Loading...

jeudi 19 juillet 2018

OUISTREHAM.. PAS DROLE....

À Ouistreham, où la divagation de groupes d’immigrés clandestins effraie chaque jour un peu plus la population au rythme des intimidations et des agressions, des grilles ont dû être installées à l’entrée de certaines rues, afin de libérer les riverains des nuisances causées par les clandestins (dont des squats de maisons).
Cette demi-mesure est un affront fait aux Ouistrehamais, qui doivent vivre comme en état de siège à cause du manque de courage et de fermeté des autorités politiques.
Le Parti de la France rappelle son opposition à la présence de clandestins à Ouistreham et se tient à la disposition des Ouistrehamais, pour mettre en place une politique d’inversion des flux migratoires.

 SOURCE ET SUITE

DANGERS DES MEGA FERMES... ELEVAGE INDUSTRIEL INTENSIF!!!!!!!!!!!!!!!



LES MEGAS FERMES ET LES DOMMAGES IMPORTANTS EN CALIFORNIE
 SUITE

The floor of the Central Valley is slumping, and there is arsenic in the tap water. Now it seems the two problems are connected
Isabel Solorio can see the water treatment plant from her garden across the street. Built to filter out the arsenic in drinking water, it hasn’t been active since 2007 – it shut down six months after opening when the California town of Lanare went into debt trying to keep up with maintenance costs.

ACTION PETITION, DES SOUS POUR LES REFUGES ANIMAUX, PAS POUR LES MIGRANTS...

Nous sommes mi-Juillet et les refuges sont déjà saturés par les abandons de nos compagnons à quatre pattes.
 SIGNER ICI


Les lâches partent en vacances, balancent leurs animaux de compagnie sur les routes ou ailleurs et vont tranquillement se faire bronzer au soleil, les orteils en éventail avec la petite famille !
Aucun scrupule, aucun remords. Pourquoi est-ce que ces ordures auraient des remords ?
Dans ce pays, on jette ces pauvres bêtes comme des déchets et le gouvernement ne bouge pas le  petit doigt !
On débloque des sommes colossales pour mettre les migrants à l'abri, mais les pauvres animaux peuvent crever, on peut les martyriser et leur faire subir les pires horreurs, apparemment ça ne trouble pas le sommeil de Monsieur Macron.

Les tortionnaires ne sont jamais  punis car dans ce pays super civilisé, les tribunaux ne font pas leur travail, les lois ne sont pas appliquées.

Les pétitions défilent les unes après les autres, mais la maltraitance et les abandons augmentent de façon vertigineuse.

Que faut-il faire pour que vous entendiez le désespoir des français et la souffrance de nos animaux ?

Allo ! Monsieur Macron ! Ici la terre !

Vous avez été élu Président de la République Française, vous avez promis de grands changements, est-ce qu’il vous serait possible d’inclure la condition animale dans votre programme révolutionnaire ? 

mercredi 18 juillet 2018

CAEN..CHATS MASSACRES....17 nouvelles plaintes contre le sadique AVEC 4 ASSOCIATIONS



Déjà condamné fin juin à neuf mois de prison ferme pour avoir torturé seize chats, l’ingénieur de 50 ans était à nouveau convoqué ce mercredi 18 juillet 2018 devant le tribunal de Caen à la suite de dix-sept nouvelles plaintes (dont treize particuliers). Deux ans d’emprisonnement, dont un an ferme, ont été requis. Le tribunal a suivi les réquisitions à la lettre. Revivez notre direct depuis l’audience.

 SOURCE ET SUITE
 

Les faits

Le retentissement de cette sordide affaire n’est pas sans conséquences. Comme on pouvait s’y attendre, treize nouvelles plaintes ont été déposées depuis sa condamnation le 27 juin dernier à 18 mois de prison, dont neuf mois ferme, sans mandat de dépôt.
Le premier procès avait mis à jour des pratiques sadiques à l’encontre de seize chats de la région de Caen. Cet ingénieur de 50 ans, marié et père de quatre enfants, avait pris l’habitude de chasser les chats la nuit et de les soumettre à de multiples actes de cruauté.
« J’essayais de les appâter avec de la nourriture, expliquait-il alors . Je les attrapais par le cou, les coinçais entre mes genoux. Puis je leur luxais, par torsion, deux ou quatre pattes. » Plusieurs animaux se sont retrouvés avec pattes et mâchoires fracturées, couverts de sang, les crocs arrachés. Trois avaient dû être euthanasiés.
Il y a peu, l’homme a fait appel. Mais la justice le rattrape avec dix-sept nouvelles plaintes (treize particuliers, plus quatre associations dont la fondation Bardot) et une nouvelle convocation devant le tribunal ce mercredi. Le procès s’est ouvert à 17 h 25. Dix associations se sont portées parties civiles. Certaines, comme l’association Stéphane Lamart, sont bien décidées à exiger « son incarcération » .

lundi 16 juillet 2018

AUSTRALIE DEPARTEMENT DE L' AGRICULTURE SCANDALE! EXPORT ANIMAUX VIVANTS!!



DANS MON COURRIER MAIL....DE
 ANIMALS AUSTRALIA..
 CRÉDIT PHOTO


AFFREUX DE RÉALISER QUE LES PERSONNES QUI ONT  SIGNE POUR L' EXPORT DE CES 58 000  MOUTONS VIVANTS N' ÉTAIENT PAS AUTORISÉES A LE FAIRE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
 UN VRAI SCANDALE!!!!!!!!

 MAIS HEUREUSEMENT CE CAS RÉVÈLE QUE CE DÉPARTEMENT DE L' AGRICULTURE AUSTRALIEN  N' EST PAS/PLUS CRÉDIBLE...

 Only weeks ago, I walked into the Federal Court alongside our legal team to make our case against the cruel live export trade. An expedited trial was granted, and now, just days before it was to begin, something astonishing has happened...

The Federal Department of Agriculture has confessed to a shocking blunder.

They've admitted they acted with legal 'error' in allowing 58,000 Australian sheep to be exported to the Middle East in June, on board an Emanuel Exports ship.

Incredibly, the Department official who signed off on the export permit did not hold appropriate power of delegation to do so. This means thousands of animals were shipped from our shores unlawfully.

Winning our case through the sheer ineptness of the Department of Agriculture was not our plan! However, it does allow us to highlight, once again, that the Department is unfit to act as the regulator of this cruel trade.

That they can quite literally 'forget' to tick a box only strengthens what we've always known: animals should not be left in the hands of a Department that simultaneously promotes and 'regulates' the live export trade.



This 'win' doesn't signal the end of our legal action against this cruellest of trades — and both the Department and exporters know it.

Just last week our legal team was working day and night preparing to injunct a live sheep shipment from leaving Australia. Our willingness to take this unprecedented legal action was a key reason for an Eleventh Hour intervention by the Department, that saw the exporter's licence suspended.

It means that this company — that has built its export empire on the suffering of animals — is not allowed to ship even one more animal.

This suspension of another major export company, alongside our court 'win', will have rocked both the regulator and the industry to their core.

The fight to outlaw this cruel trade isn't over yet, however the battle lines are shifting.

Despite a worldwide outcry against this terrible trade, the Kuwaiti importer will still be desperately scrambling for another way to ship these sheep over the coming weeks. And we'll to continue to do whatever it takes to stop them.

Each day, our efforts on behalf of these animals are intensifying, and Katia, your ongoing support is critical.

There are just weeks left until two historic Bills come before Parliament that could spell the end of this trade. Until then, it's crucial we continue to give these animals the best possible representation — on prime time TV and in Parliament, on the pages of national newspapers and in the Federal Court of Australia.

REUNION PRIVEE DE PLUS DE 2 HEURES...

EN DIRECT... TRUMP POUTINE, OU POUTINE TRUMP...