Loading...

jeudi 6 février 2014

NOMBRE D' ANIMAUX ABATTUS CHAQUE JOUR MONDE ET FRANCE LES CHIFFRES QUI TUENT

 SOURCE


L'abattage des animaux pour fournir de la viande représente plus de 1900 animaux par seconde (compteur) soit 60 milliards d'animaux tués chaque année, représentant 280 milliards de kilos (vs. 44 milliards en 1950) selon la FAO qui prévoit 110 milliards d'animaux tués chaque année en 2050.

 AUTRE  AVEC SUITE A LIRE

 AVEC LES CAUSES DE LA MALTRAITANCE DANS LES ABATTOIRS


Des salaires insuffisants, un manque de formation, une supervision inadéquate et un manque d’implication, tous ces facteurs ont été cités comme raisons pour lesquelles les animaux ne sont pas traités comme ils devraient l’être dans les abattoirs. Cependant, d’après le vétérinaire Bill Swann, ‘le plus insidieux est que dans ces systèmes à débit rapide, les employés deviennent insensibles au fait que les animaux sont des êtres sensibles. L’habitude de voir des animaux paniqués ou abattus en grand nombre peut induire des réactions déshumanisées à leur souffrance et à leur douleur, comme cela a été observé chez les personnes qui ont l’habitude de travailler avec des animaux dans des laboratoires scientifiques.’ Comme l’admet Temple Grandin, professeur de zoologie à l’Université du Colorado et spécialiste de réputation mondiale de l’abattage des animaux, ‘Quand on traite des centaines d’animaux par jour, le risque de devenir insensible n’est pas mince. Il importe que les employés soient encadrés par une personne suffisamment solide pour leur servir de conscience.’

One Voice demande à tous les consommateurs de viande de réfléchir à ce qu’impliquent pour la société leurs habitudes alimentaires, à savoir une violence exercée à chaque minute de la journée. Comme l’écrivait déjà un militant en 1897, ‘Personne ne peut manger la chair d’un animal abattu sans que soit intervenue la main d’un homme chargé d’abattre l’animal… pouvons-nous nous prétendre évolués si cette évolution passe par la brutalisation d’autres êtres, et si nous devons exiger que certains se montrent brutaux pour que nous puissions nous nourrir du résultat de leur brutalité? Nous ne pouvons pas nous dédouaner de la brutalité de cette industrie sous prétexte que nous n’y participons pas directement.

 CREDIT PHOTO
déchets de tuerie


L'élevage industriel est, lui, plus dépersonnalisé, c'est une masse d'êtres conscients entassés, de la matière première consciente, juste des protéines végétales qu'il faut transformer, en masse, en protéines animales, comme si cela concernait juste un processus chimique, non-conscient, identique au règne végétal ou à une usine chimique. On n'a probablement pas le temps d'avoir de sentiments pour cette masse d'êtres pourtant aussi conscients que nous. On doit être quand même assez mal à l'aise devant l'amoncellement de toute cette chair à souffrance vivante, tous ces yeux qui nous regardent, toutes ces consciences qui attendent d'être tuées à la chaîne. Toutes ces carcasses, tous ces os, tout ce sang. et autant d'indifférence. 

PDF

 165 MILLIONS D' ANIMAUX TUES CHAQUE JOUR DANS LE MONDE

 LES CHIFFRES POUR LA FRANCE SEULE:

 
Depuis 10 h 30 et pendant une heure, les militants font tourner un compteur un peu spécial, celui du nombre d’animaux tués en France pour l’alimentation humaine. « Cinq mille animaux sont abattus toutes les dix secondes en France, explique ainsi Johanne, de L214, et on estime à dix-sept milliards d’animaux (y compris les poissons) tués chaque année pour l’alimentation humaine. Ce matin, on veut rendre visibles ces chiffres. Personne ne souhaite que des animaux souffrent, mais en même temps, tout le monde ignore ce qui se passe réellement dans les abattoirs. Cette action permet aux gens de prendre conscience de l’ampleur du massacre. » Qui, selon L214, peut être arrêté simplement « en changeant progressivement notre alimentation, en arrêtant peu à peu de manger de la viande. On espère que les gens vont y réfléchir<UN>».
L’association souligne d’ailleurs avoir déjà réussi à modifier certaines pratiques par ses actions : « O n a fait retirer la vente d’œufs produits en batterie » d’une marque de la grande distribution. « Néanmoins, on continue d’exploiter les animaux pour l’alimentation humaine. » L214 milite pour « l’amélioration des conditions d’élevage », rappelant que « les animaux ont une sensibilité, des émotions, une intelligence, et un intérêt à vivre, qui leur confèrent des droits ».