARDERA SON PETIT !!!! MERCI A CE REFUGE!!!

INSPIRING COMPASSION MERCY FOR ANIMALS.

L' AGRO BUSINESS SORDIDE LUTTE CONTRE LES RAPPORTS DE VERITE (CAMERAS CACHEES) MONTRANT LA CRUAUTE ENVERS LES ANIMAUX... NOUS AUSSI SOMMES RESPONSABLES DE CES CRIMES EN CONTINUANT A NOUS ALIMENTER DE PRODUITS CARNES ET DE SES DERIVES REVEILONS NOUS, ET AGISSONS!!!! STOP A LA VIANDE, STOP AUX LAITAGES!!!!

CONTRE LA CORRIDA A SOUSTONS

REGARDEZ LES CES AFICIONADOS.. UNE BELLE BROCHETTE DE RACLURES AVEC L' APPRÉCIATION ET LE SUPPORT DE LA POLICE. UN BEL ÉCHANTILLON DE NOTRE POPULATION FRANÇAISE NON ÉDUQUÉE SANS CULTURE, SANS ÉTHIQUE, ASSOIFFÉE DE SANG, SANS PROJET AUTRE QUE LA VIOLENCE...ET LE CRIME.. AUCUNE ÉVOLUTION POSSIBLE, MÊME LES FEMMES DE LA POLICE SONT DES HARPIES

BONNE IDEE

mercredi 16 juillet 2014

D' ACORD PAS D' ACCORD????? ENQUETE ELEVAGE DE LAPINS

ILS OSENT DECIDER QUE L' ELEVAGE EST AUX NORMES.... VRAIMENT, IL EST URGENT DE LAISSER CES EXPERTS SEJOURNER DANS CES CAGES ET DANS LES MEMES CONDITIONS... CANIBALISME INCLUS....

BRAVO POUR LES BEAGLES SAUVES

BEAGLES FREEDM PROJECT EST ALLE SAUVER DES BEAGLES A LA FRONTIERE DU TEXAS CES CHIENS SONT SI DOUX QU' ILS SONT LES SUJETS DE 98 % DES TESTS SUR ANIMAUX TESTES SUR N' IMPORTE QUOI, C' EST INCROYABLE.. LES DENTIFRICES, LES PRODUITS D' ENTRETIEN, LES TABACS, ET BIEN SUR LES MEDICAMENTS LONGUE LISTE D' ATTENTE POUR ADOPTER DES BEAGLES DISENT ELLES.. ALORS??? FREMER PLUS DE LABORATOIRES ET LES SAUVER TOUS!!!

TRISTESSE DE L' EXPORT VERS PAYS ARABES

DE LA CRUAUTE ENCORE ET ENCORE.. ASSEZ DE CES EXPORTS D' ANIMAUX VERS DES PAYS PARTICULIEREMENT CRUELS

mardi 15 juillet 2014

ACTION: CAGES DE GESTATION POUR TRUIES HONTE A LA FRANCE!!




 PAS SURPRISE LA LUTTE POUR LE BIEN ETRE DES ANIMAUX EN FRANCE EST DIFFICILE


 L' EMPATHIE?? PFFFF


 ILS ONT EU 10 ANS POUR SATISFAIRE CETTE REQUETE.. MAIS LES ELEVEURS FRANCAIS SONT UNE HONTE!!!

 
 SOURCE AVEC PETITION A SIGNER

 MERCI DE PARTAGER





Nous le demandions depuis des mois. La Commission Européenne a enfin publié de nouvelles informations sur le non respect de l'interdiction partielle des cases de gestation pour les truies. Cette annonce révèle un chiffre choquant : 6 pays de l'UE, dont la France, poursuivent ces pratiques illégales et cruelles.
Ce chiffre est tout à fait inacceptable. Comme vous le verrez dans notre carte ci-dessous, la Commission a confirmé que la France, la Belgique, Chypre, la Finlande, la Grèce et la Slovénie maintiennent tous illégalement des truies dans les cases de gestation.

Étant donné que les États membres ont eu plus de dix ans pour se préparer à l'interdiction, l'utilisation illégale des cages de gestation est une honte.
Mais vous pouvez dès maintenant aider les truies :

dimanche 13 juillet 2014

LE CHALLENGE DE OPRAH WINFREY ESSAYER LE VEGANISME PENDANT 21 JOURS

BRAVO OPRAH, C' EST UNE EXCELLENTE IDEE.. ET JE SUIS CERTAINE QUE DE NOMBREUX CONSOMMATEURS ONT ETE CONVAINCUS... LES DERNIERS JOURS DES BOEUF DANS LE PARC DE GAVAGE ENSUITE LE COULOIR DE LA MORT PUIS LE TIR DE LA BALLE DANS LE CRANE...(SOIS DISANT SANS DOULEUR?? MAIS SANS DOUTE MIEUX TT DE MEME QUEL' ABATTAGE RITUEL!!!!!) .PUIS L'ABATTAGE LE DEPECAGE... ET LES TETES COUPEES.....LES ESTOMACS QUI DEVERSENT LEUR CONTENU, LA VIANDE RESULTAT FINAL DANS TOUTE SON HORREUR

IL N' Y A PAS D' ELEVAGE DECENT

MEME LES PETITS ELEVAGES NE SAVENT PAS ALLOUER DE L' ESPACE AUX PORCS QU' ILS ELEVENT. REGARDEZ AUSSI MEME DANS CES PETITS ELEVAGES LA QUANTITE DE MEDICAMENTS QU' ILS DONNENT AUX COCHONS...

STOP LIVE EXPORT MANIFESTATION A LONDRES JUILLET 2014

UN COCHON RESCAPE DE L' ELEVAGE INDUSTRIEL DECOUVRE LA PAILLE

samedi 12 juillet 2014

ACTION:PETITIONS CONTRE LA CONSTRUCTION D' UN ELEVAGE DES BEAGLES DESTINES AUX LABORATOIRES EN UK


 TRES IMPORTANT!!
MERCI DE SIGNER CES 5 PETITIONS 


TONY ZADEL A FAIT CETTE PAGE POUR CE COMBAT CONTRE  CE PROJET QUI VERRAIT SOUFFRIR ET SE REPRODUIRE DES CENTAINES OU DES MILLIERS DE BEAGLES, CES CHIENS SI DOUX , VICTIMES INNOCENTES TORTUREES PAR LES LABORATOIRES POUR DES VIVISECTIONS SOUVENT INUTILES ET SCANDALEUSES

 TOUT LE DOSSIER EST A CONSULTER
TOUTES LES PETITIONS SONT SURLIGNEES EN ROSE....
 MERCI DE PARTAGER 


LEASE SIGN & SHARE WIDELY - URGENTLY THESE ➨3 PETITIONS
PET.1 http://bit.ly/yorkshirebeagles
►PET.2 http://chn.ge/1rH4ZWE
►PET.3 http://bit.ly/1mm7mLq



✦ABOUT THE PETITION:
Bantin & Kingman Universal Ltd (under the name Yorkshire Evergreen)is again attempting to overturn a decision of the East Riding of Yorkshire Council made in November 2013!watch here:http://huff.to/1l6JG7I
◕B & K has submitted a new planning application for Grimston beagles site facility preventing it constructing facilities to breed beagle puppies,destined for a life of misery and suffering and ending dead in laboratories.
◕The BUAV (British Union for the Abolition of Vivisection) is again campaigning against it! your help is needed to achieve again a victory!please sign these 2 petitions!
✦FIND MORE INFOS HERE:
http://www.hulldailymail.co.uk/B-K-Universal-new-planning-application-Grimston/story-20298222-detail/story.html

http://www.ourbestfriends.org/n/buav-urges-east-riding-councillors-to-uphold-their-commitment-to-prevent-do

http://www.ourbestfriends.org/n/beagle-breeding-farm-must-be-stopped

http://www.ourbestfriends.org/n/buav-calls-for-public-inquiry-of-controversial-plans-for-beagle-factory

✦✦BACKGROUND HYSTORY:
-Despite plans for a Yorkshire beagle breeding facility being rejected in 2012 by the Secretary of State for Communities and Local Government Eric Pickles MP, another application has recently been submitted to East Riding Council for the same purpose and on the same land in Grimston.

-The East Riding Council rejected the planning proposal by Yorkshire Evergreen to construct a new facility in Grimston, East Riding to breed and supply dogs and rodents to the research industry!

✦In January 2012, plans by Bantin & Kingman Universal Ltd (B&K) for a beagle breeding facility on the same site for the same purpose were rejected by the Secretary of State for Communities and Local Government Eric Pickles MP, after public outcry at the news, which saw Brian May and Ricky Gervais join the BUAV’s successful campaign.

✦Research on dogs is highly controversial, for both ethical and scientific reasons. Great suffering and cruelty is intrinsic in the breeding and use of dogs in research. This is in addition to distress caused by the confined and unnatural conditions in which the dogs spend their whole lives.

✦In 2012, 3,214 dogs suffered in 4,843 experiments in Great Britain. Most experiments carried out on dogs are for testing drugs and chemicals. They are often used as what is termed the ‘second species’ in toxicity (or poisoning) tests after experiments have already been carried out on mice or rats. The dogs may be injected with or force fed drugs and chemicals and then observed for signs of adverse (toxic) effects including vomiting, diarrhoea, internal bleeding and organ damage, seizures, paralysis - even death. They are often killed at the end of the experiment.

Beagles are largely used in toxicity (poisoning) testing both for human and veterinary drugs, as well as agrochemicals. They can be force fed chemicals and drugs in capsules or via plastic tubes inserted through their mouths, directly into their stomach or strapped into a harness for hours at a time while substances are pumped directly into their bloodstream. Animals can suffer adverse effects that result in vomiting, diarrhoea, weight loss and lethargy. Some dogs may become so ill that they either die or have to be euthanased for welfare purposes..
✦✦PLEASE SIGN & SHARE ALSO THESE VARIOUS PETITIONS AGAINST THE USE OF BEAGLES IN LABS FOR RESEARCH AND EXPERIMENTING HERE:
▬►http://on.fb.me/1sBAcuR
OR HERE:
▬►http://on.fb.me/1jL3TjN

✦✦Please spread these infos & petitions by sharing the page. ✦https://www.facebook.com/StopAnimalTestingVivisectionTz
Thank you ~Tony Zadel, Copyright-(©)